Genève Infos locales Antispécisme - Libération animale Répression

Un an après le sabotage de l’abattoir de Perly

Il y a exactement un an, suite à la marche genevoise pour la fin du spécisme, des militant.e.s.x avaient pris pour cible le plus gros abattoir de poules du canton, le mettant hors d’état de nuire momentanément et détruisant la chaîne de tuerie, les ordinateurs, et le stock complet des « marchandises » spécistes, causant ainsi une attaque directe à l’économie du meurtre de plusieurs dizaines de milliers de francs. (991 856 poules tuées en 2018 dans le canton, 8000 par semaine dans cette abattoir,Tribune de Genève, Céline Garcin). Les militant.e.s.x avaient publié des communiqués de presse expliquant leur action par différents médias.
/english below/

JPEG - 49.7 ko

C’était la première action de ce type recensée en Suisse depuis au moins 10 ans.
L’idée est pourtant simple : en tant qu’antispécistes nous nous opposons toutes et tous à l’exploitation animale et là où il y a le plus de victimes ce sont les abattoirs.

Depuis l’incarcération de Matthias, force est de constater que la répression a bien fonctionné. Où est la révolte, le bruit des vitres cassées et la peur des commerces et multinationales spécistes de voir notre mouvement égalitariste lui résister ?
Où sont les 250’000 véganes de Suisse ? Aux côtés de leurs frères et sœurs, dans les sanctuaires, et les lieux de domination pour résister avec elles.eux ? Ou au supermarché, carte bancaire à la main ?

Matthias est innocent jusqu’à preuve du contraire nous promet ce beau système judiciaire.
Et pourtant, depuis 9 mois il paie le prix de notre silence pour un procureur qui rêvait de le voir tenu en leader d’actions pour lequel il n’y a TOUJOURS aucune preuve. Le 30 août dernier, la Cour de Justice a refusé le recours déposé par son avocat Me Olivier Peter contre la prolongation de détention de 2 mois reçue début août.

Mais puisque’on n’entend plus de vitres brisées, c’est qu’il l’a forcément fait, non ?
Il nous semble évident que la meilleure façon de lui venir en aide, au delà de le soutenir moralement et matériellement, c’est de lui faire cette promesse : quand tu sortiras Matthias, l’industrie spéciste aura essuyé bien des échecs et nous sommes un jour plus proche de la libération animale.
Nous n’avons été ni silencieu.se.s.x ni apeuré.e.s.x, nous n’avons pas abandonné nos frères et sœurs à leur sort en fermant les yeux, nous avons empoigné pioches, coupe boulons, pelles et bonbonnes pour signifier partout et tout le temps que nous sommes déterminé.e.s.x à résister à leurs côtés qu’importe notre casier judiciaire, qu’importe les risques, parce qu’elles.eux sont prêt.e.s.x à être enfin libres !

Si son incarcération nous a appris une chose c’est bien celle-ci : la solidarité n’est jamais un vain mot. La solidarité se vit et se prouve au quotidien. Pas derrière un clavier. Nous sommes allé.e.s.x à la rencontre de militant.e.s du monde entier pour faire connaître l’histoire de Matthias et souvent les personnes les plus éloignées sont celles qui en font le plus pour le sortir de sa cellule.
Mais ce n’est évidemment pas suffisant. En Suisse il est urgemment temps que l’on active toutes les manœuvres pour dénoncer son incarcération.

Ceci est un appel à l’action. MAINTENANT !

"Dans la nuit de samedi à dimanche, des activistes antispécistes se sont attaqués à un abattoir à Perly, dans le canton de Genève, ont annoncé ces militants par une lettre anonyme.
Des citoyens révoltés ont décidé de s’attaquer à un abattoir situé à Perly, qui fait plusieurs milliers de victimes chaque semaine", indique le message anonyme.
"La science a prouvé depuis longtemps (...) la sentience (capacité à ressentir des émotions et à vivre une vie subjective) dont les autres animaux font preuve. Ceux-ci peuvent être à juste titre considérés comme des individus, qui méritent de vivre une vie la plus longue et heureuse possible", poursuit le courrier.
"C’est pourquoi les activistes antispécistes ont décidé de mettre à mal cet abattoir, endommageant sa chaîne d’abattage, ses locaux et ses stocks dans l’espoir de les empêcher momentanément de prendre d’autres vies et de montrer leur refus de voir ces lieux morbides exister."
D’autres articles avaient été publiés sur Radio Lac, 24Heures, 20minutes en plus de la RTS et de la Tribune de Genève.

