Perce-frontières

Perce-Frontières est un espace de coordination de collectifs et individu.e.s en lutte sur des questions liées aux personnes en exil. Il a été créé à l’automne 2015, pour prendre le relais du mouvement No Bunkers, qui avait occupé le Grütli durant l’été.

Un an plus tard, un tel espace garde toute son importance. Les mêmes problématiques restent d’une brûlante actualité et de nouveaux enjeux émergent. En effet, malgré les promesses des responsables politiques, les bunkers ne fermeront pas cette année. Les arrestations souvent brutales et les renvois continuent, dans les rues et jusque à l’Office cantonal de la population et des migrations (OCPM). La Suisse construit des centres de renvois fédéraux, et Genève est en passe de devenir le fer de lance d’une politique d’asile carcérale et des vols spéciaux.

Depuis 2015, le collectif de personnes en exil Stop Bunkers en lutte contre l’hébergement dans les abris PCi a initié un mouvement qui n’a cessé de prendre de l’ampleur. Le collectif d’occupation du Grütli (No Bunkers) contre les transferts dans ces mêmes abris et la solidarité qu’il a attiré ont notamment permis l’ouverture du foyer Appia. Enfin, la lutte des habitant.e.s contre la destruction du foyer Frank-Thomas soutenus par Perce-Frontières a conduit à la rénovation du foyer et à la promesse de relogement de ses habitant.e.s dans leurs anciennes chambres. La lutte contre les renvois, notamment des blessés des Tattes, et contre les accords Dublin s’est également menée de front durant toute cette période. Ces quelques exemples de luttes furent des espaces de rencontre, des moment de construction d’un rapport de force hors des institutions, dans la rue, et aux côtés des premier.e.s concerné.e.s.

"L’État assassine, un exemple Lamine F"

Le racisme systémique et systématique de l’État suisse criminalise les personnes non-blanches et la violence ne fait que s’accroître pour celles qui de plus, ont un statut légal précaire. De la garde à vue à la détention, en passant par les expulsions et trop souvent la mort, l’État est coupable d’une politique criminelle.

Antifascisme - Antiracisme

Invitation au Foyer Frank-Thomas, un an plus tard

"Les foyers pour personnes en exil ressemblent aujourd’hui plus à des prisons qu’à des lieux d’habitation." Les habitant.e.s du foyer Frank-Thomas et le collectif Perce-Frontières vous invitent à un pique-nique, le jeudi 22 juin 2017 à 18h. Il y a exactement un an, cette lutte avait permis de sauver ce foyer voué à la destruction et aujourd’hui rénové.

Migrations - Frontières

[Genève] Thé devant des Foyers et Bunkers

Le collectif Perce-frontières qui lutte pour les personnes en exil vous invite à des thés conviviaux devant des foyers et des bunkers. Le but de ces thés est de tisser des liens entre les habitant.e.s des foyers et bunkers et les autres résident.e.s genevoises, de dénoncer les conditions de vie indignes de vos lieux d’habitation et de visibiliser vos luttes. Ce sont des moments importants pour briser l’isolement que leur impose l’Hospice général, la police et l’Etat de Genève.

Migrations - Frontières

| 1 | 2 | 3 |

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.