Genève Infos locales Migrations - Frontières Securitas

[Genève] Rassemblement contre les renvois forcés devant Securitas

Contre l’expuslion de Teesfaalem et de tous les autres, nous nous sommes rassemblés aujourd’hui devant les locaux de Securitas qui assume un rôle important dans la machine à expulser les migrants.

Après s’être rassemblé.e.s devant le batiment, nous sommes allé.e.s tracter à la rue de l’École de Médecine. Nous avons étés aggressé.e.s par des policiers qui ont fait usage de spray au poivre et ont embarqué un participant. Honte à eux.

Voici le tract distribué sur place

Un refugié erythréen nommé Tesfaalem Weldeslassie a été arrêté par la police vaudoise le mercredi 22 avril 2015 à Lausanne. La cause est « légale », l’administration suisse a refusé d’accorder à ce migrant de 27 ans un permis de séjour sur ce formidable territoire qu’est la Suisse. Comme nombre de ses compatriotes, Tesfaalem a fui l’Erythrée pour échapper au régime du dictateur Issaias Afeworki. Il a sans doute perdu beaucoup d’argent avec les passeurs et a pris des risques immenses pour traverser la Mer Méditérranée. Il pensait peut-être trouver une vie meilleure en Europe. Après quelques mois en Suisse, on peut dresser un premier bilan : c’est mal parti...

Le premier mois de détention de Tesfaalem s’est passé à la prison de la Favra (Puplinge/GE). Il est maintenant embastillé au centre de détention administrative de Frambois (Satigny/GE) dans l’attente d’un renvoi par avion vers l’Italie. Une manifestation de soutien à Tesfaalem a eu lieu le 20 mai dernier à Lausanne, mais elle n’a pas été suivie d’effet, les autorités vaudoises semblent décidées à le laisser croupir en taule. D’après nos informations, Tesfaalem a été rejoint à Frambois par deux autres immigrés risquant un renvoi vers l’Italie, l’un arrêté par la police genevoise, l’autre par la police neuchâteloise. De toute évidence, les renvois vers l’Italie sont donc amenés à se poursuivre malgré la récente décision du Grand Conseil vaudois demandant la suspension des renvois vers ce pays pour des raisons humanitaires.

Nous manifestons aujourd’hui pour dénoncer le rôle inqualifiable joué par l’entreprise Securitas dans le renvoi des requérants d’asile déboutés comme Tesfaalem.

Depuis août 2011, cette entreprise exécute des tâches auparavant allouées au Détachement de convoyages et de surveillance (DCS) de l’Etat de Genève. C’est dans le cadre de ce contrat public-privé que l’entreprise Securitas s’occupe du convoyage des requérants d’asile déboutés comme Tesfaalem, du centre de Frambois vers l’Aéroport international de Genève. Tesfaalem a évité de justesse un renvoi le jeudi 7 mai, mais il peut se faire expulser à tout moment. En mars, c’est grâce à la mobilisation de la population genevoise que ce requérant d’asile tchadien a évité une expulsion de Suisse. Qui ne tente rien n’a rien, le renvoi de Tesfaalem doit être empêché !

Malgré la disproportion massive des forces en présence, nous manifestons aujourd’hui pour que ces renvois cessent et que Securitas mette la clé sous la porte.

Liberté pour Tesfaalem !
Liberté pour tous et toutes !

SANS_RETOUR

Plus d’informations : www.desobeissons.ch

Articles de la même thématique...

Les éducateur.ice.s du Foyer de l’Étoile brisent l’omerta

Ce mois-ci Renversé s’intéresse aux mineur.e.s en exil. La hiérarchie de l’Hospice général avait interdit aux collaborateurs de l’équipe éducative du Foyer de l’Étoile de s’exprimer publiquement. Ils prennent enfin la parole, à la fois sur le suicide du...

Une vie digne pour les MNA

Nous étions 450 dans les rues de Genève à manifester pour exiger non pas la Lune mais une vie digne pour les mineur.e.s non accompagné.e.s censé.e.s être protégé.e.s par le Canton de...

> Tous les articles "Migrations - Frontières"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.