Anticapitalisme - Lutte des classes Appel international

[Francfort] Retour sur la manifestation du 18 mars

Récit et analyse de la manifestation d’opposition à l’inauguration du nouveau siège de la Banque Centrale Européene à Frankfort, le 18 mars dernier.

Francfort |

À la longue, on a fini par comprendre que l’objection contre les contre-sommets fait elle-même partie du rituel des contre-sommets : « Bah, pourquoi aller précisément là où la police vous attend ? Pourquoi ne pas lancer le même jour des actions décentralisées contre les banques plutôt que vous concentrer tous à Francfort ? Pourquoi ne pas agir directement là où nous vivons ? » Eh bien, peut-être que s’il y a là tant de policiers, c’est qu’il y a aussi beaucoup de manifestants, et que cela peut être intéressant, pour une fois, de s’éprouver aux côtés de tout un tas de gens d’autres pays, que l’on ne connaît pas et que l’on pourrait, qui sait ?, rencontrer. Un peu plus, et l’on vous explique que c’est une concession au « Spectacle » que de mener une offensive franchement osée en plein terrain adverse. Déjà, avant Gênes, en 2001, des anarchistes plus ou moins anti-industriels, ou vaguement insurrectionnalistes, s’étaient ridiculisés en avançant ce genre d’arguments. Pour preuve qu’il s’agissait bien là d’arguments dictés par la peur, et non d’authentiques considérations stratégiques : on n’a jamais entendu parler de leur série d’« actions décentralisées » ; elles poussèrent la lutte contre « l’existant » jusqu’à être elles-mêmes à peu près inexistantes.

Il faut dire que l’adversaire a instillé la peur si profondément dans nos cœurs que l’idée même de faire, comme cela tombait sous le sens il y a quinze ans, une tournée de présentations publiques autour des manifestations et blocages qui se préparaient pour perturber l’inauguration du nouveau siège de la BCE, n’est manifestement venue à l’esprit de personne en France. L’antiterrorisme est passé par là : chacun anticipe déjà la conspiration terroriste internationale à quoi la DCRI l’accusera d’oeuvrer, et les témoignages fantaisistes du prochain Mark Kennedy, délirant sous X comme d’autres sous acide.

La réussite de Francfort se situe sur ce terrain-là : celui de la confiance en soi, de l’épreuve de notre propre puissance. Pour ce qui est du « spectacle », l’attentat du Bardo à Tunis le même jour l’a emporté haut la main. Il a même totalement éclipsé, de ce point de vue, l’événement de Francfort.

Il faut bien admettre que le théâtre des opérations ne se présentait pas au mieux : les deux derniers Blockupy avaient été des désastres en 2012 et 2013, la police avait littéralement écrasé les manifestants de son omniprésence, se jouant de toute restriction légale à son action. Souveraine, décomplexée, elle avait placé au-dessus de toute loi l’accord passé entre l’État allemand et la BCE qui stipule que le premier s’engage à garantir l’indépendance et l’intégrité physique de la seconde, à la rendre en quelque sorte inatteignable depuis ses hauteurs abstraites. Cette fois, la police avait d’abord annoncé une mobilisation de 8 000 hommes, puis de 9 000 ; les comptes étaient à 9 800 à l’approche du jour J, et toute la ville avait été décrétée « zone de danger », c’est-à-dire : zone de souveraineté policière. Il y allait dans cette arithmétique de la répression d’une subtile guerre psychologique, visant à dissuader les manifestants potentiels de faire le voyage. Dans le même esprit, la mairie se refusa, chose exceptionnelle en pareille circonstance, à concéder le moindre lieu où des manifestants pourraient être hébergés. Même pas un stade, ou une école, permettant de les surveiller, ou de les passer à tabac le cas échéant. La mairie de Francfort est particulièrement mal fondée, à présent, à se scandaliser de l’outrage que lui ont fait subir les émeutiers ; et elle le sait.

La suite à lire sur Lundimatin

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co