English

Exactly one year ago, following the Geneva march for the end of speciesism, activists targeted the canton’s largest chicken slaughterhouse, temporarily disabling it and destroying the killing chain, computers, and the entire stock of speciesist "goods", thus causing a direct attack on the murder economy of several tens of thousands of francs. (991,856 hens killed in 2018 in the canton, 8,000 per week in this slaughterhouse, Tribune de Genève, Céline Garcin)
The activists had issued press releases explaining their action through various media.

It was the first such action in Switzerland in at least 10 years.
The idea is simple, however : as antispeciesists we all oppose every forms of animal exploitation and where there are the most victims are slaughterhouses.
Since Matthias’ imprisonment, it has to be said that the repression has worked well. Where is the revolt, the sound of broken windows and the fear of speciesist businesses and multinationals that our egalitarian movement will resist it ?
Where are the 250,000 vegans from Switzerland ? At the sides of their brothers and sisters, in sanctuaries, and places of domination to resist with them ? Or at the supermarket, credit card in hand ?

Matthias is innocent until proven guilty, this beautiful judicial system promises us.
And yet, for the past 9 months he has been paying the price of our silence for a prosecutor who dreamed of seeing him held as a leader of actions for which there is STILL no proof. On 30 August, the Court of Justice refused the appeal lodged by his lawyer Olivier Peter against the 2-month extension of detention received in early August.

But since we no longer hear broken windows, it’s because he necessarily did it, right ?
It seems obvious to us that the best way to help him, beyond supporting him morally and materially, is to make him this promise : when you’re getting out Matthias, the speciesist industry will have suffered many failures and we are one day closer to animal liberation.
We were neither silent nor fearful, we did not abandon our brothers and sisters to their fate by closing our eyes, we grabbed picks, bolt cutters, shovels and carboys to indicate everywhere and all the time that we are determined to resist their side regardless of our criminal record, regardless of the risks, because they are ready to be free at last !

If his incarceration has taught us anything, it is this : solidarity is never an empty word. Solidarity is lived and proven on a daily basis. Not behind a keyboard. We went to meet activists from all over the world to share Matthias’ story and often the most distant people are the ones who do the most to get him out of his cell.
But this is obviously not enough. In Switzerland it is urgently time to activate all the manoeuvres to denounce his incarceration.

This is a call to action. NOW !

"On the night of Saturday night, antispeciesist activists attacked a slaughterhouse in Perly, Canton Geneva, announced the activists in an anonymous letter.
Upset citizens have decided to attack a slaughterhouse in Perly, which claims several thousand victims every week," the anonymous message said.
"Science has long proven (...) the sentience (the ability to feel emotions and live a subjective life) that other animals show. They can rightly be considered as individuals, who deserve to live as long and happy a life as possible," the letter continues.
"That is why antispeciesist activists decided to undermine this slaughterhouse, damaging its slaughter line, premises and stocks in the hope of temporarily preventing them from taking further lives and showing their refusal to see these morbid places exist."
Other articles had been published on Radio Lac, 24Heures, 20minutes in addition to the RTS and the Tribune de Genève.

JPEG - 89.3 ko

P.-S.

“Prisoner support is not only a tool necessary to the success and survival of our movement ; it is also the antithesis of the oppression and exploitation that we seek to abolish. This understanding of our work as strengthening a movement for liberation differentiates us from the myriad reform and charity based groups.” – Earth First Journal

Page Facebook
Contact : soutienauxactivistes@protonmail.com
Cagnotte contre la répression

Articles de la même thématique...

> Tous les articles "Antispécisme - Libération animale"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.