Lausanne Infos locales Luttes étudiantes

Université de Lausanne : Parlons d’armes. Oui, mais avec qui ?

Cette lettre ouverte est le fruit d’une co-rédaction élaborée par plusieurs étudiant·e·s et doctorant·e·s de l’Université de Lausanne fortement consterné·e·s par la table ronde du 20 novembre passé, organisée par la section ESPOL de l’AESSP (association représentative de la faculté SSP). Elle nous permet aussi de répondre publiquement au communiqué publié par ces derniers sur leur page Facebook le 21 novembre 2018 [1].

A la veille des votations nationales, le 20 novembre passé, ESPOL – la section sciences politiques de l’AESSP – nous invitait à sa table ronde intitulée « Directive européenne sur les armes et référendum UDC » à l’Université de Lausanne. La présentation de l’événement faite par ESPOL dans un post Facebook annonce : « Ce sera l’occasion d’échanger sur le port d’armes, le référendum UDC contre la directive européenne sur les armes, dans un contexte d’auto-détermination ! » [2] . Un premier choix – à portée politique – a été pris ici par les organisateurs·trices : celui de proposer un débat sur le référendum UDC au sujet des armes (lancé le 5 octobre passé) dans le cadre des votations du 25 novembre comprenant l’initiative « le droit suisse au lieu des juges étrangers » portée par l’UDC. La décision a donc été prise par ESPOL de traiter de « l’autodétermination » depuis la question du port d’armes, plutôt que de soulever d’autres questionnements liés à l’initiative, par exemple ceux qui touchaient aux Droits Humains. Soit, parlons donc d’armes. Mais avec qui ?

Trois intervenant·e·s sont proposé·e·s par ESPOL : Jean-Luc Addor, Conseiller national UDC, Bernard Wicht, Privat-docent à l’IEPHI et Müriel Waeger, JSV et ancienne membre du comité directeur JS Suisse. Un deuxième choix – lui aussi à portée politique – pour le moins questionnable. En effet, nous tenons d’abord à rappeler quelques points de la biographie de Monsieur Addor : il est avocat, mais aussi vice-président de Pro Tell (« société pour un droit libéral sur les armes », aussi considérée comme « le lobby suisse des armes » [3]), membre du MOSCI (mouvement Suisse contre l’islamisation) [4] , co-initiateur de l’initiative valaisanne contre le voile dans les écoles (initiative jugée irrecevable par le Grand Conseil valaisan, puis, suite à un recours mené par Jean-Luc Addor au Tribunal fédéral, jugée inconstitutionnelle par le TF en août 2018 [5].) C’est aussi lui qui a été jugé pour discrimination raciale en été 2017 par le Tribunal du district de Sion, suite à son tweet « On en redemande ! » après qu’ait eu lieu une fusillade qui a fait un mort dans la mosquée de Saint-Gall en 2014. [6]

Ainsi, à la découverte de la venue de Jean-Luc Addor à l’Université de Lausanne, un groupe d’étudiant·e·s s’est mobilisé pour qu’une telle intervention de l’extrême droite islamophobe et raciste ne passe pas inaperçue dans nos bâtiments. En une journée, nous nous sommes rencontré·e·s et avons décidé·e·s de réagir. Nous avons d’abord imprimé une affichette où l’on pouvait lire : « Quand une asso représentative (ESPOL) invite LA figure islamophobe et raciste de l’extrême droite Suisse à l’Unil pour parler du port d’armes... » que nous avons collée auprès des affiches annonçant la table ronde d’ESPOL, et ce afin de dénoncer publiquement leurs choix aux yeux des membres de l’Université. Pourquoi ?

JPEG - 268.2 ko
Affichettes collées par des étudiant·e·s sur les affiches de la table ronde

Parce que dans sa charte, l ’Université, en tant qu’institution publique, se donne comme but de contribuer « à la formation de citoyennes et de citoyens humanistes, critiques et responsables, autonomes et solidaires, désireux de développer constamment leurs compétences et animés par la volonté du dépassement des acquis, tout au long de la vie. ». Or, nous ne pensons pas que la venue de Jean-Luc Addor comme intervenant à l’Université de Lausanne reflète les idées humanistes d’un tel énoncé. Mais en plus, nous répétons qu’une personne ouvertement raciste et islamophobe n’a pas sa place dans nos bâtiments puisque « l’Unil garantit à ses membres le respect des droits fondamentaux de la personne humaine ; elle leur donne toute liberté de conscience et de croyance, dans le respect des règles de la vie communautaire. » [7]. En acceptant la venue d’un tel intervenant, nous ne nous plaçons pas dans une optique de « liberté d’expression », mais au contraire, nous tolérons l’intolérance : la même qui s’affaire dans notre société suisse et occidentale à déshumaniser et discriminer des populations ciblées par l’extrême droite : les personnes musulmanes et/ou discriminé·e·s en raison de leurs origines (réelles ou supposées). A quel moment devient-il plus important de donner la parole à une personne à la posture et aux propos islamophobes (qui en passant a un accès direct à l’espace politique et médiatique pour s’exprimer) plutôt que de se solidariser avec celles et ceux de la population universitaire qui subissent ces discriminations au quotidien ?

