France Analyses Répression - Enfermement

Redoine Faïd, itinéraire d’un braqueur inspiré

Redoine Faïd, braqueur à répétition et amateur de cavales, vient de s’évader par hélicoptère de la prison de Réau, ce dimanche à 11h20. Retour sur une existence affranchie et inspirée des meilleurs films de gangster.

Texte publié le 2 juillet 2018 sur le site dijoncter.info

C’est un de ces gangsters très déterminés, et complétement obsédés par la liberté. [1]

Redoine Faïd est né à Creil, le 10 mai 1972, il grandit dans le quartier Guynemer. Très tôt il se passionne pour les films de gangsters. À neuf ans il fait son premier casse avec trois potes, inspiré par Sleepers, à douze ans il décide d’en faire son métier. En 1990 il est en terminale, durant ses heures de cours il braque une agence du Crédit du Nord et fait sa première garde-à-vue.
Son premier coup médiatique a lieu le 20 décembre 1995. Il prend en otage la famille du directeur de la BNP de Creil pour le forcer à ouvrir les coffres. Inspirés par Point Break, lui et ses complices portent des masques de politiciens. Initié par Heat, qu’il a vu des centaines de fois, il braque un fourgon blindé à Villepinte en 1997.
Jusque là il échappe aux condés mais il est arrêté en décembre 1998 et condamné à 18 ans de prison pour vol à main armée.
Sa peine est réduite pour bonne conduite, il sort en conditionnelle en 2009. C’est l’occasion pour lui de publier un livre l’année suivante : Braqueur : des cités au grand banditisme. Il en profite pour faire des plateaux télés et confesser sa passion pour le cinéma : Guet-Apens, Scarface, Heat, c’est grâce à ces films qu’il a tout appris, en les visionnant des dizaines de fois.

Il joue le repenti, débarrassé de ses "démons", mais les événements vont le rattraper et briser l’image médiatique qu’il s’était fabriqué.
Le 20 mai 2010, à Créteil, deux policiers prennent en chasse un fourgon suspect occupé par quatre hommes cagoulés portant gilets par balles et kalachnikovs. Après une fusillade nourrie, le fourgon réussi à s’échapper, blessant un flic, laissant l’autre sur le carreau à Villiers-sur-Marne.
En janvier 2011, les images de vidéosurveillance incriminent Redoine Faïd, il aurait conduit le véhicule qui ouvrait la route au fourgon. Il part en cavale mais est arrêté en juin 2011.
Redoine n’est pas prêt à passer ses vingt prochaines années en taule. Le 14 avril 2013, armé d’un calibre et d’explosifs, il s’évade de la prison de Lille-Sequedin en prenant en otage quatre matons. Sa cavale ne dure que peu, il est repris le 29 mai.

Le 13 avril 2016, il est condamné à 18 ans de prison pour l’affaire de 2010. Le 14 mars 2017, il prend 10 ans de réclusion pour son évasion de 2013. Enfin, le 19 octobre 2017, il est condamné à 18 ans de réclusion pour une attaque de fourgon blindé en 2011 dans le Pas-de-Calais.
Le 14 avril 2018, la Cour d’appel de Paris aggrave sa peine initiale de 18 à 25 ans.
Qu’à cela ne tienne, Redoine se fait la belle !
Dimanche 1er juillet 2018, à 11h20, un hélicoptère, dont le pilote a été pris en otage par trois complices de Redoine, se pose dans la cour de la prison de Réau. Ils vont le chercher alors qu’il est au parloir, découpent la porte à la disqueuse, s’envolent et se posent à Gonesse d’où ils poursuivent leur fuite en voiture.
Actuellement 3000 flics sont à leur trousses.
Nous saluons la réaction de Béatrice Dalle qui a publié le message suivant sur instagram :
"Que Dieu te protège BRAVO RÉDOINE FAÏD toute la France est avec toi enfin moi en tout cas c’est sûr ... au revoir la pénitentiaire au revoir ... bordel je vais danser le MIA pendant des heures pour fêter ça. Petite précision pour ceux qui n’aiment pas mon commentaire et bien allez-vous faire foutre, donnez vos leçons de morale ailleurs que sur mon compte ... parce que moi personnellement vous me faites rigoler vous ne m’agacez même pas JE DANSE LE MIA".

Nous exprimons notre soutien à l’ennemi public n° 1.
Bon courage Redoine !

Notes

[1Entendu sur France Info

P.-S.

Articles de la même thématique...

Bilan répressif de la fête sauvage du nouvel an

Le Groupe Anti-répression Genève (GAG) dresse le bilan de la fête sauvage qui s’est tenue dans la nuit du nouvel an à Genève et informe les personnes contrôlées des conséquences judiciaires possibles.

Le bras long de la répression

Le 21 septembre avait lieu une rencontre - discussion avec Matthias Monroy, journaliste et membre de la revue CILIP (« Droits civiques et police ») dans le cadre d’un info-tour en Suisse, en France...

> Tous les articles "Répression - Enfermement"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.