Infos locales Migrations - Frontières Coronavirus

Coronavirus - Solidarité avec les réfugié.e.s

Signez l’appel en solidarité avec les réfugié.e.s en Suisse et aux frontières extérieures de l’UE


English below

En période de Corona, la solidarité est exigée par une grande partie de la politique et de la population. En parallèle, les frontières de l’Europe sont fermées aux réfugié.e.s. Actuellement, il n’est plus possible d’entrer en Europe pour demander l’asile. Alors que le Corona ne connaît pas de frontières, il est inhumain d’exiger la solidarité uniquement pour la population en Europe et d’oublier les personnes en dehors des frontières européennes. Des tragédies humaines s’y déroulent tous les jours : Dans la zone frontalière turco-grecque, des milliers de réfugié.e.s attendent actuellement de pouvoir entrer en Europe. Les réfugié.e.s sont privé.e.s de leurs droits fondamentaux, sont brutalement battu.e.s par la police ou par des militant.e.s des droite ou sont illégalement expulsés vers la Turquie.
Dans les camps "hotspot" des îles grecques, des milliers de personnes vivent entassées dans des conditions très difficiles. Toutes les mesures de sécurité et d’hygiène qui sont exigées en Suisse au nom de la solidarité ne peuvent tout simplement pas être mises en œuvre dans ces camps. Dans certaines zones du Camp Moria sur Lesbos, il n’y a qu’un seul robinet d’eau pour 1 300 habitant.e.s et le savon n’est pas disponible. Des familles de cinq ou six personnes doivent dormir sur seulement trois mètres carrés. Il est temps d’évacuer les camps et d’ouvrir les frontières aujourd’hui !
En principe, il est bon que, dans une telle situation, certaines mesures soient prises pour protéger le plus grand nombre de personnes possible. Mais nous exigeons que tous les individus bénéficient de la même protection. Cela signifie que les frontières ne peuvent pas être fermées simplement parce que cela rend les personnes en Suisse un peu plus sûres. Car il y a des êtres humains de l’autre côté de la frontière et ils ont exactement le même droit à la protection, à la sécurité et à la liberté. Nous demandons donc au Conseil fédéral de délivrer immédiatement un permis de séjour S (protection nécessaire) à toutes les personnes concernées dans la zone frontalière gréco-turque afin qu’elles puissent bénéficier d’une protection immédiate et entrer directement en Suisse.

Non seulement aux frontières extérieures de l’Europe, mais aussi en Suisse, la situation des réfugiés sous le coup de Corona est encore plus difficile que d’habitude. Tout d’abord, l’isolement dans les camps d’asile est encore plus grand que dans des conditions normales car les visites sont stoppées dans de nombreux endroits. De plus, les habitants doivent vivre ensemble dans des espaces très confinés, alors qu’en même temps, il est conseillé à toutes les autres personnes de ne pas se déplacer en grands groupes. Deuxièmement, tous les centres de conseil juridique et les cabinets d’avocats ont actuellement cessé leurs activités et la protection juridique dans les centres d’asile fédéraux est fortement limitée. Parallèlement, les décisions en matière d’asile sont toujours prises. Surtout depuis la nouvelle loi sur l’asile, on sait que de nombreuses décisions d’asile sont négatives à tort et peuvent ensuite être contestées positivement devant le Tribunal administratif fédéral avec l’aide d’un avocat. Dans les conditions actuelles, la garantie d’un recours juridique n’est plus assurée et les demandeurs d’asile ne sont plus en mesure de se défendre légalement en cas de décision négative. Surtout avec un pourcentage aussi élevé de mauvaises décisions, c’est intenable. Nous demandons donc un moratoire immédiat sur les prises de décision (ce qui signifie qu’aucune décision en matière d’asile ne peut être prise pour le moment).

Nous avons formulé ces deux demandes au Conseil fédéral et au Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) dans une lettre. Si vous soutenez également ces deux demandes, veuillez signer la lettre ci-jointe et l’envoyer au Département fédéral de justice et police. Nous voulons ainsi exercer le plus de pression politique possible pour que les deux exigences de solidarité soient mises en œuvre.