Y a-t-il vraiment une justification crédible au fait d’inviter une personne qui tient des discours violents au sujet de toute une partie de la communauté universitaire ?

Nous ne le pensons pas. Surtout quand les arguments répétés par l’AESSP sont une « liberté d’expression » vide de sens et un « on peut débattre de tout » dépolitisé. Nous osons espérer d’étudiant·e·s ayant suivi un cursus de sciences politiques, mais aussi membres de l’association qui représente la faculté de SSP, une analyse plus fine et réflexive de ses prises de position, de ses propositions d’évènements et de ses intervenant·e·s.

Dans le but de confronter les organisateurs·trices de cette table ronde, nous avons donc décidé de nous y rendre en tant qu’étudiant·e·s et doctorant·e·s consterné·e·s. Nous avons été surpris·e·s de voir que déjà nous nous y faisions attendre : le service de sécurité de l’Unil était déjà là, protégeant Jean-Luc Addor et surveillant les portes de la salle de conférence. Un étudiant a d’ailleurs dû donner son identité. Nous avons heureusement pu entrer et participer à la discussion. Intervenant dès la présentation de la table ronde par le médiateur du débat, nous avons émis notre critique par des prises de parole. Or, sous prétexte d’éviter tout « débordement » et de cadrer le débat, le médiateur d’ESPOL a menacé de faire recours au service de sécurité afin de faire sortir des potentiel·le·s perturbateurs·trices. Ce genre de rapport de force sont-ils les plus propices au débat démocratique, dont l’AESSP se targue d’être les défenseurs·euses ?

JPEG - 206.1 ko
Article lu dans "Vigousse" suite à la table ronde.

A ce sujet d’ailleurs, nous dénonçons fermement l’inéquité du débat proposé, car si nous avons plus tôt pris le temps de présenter la « tête d’affiche » de cette table ronde, notons que le choix de l’expert scientifique proposé, à savoir Bernard Wicht, est tout aussi contestable. En effet, par son statut de Privat Docent, Monsieur Wicht n’est pas contraint de la même manière que les autres professeur·e·s de l’Unil [8]. Or, si l’on s’intéresse de plus près à ses écrits ou interviews, nous découvrons qu’on y parle entre autre du « citoyen-soldat » comme reflet de la souveraineté populaire et de la « diffusion du port d’arme dans la société » comme solution aux enjeux actuels et futurs [9]. Tous ces éléments posent problème du moment que Bernard Wicht devait jouer le garant d’un débat équitable.

Nous découvrons qu’on y parle entre autre du « citoyen-soldat » comme reflet de la souveraineté populaire et de la « diffusion du port d’arme dans la société » comme solution aux enjeux actuels et futurs.

Si l’intervenant devant représenter l’Université lors de la table ronde fait pencher la balance du côté de l’extrême droite, retrouve-t-on réellement les conditions favorables à ce que chaque participant·e puisse se forger une opinion critique ? Finalement, face à l’expert scientifique et au Conseiller national, nous retrouvons Müriel Waeger, une Jeune Socialiste, la seule femme, la plus jeune des trois, et la seule de gauche. Le rapport de force est-il vraiment propice au débat ? Quel type de liberté d’expression défend-t-on ici ? De quelle « pertinence » des intervenant·e·s parle ESPOL dans son communiqué du 21 novembre ? Quelle sorte de pertinence auraient Monsieur Addor et Monsieur Wicht à parler du cadre légal autour des armes en Suisse alors que le premier, dans le cas d’une fusillade, encourage à la récidive et que le deuxième défend le retour du « citoyen-soldat » ?

