Genève Infos locales Anticapitalisme - Lutte des classes Grève | Photographie | Infokiosque | Silure

Rencontre et discussion avec le collectif Interfoto

Deux événements co-organisés par l’Infokiosque et Sans Retour en ce début de mois de juin. D’abord, le mardi 4 juin à la Buvette, une discussion à partir du livre « Grèves et contestations ouvrières en Suisse 1969-1979 ». Il sera plus spécialement question des grèves dans l’imprimerie et des mutations du travail dans ce secteur. Un cahier de texte est disponible en bas de cet article

Puis, le vendredi 7 juin au Silure, une rencontre et une discussion avec le collectif Interfoto autour de leur ouvrage Les Coulisses du Travail et de plus de 40 ans d’actualité sociale et d’enquêtes d’une agence photographique non professionnelle de contre-information. 7 juin 2019 au Silure à 19h, discussion suivie d’un repas.
L’exposition les coulisses du travail sera ensuite visible au Silure jusqu’à la fin du mois de juin durant les ouvertures publiques, et notamment durant les deux trois jours de 11h à 19 suivant la discussion durant la Ville est à Vous du quartier de la Jonction. Tous les ouvrages d’Interfoto sont disponibles à l’Infokiosque.

« Au tableau de la vie quotidienne qui se dégage de nos images, un des éléments-clé, le travail, reste paradoxalement absent. À croire, dans un moment de vertige, que dans ce pays de l’argent et de la modernité le travail ne serait plus assuré que par un mystérieux mécanisme auto matique. À croire que les salaires, dans notre société de consommation, s’obtiennent sans effort en un clin d’oeil. Les intéressés eux-même en parlent peu : à croire qu’à leurs yeux les conditions de travail sont une donnée immuable. En Suisse le travail n’est guère visible : banques, usines, bureaux, hôtels, tout cela est privé, caché, tu. »

JPEG - 1.2 Mo

« En regardant ces images apparaît un monde du non-dit et de la solitude dans lequel la façon de produire ou d’entretenir les objets sépare le travailleur de ses camarades. Des travailleurs encerclés et submergés par les choses, ordonnés comme des choses sur le carrelage des ateliers ou le long des tables de montage. Des travailleurs pliés en deux ou assis sur des sièges trop bas par rapport à l’établi pour les besoins de la chose : menaces pour leurs corps. »

JPEG - 1.7 Mo

« Pas moyen, pas question, de s’interroger sur le travail et la Suisse en esquivant ce fait central : un travaileur sur quatre, ici, est étranger. [...] On s’excuse le répéter, mais on ne s’en lassera pas : parler du travail en Suisse, c’est parler des Suisses... et des autres. »

— Extraits de l’ouvrage d’Interfoto, « Les coulisses du travail », Que faire ?, Genève, 1982.

Après la rencontre avec Métro-Boulot-Kino au Silure et la discussion autour du travail gratuit, on continue à réfléchir autour du travail et de sa critique.

La Suisse a connu un cycle de grèves ouvrières dans la période qui va de 1969 à 1979 environ. Ce cycle de grèves étonne au pays de la paix du travail. Le plus souvent, il s’agit de grèves sauvages, c’est-à-dire sans soutien syndical, voire en opposition avec les syndicats. Ces grèves coïncident avec des changements importants dans les techniques de production et, dès 1973, avec une disparition importante de postes de travail.

Parmi les secteurs où ces mouvements sont très présents dans cette période figure l’industrie des arts graphiques, c’est-à-dire l’ensemble des métiers liés à l’imprimerie. Les conflits dans ce secteur sont de bons exemples des tensions de la période.

D’une part, ils s’appuient sur un mouvement syndical très développé et existant de longue date. D’autre part, le secteur est confronté à une considérable modification des techniques utilisées. La période 1969-1979 correspond en effet à l’abandon de l’impression typographique et au passage à l’offset. Une large part des emplois existants est remplacée par des machines. C’est le passage du travail vivant au travail mort. On verra que même les groupes combatifs ont des difficultés à appréhender ce passage et à formuler une position ouvrière sur ces mutations.

Et nous, qu’avons-nous à dire de cette transformation du travail ? Préférons-nous être remplacés par des machines si c’est pour aller plus souvent à l’Infokiosque ?

En 1975, les ouvriers de l’imprimerie du Courrier envisagèrent une reprise en coopérative. Ils renoncèrent en remarquant qu’ils seraient forcés d’agir comme leur patron : de licencier pour mécaniser. Car le travail mort, dit le vieux Karl M., tire les prix vers le bas et chasse le travail vivant ou le transforme en produit de luxe. Cette tension condamne-t-elle toutes les formes alternatives de production à l’insignifiance ou à l’auto-exploitation (ou aux deux) ?

On peut lire le cahier de textes ci-joint avant la séance. On trouvera à l’Infokiosque les mardis et au Silure les vendredis des exemplaires du livre.

PDF - 758.3 ko
PDF - 645.2 ko

Le Fly et l’affiche de la rencontre avec Interfoto.

Le cahier de documents pour la discussion sur les Grèves en Suisse :

PDF - 4.8 Mo

Articles de la même thématique...

Sous le capitalisme, rien n’est gratuit… ou presque

Une approche de la gratuité depuis la critique marxienne de la valeur par Timothée Haug, doctorant en philosophie, spécialiste des liens entre Marx et l’écologie. Paru dans le dernier Moins ! en marge du dossier consacré à la...

Défendre la zone, 2019

Le diptyque avec entracte Défendre la zone est le premier projet du groupe vidéo. Ces films donnent voix à quelques usagers de la Zone Industrielle des Charmilles (ZIC) qui tentent de se protéger...

> Tous les articles " Anticapitalisme - Lutte des classes "

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.