Adresse postale du département responsable :
Karin Keller Sutter et Mario Gattiker
Département fédéral de justice et police
Maison de l’Ouest du Parlement
3003 Berne

Lien pour l’appel à la conseillère fédéral Keller-Sutter et le Secrétaire d’état Gattiker : Link to the appeal for Federal Councillor Keller-Sutter and State secretary Gattiker


Sign appeal in solidarity with refugees in Switzerland and at the external EU borders

In times of Corona, solidarity is demanded by large parts of politics and the population. At the same time, the borders to Europe are being closed to refugees. It is no longer possible for them to apply for asylum in Europe. But Corona knows no borders and it is inhuman to demand solidarity only for the people in Switzerland and the EU and to forget other people outside the European borders. Human tragedies take place there every day : In the Turkish-Greek border area, thousands of refugees are currently waiting at the closed EU borders. They are denied basic rights, they are brutally beaten up by police and right wing groups or illegally deported back to Turkey. In the so-called hotspot camps on the Greek islands, thousands of people live crammed together and in the most adverse conditions. All the safety and hygiene measures that are demanded in Switzerland out of solidarity simply cannot be implemented in the camps. In some areas of Camp Moria on Lesbos there is only one water tap for 1,300 inhabitants and soap is not available. Families of five or six people have to sleep on only three square metres of space. At the latest now is the time to evacuate the camps and open the borders !
It is basically good if in a situation like this certain measures are taken to protect as many people as possible. But we demand that all people should be given the same protection. This means that borders cannot simply be closed just because it makes people in Switzerland a little more secure. Because there are people on the other side of the border and they have exactly the same right to protection, security and freedom. We therefore call on the Federal Council to immediately issue an S (protection-needed) identity card to all persons concerned in the Greek-Turkish border area so that they can receive immediate protection and enter Switzerland directly.

Not only on the European external borders, but also in Switzerland, the situation for refugees under Corona is even more difficult than usual. Firstly, the isolation in the asylum camps is even greater than under normal conditions because there is a stop on visits in many places. Moreover, people have to live together in very confined spaces, while at the same time all other people are advised not to be in larger groups. Secondly, almost all legal advice centres and law firms have currently ceased operations and legal protection in the federal asylum centres is severely restricted. At the same time, asylum decisions are still being made. Especially since the new Asylum Act, it has been known that many asylum decisions are wrongly negative and can later be positively challenged before the Federal Administrative Court with the help of a lawyer. Under the current conditions, the guarantee of legal recourse is no longer guaranteed and asylum seekers are no longer able to defend themselves legally in the event of a negative decision. Especially with such a high percentage of wrong decisions, this is untenable. We therefore call for an immediate moratorium on decisions (which means that no asylum decisions may be made at the moment).

We have formulated these two demands to the Federal Council and the State Secretariat for Migration (SEM) in a letter. If you also support these two demands, please sign the attached letter and send it to the responsible Federal Department of Justice and Police. In this way, we want to exert as much political pressure as possible so that the two demands for solidarity are implemented.

Postal address of the responsible department :
Karin Keller Sutter und Mario Gattiker
Eidgenössisches Justiz- und Polizeidepartement
Bundeshaus West
3003 Bern

Link to the appeal for Federal Councillor Keller-Sutter and State secretary Gattiker : https://migrant-solidarity-network.ch/blog/

Articles de la même thématique...

Bilan post-occupation du Grütli

Le collectif lutte des MNA dresse un bilan alarmant de la situation des Mineurs Non Accompagnés à Genève. Les promesses faites par la ville et le canton suite aux 10 jours d’occupation du Grütli n’ont pas été honorées et le SPMI ne prend toujours pas...

Interview a propos du sabotage du camp fédéral à lyss

Le camp d’asile fédéral de Kappelen près de Lyss dans le canton de Berne, actuellement vide, a été pénétré par effraction au début du mois de février 2020 et un dégât d’eau a été causé pour rendre le bâtiment inutilisable. Barrikade a mené une interview avec...

> Tous les articles "Migrations - Frontières"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.