Par ce communiqué, nous voulons réaffirmer qu’en tant que membres de la communauté universitaire de Lausanne, nous n’accepterons pas que notre lieu d’étude serve à la promulgation de discours d’extrême droite, d’appels à la haine et à l’armement. Nous n’accepterons pas que sous couvert de liberté d’expression, une part de notre communauté voie sa dignité être mise de côté par une association pourtant censée représenter au mieux les intérêts des étudiant·e·s et des membres qui forment sa faculté. Pour cette raison, nous demandons à l’AESSP et à sa section ESPOL de reconnaître son erreur, de formuler ses excuses et de s’engager à ne plus réitérer ce genre de choix d’événement et d’intervenant·e·s.

Des étudiant·e·s et doctorant·e·s de l’Unil.

NB : Toutes personnes, associations ou collectifs ou autres désirant soutenir cette lettre ouverte est priée de nous le signaler par mail à l’adresse suivante : maa.unil.epfl@gmail.com

Notes

[1Lien du communiqué d’ESPOL :
https://www.facebook.com/espol.aessp/posts/1164332460384301?__xts__[0]=68.ARA2w60w3L FhM1-1tPYwGPkvOofKavteOLjDl1CxTk3F6i1Sjyn-wBaLPo2ilQ2tqCtbK49NsFUhO-x_15Rzw BuYwA21Et-_i99OoYQ0eK-78hA8WmHxRoJ0SQCoWrLUWa_gY60LNVEFi0Ky_gntofCkFf_ ADi4xO0hA0l6BlZf6I48s6TowXK2OXDmbxjWkJQuzBm8RoWb4JxEyTUwKVG8n0hOKkdJ Hu0eHFfP1helg_DdJ8CZIGd5Vywbd2QzWiT0mWntIWF47u_pDlN_m4TSmWbKkIbr17zjbIxq SDY-f5HZ3JGX9k3_4ib5LO-dtHDFqBlm-ygyi8qmYLv6N2Q&__tn__=-R , consulté le 26.11.18

[2Lien du post d’ESPOL au sujet de l’évènement :
https://www.facebook.com/espol.aessp/posts/1159465097537704?__xts__[0]=68.ARC51kueWR hb7f8yl_E73b0K8Sv9CnkkFyr8uboErxGlwo2vP-Zv-3scyk_-Ncs4Pkm-6k4fcnM-xw2QtWfUZ9r OQq1uE8tCJYP8KEav8wD-AvMNu2pplHmiH2mJ57Oc15viVUB32829kRc66W68dcEYj3QBc pnFsEXeqlBLUpz8J9FNSJK-Xtcc0q7rGL_N14ZvOp_E5F4hj0p6UWB4U8aWDIfwtRzQ6hhZJ xzUDO2U36g2-oSdnLNNc5zrKpNEu8ZL7T4KW18rmsL8-CwCXZqkG1MFqm2uGYa3XggpS kiJNkRhweH0Kqu-jUb-Z8g1RqVAZWzdMn9E7bAYpUjWUVST9g&__tn__=-R, consulté le 26.11.18

[3La RTS au sujet de Pro Tell : , https://www.rts.ch/info/suisse/9482101-des-membres-du-lobby-des-armes-pro-tell-inquiets-de-sa -radicalisation-.html, consulté le 26.22.18

[4Site officiel de Jean-Luc Addor : http://www.jladdor.ch/fr/presentation, consulté le 26.11.18

[5La RTS au sujet de l’initiative contre le voile à l’école :
https://www.rts.ch/info/regions/valais/9826280-le-tribunal-federal-invalide-l-initiative-valaisanne-contre-le-port-du-voile.html, consulté le 26.11.18

[6Le Temps au sujet du jugement de Jean-Luc Addor :
https://www.letemps.ch/suisse/justice-condamne-jeanluc-addor-discrimination-raciale,
consulté le 26.11.18 Le Temps au sujet du jugement de Jean-Luc Addor :
https://www.letemps.ch/suisse/justice-condamne-jeanluc-addor-discrimination-raciale,
consulté le 26.11.18

[7Charte de l’Université de Lausanne :
https://www.unil.ch/central/fr/home/menuinst/organisation/documents-officiels/charte-unil.html, consulté le 26.11.18

P.-S.

Soutiennent cette lettre :

GRC (Groupe regard critique - Unil)
AFU (Association féministe de l’Unil)
AEA (Association des étudiant·e·s afrodescendant·e·s de l’Unil)
AESR (Association des étudiant·e·s en Sciences des religions de Unil)
Mouvement d’autoformation et d’action Unil/Epfl

Articles de la même thématique...

Soirée de soutien du Nadir

Le mercredi 19 juin, l’espace autogéré des étudiant.e.x.s à UniMail à Genève organise une soirée de soutien & solidarité !

> Tous les articles "Luttes étudiantes"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.