Grenoble Infos d’ailleurs Contrôle social - Surveillance Fête sauvage

[Grenoble] Mercredi 13 janvier, fête de rue contre l’état d’urgence

«  Cette époque est en décomposition, elle pue.  » Klaus Mann, Mephisto, 1936.

Cette époque pue, oui… il suffit de scander les exemples pour en avoir la nausée. Elle pue, quand Wauquiez, élu depuis à la Région, clame qu’il faut envoyer en camps ceux à qui les flics ont collé une fiches S. Elle pue quand le gouvernement socialiste instaure la déchéance de nationalité. Elle pue quand Valls fait inscrire dans la loi des pouvoirs étendus à la police issus des mesures d’exception. Pendant qu’on regarde s’instaurer l’état d’urgence comme s’il était temporaire, c’est tout ce monde qui se crispe, et répand des relents de puanteur. Mais ne soyons pas naïfs : l’état d’urgence n’est pas le fond du problème, ce n’est que le début du processus. Tirant profit d’une situation imprévue (catastrophe naturelle ou épidémie, accident ou attentat), l’État instaure des mesures d’exception. Ensuite, lentement mais sûrement, il prolonge, il étend, il fossilise le niveau de contrôle ainsi atteint, comme avec vigipirate instauré après les attentats de 1995, et jamais levé : présences policières et militaires accrues, extension des systèmes technologiques de surveillance. Et la peur entre nous. L’état d’urgence n’était qu’une étape, l’alibi pour réunifier le corps social autour du cadavre décomposé de la République. Aujourd’hui, l’enjeu est le maintien du nouveau niveau de contrôle sans que nous nous y opposions. Qui te fait la misère te promet l’azur : d’une mesure exceptionnelle censée nous protéger du terrorisme, nous seront soumis aux interdictions de manifester, sous la menace de perquisitions et autres mesures arbitraires. Et cela va durer, car à travers l’état d’urgence, c’est le rêve de tout gouvernement qui se réalise.

Ce rêve de gouvernement, c’est de parvenir à nous maintenir dans une forme de léthargie et de passivité totale à même de nous faire accepter moins de libertés, que ce soit sur le plan légal ou sur le plan sensible et quotidien. Qu’importe le malaise que nous pouvons ressentir, l’essentiel est que nous fermions notre gueule, malgré l’absurde de la situation. Qui n’a pas éprouvé un certain malaise à attendre son bus à côté de militaires l’arme au poing ? Et que répondre au vigile qui nous fouille à la recherche d’explosifs quand on entre à la Poste ? Trop souvent, on baisse la tête, on se replie sur nous, chez nous, et l’on s’accoutume de ce cloisonnement dans la sphère privée, de cette privatisation absolue des rapports humains. Accepter la situation qui nous est faite, et les formes de cohabitation sordides que cela suppose (plus de flics, plus de militaires, plus de vigiles, plus de délation…), c’est déjà une forme de collaboration passive.

Nous voulons au contraire affirmer collectivement que la vie que nous propose l’état d’urgence n’est rien d’autre qu’une mort sous contrôle, une vie triste. Faisons alors un pari et une proposition. Faisons le pari qu’il est possible de sortir du cadre dans lequel on tente de nous enfermer et qui voudrait faire de nous soit un flic, soit une victime, soit un terroriste. Au sein de ce spectacle malsain, il existe d’autres positions. Un autre parti, celui des déserteurs de l’ordre établi, de ceux et celles pour qui la vie n’est pas qu’une réalité morne et triste. Le parti de la joie et de la révolution. C’est pourquoi nous faisons aussi la proposition de continuer à descendre ensemble dans la rue, pour faire la fête, nous retrouver, déverser notre colère, occuper l’espace public et en faire le champ d’une bataille où nous pouvons choisir qui être, et comment agir.

Il y a déjà eu des manifestations à Grenoble et ailleurs, qui ont marqué une rupture dans le consensus généralisé et une reprise de la rue : les infos sur Indymedia Grenoble. Cette fois, rendez-vous avec trompettes, masques et cotillons...

POUR SUIVRE LA MOBILISATION ICI ET AILLEURS :
pasdurgence.facebook.com
pasdurgence[arobase]riseup[point]net

P.-S.

Via indymedia Grenoble
Sur les événements passés à Grenoble :
Compte rendu de la manifestation du 9 décembre contre l’état d’urgence.
Communiqué suite aux arrestations lors de la manifestation du 15 décembre contre l’état d’urgence.

Articles de la même thématique...

Et si on sécurisait nos échanges ?

Appels, SMS, réseaux sociaux... tous ces moyens d’échanges sont surveillés par les flics et pourtant nous sommes nombreux.ses à continuer de discuter de nos actions dessus. Si on changeait nos...

> Tous les articles "Contrôle social - Surveillance"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.