Genève Infos locales Luttes indépendantistes Kurdistan

Rassemblement et manifestation pour Afrin (Rojava)

Les bombardements de l’aviation turque sur le canton d’Afrin (au Rojava) se poursuivent depuis hier (20 janvier 2018). Jusqu’à présent, ce canton avait été relativement préservé depuis le début de la guerre en Syrie et il accueille de ce fait de nombreux réfugiés ayant fui le reste de la Syrie. Les cibles des chasseurs turcs ne sont pas seulement les positions des unités de protection du peuple (les YPG-YPJ membres des Forces Démocratiques Syriennes - les FDS - qui ont défait Daech et d’autres djihadistes en Syrie du nord). Beaucoup de zones civiles sont également bombardées par l’aviation d’Erdogan (centre ville d’Afrin, villages, fermes et même le camp de réfugiés de Roubar abritant 20000 personnes). Nous avons la tristesse de déplorer de nombreuses victimes civiles (nous vous épargnons les images insoutenables qui commencent à circuler, malgré les tentatives de black-out de la Turquie). Ces bombardements aériens, en plus des tirs d’artillerie, sont parallèles à des tentatives d’invasions terrestres de la part non seulement de supplétifs djihadistes d’Erdogan (membre de l’Armée Syrienne Libre, formés, équipés et payés par la Turquie) mais aussi de militaires turcs assistés de blindés (plusieurs d’entre-eux ont d’ailleurs été détruits par les unités de protection du peuple et de nombreux soldats turcs ont déjà été capturés).

Comme l’a déjà signalé hier le Commandement Général des Forces Démocratiques Syriennes, la guerre lancée par Erdogan risque bien évidemment de profiter à Daech et aux autres groupes djihadistes. D’ailleurs, le projet d’Erdogan pour Afrin est dans la même veine que ceux de ces barbares : invoquant des menaces imaginaires et sous prétexte d’occuper une « zone de sécurité de 10 000 km2 » nettoyée de ceux qu’il considère comme des « terroristes » (les YPG-FDS), Erdogan déclare vouloir diminuer la proportion de kurdes vivant à Afrin afin d’obtenir une composition ethnico-confessionnelle conforme à sa vision raciste et confessionnelle du monde. L’épuration ethnique n’est donc pas une ligne rouge pour Erdogan. Personne ne devrait rester silencieux face aux annonces et aux agissements criminels de ce néo-calife. Celles et ceux qui défendent la démocratie, la tolérance et la paix encore moins que les autres.

L’urgence est de faire cesser cette agression par tous les moyens possibles afin de protéger la population, diverse aux plans ethnique et confessionnelle. A cet égard, l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne (une « No Fly Zone ») est un minimum.

Mercredi 24 janvier à 14:00 Places des Nations ! Venez nombreuses et nombreux.

Articles de la même thématique...

> Tous les articles "Luttes indépendantistes"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.