Répression - Enfermement

[Colombie] Arrestations groupées d’activistes

Le 8 juillet 2015, 15 personnes ont été arrêtées de façon simultanée dans la ville de Bogotà, dans une opération dirigée par la Fiscalià générale de la nation (Bureau du Procureur), conjointement avec la police nationale, avec flingue sur la tempe... helicos, operation propagande relayee par les televisions nationales en prime, reportage sur les arrestations.....on les accuse d’être liées aux attentats survenus la semaine dernière dans la ville de Bogotá.

La présidence de la république, une entité du district et la Fiscalià de la nation, ont immédiatement réagi avec des déclarations visant à condamner publiquement les suspects sans garantir la présomption d’innocence.

La majeure partie des personnes détenues et judiciarisées sont connues comme des leaders étudiants, paysanNEs, des journalistes, fonctionnaires de la mairie de Bogota et des défenseurEs humains qui se sont porté à la défense de l’éducation publique, des droits des paysanNEs et de la construction du processus de paix. Onze des personnes détenues participent à des organisations participantes du Congrès des peuples (Congreso de los Pueblos).

Stop aux Faux Positifs !

Ce qu’on appelle les “Faux positifs” sont les personnes tuées par l’armée puis maquillées en guérillero/as pour faire du chiffre. En bas de la hiérarchie, les soldats ramenant des faux guérillero/as ont eu droit à des primes et des permissions, et en haut, les généraux se targuaient d’accomplir leur mission et de justifier ainsi les milliards investis par les USA dans les deux Plans Colombie successifs. Des milliers de personnes ont ainsi été tuées, dont 2500 handicapés mentaux et de nombreux indigents des rues à qui l’on promettait du travail avant de les assassiner.

L’expression “Faux positif” a été adaptée à la pratique courante d’arrestations massives des militants politiques sous prétexte de terrorisme. On parle alors de “Faux positif judiciaire”. Les montages judiciaires (invention de preuves pour criminaliser des gens) ont mis en prison de leaders de mouvements sociaux, professeurs, journalistes et opposants au régime.

Une petition peut etre signee pour aider au niveau legislatif :

http://www.pasc.ca/fr/action/denonciation-publique-nationale-et-internationale-face-aux-detentions-massives-effectuees

Le communiqué du Congreso de los Pueblos :

Bogota, Colombie. 8 juillet 2015. Le Congrès des Peuples et des organisations des Droits de l’Homme dénoncent et refusent devant la communauté internationale les faits qui ont été retenus contre ces militants, basés sur de fausses accusations. Ce sont 16 personnes appartenant à des mouvements sociaux : étudiants, journalistes, entre autre.

Alors qu’en ce moment des ouvertures vers la paix se forment, véhiculées entre autre par le cesser le feu, on remarque la récente persécution et stigmatisation du mouvement social qui réclame des garanties quant à l’exercice de leur activité sociale et politique.

Le pays a reconnu les systématiques manipulations judiciaires contre les leaders de mouvements sociaux. Ces fausses accusations ont entraîné 13 000 recours judiciaires pour erreurs judiciaires, ce qui a généré un investissement de 27 millions de pesos de la part de l’Etat. Ainsi par exemple, entre 2009 et 2012, 8 600 personnes ont été affiliées à des soit disant activités d’insurrection, et parmi ces personnes, « seulement » 2058 sont toujours privées de libertés, ce qui signifie que plus de 75% des personnes qui ont été arrêtées et détenues ont été déclarées innocentes par la suite.

Au jour d’aujourd’hui, le 8 juillet 2015, nous exigeons la garantie du procès qui leur est dû, puisque les moyens de communication et le haut gouvernement, qui ne connaissent pas la présomption d’innocence ont déjà émis une condamnation anticipée qui les impute publiquement d’appartenir à des organisations insurrectionnelles. En faisant cela, ils violent le principe de l’indépendance judiciaire et le procès auquel ils ont droit.

Nous exigeons du gouvernement national des garanties qui permettent la participation politique puisque c’est inconcevable qu’à travers des assassinats, des menaces et des arrestations arbitraires, ils prétendent faire taire les voix du mouvement social en Colombie.

Liens d’information complémentaires :

http://www.colombiainforma.info/
http://pasc.ca/fr/
http://congresodelospueblos.org

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co