Anticapitalisme - Lutte des classes Coronavirus

Il est temps de construire des brigades

Nous n’avons jamais rien vu de tel.

Italie |

Valerio et ses camarades savaient qu’ils ne pouvaient pas traiter le COVID-19 comme n’importe quelle autre lutte ou campagne d’entraide. Ils avaient participé aux efforts de secours en cas d’inondation et au travail d’entraide dans les régions du nord de l’Italie frappées par le feu, aux mouvements contre la police et pour les travailleurs, mais un virus, c’est différent. Il n’est pas visible. Vous ne pouvez pas l’affronter directement, comme vous le feriez avec un incendie ou la police. Valerio était dans les rues de Gênes, en 2001, pendant le mouvement anti-mondialisation, lorsque la police italienne a tué Carlo Giuliani, et blessé et arrêté des centaines d’autres personnes. Il avait été impliqué dans des luttes autonomes pendant vingt ans, mais rien de tel. Tout devait être réévalué.

Tout d’abord, ils se sont dit que s’ils allaient être dans la rue pour aider les gens, ils devaient accepter un certain entraînement et une certaine discipline. Les gens ne pouvaient pas faire tout ce qu’ils voulaient, sinon ils risquaient d’aggraver les choses, de rendre tout le monde plus malade. Ils devaient suivre des procédures d’hygiène appropriées, comprendre comment le virus se propageait. Ils avaient besoin d’être formés. La première étape consistait à trouver un médecin ou une organisation qui pourrait fournir cette structure. Ils se sont mis en relation avec une ONG, Emergency, qui avait participé à la lutte contre la propagation du virus Ebola en Afrique de l’Ouest, et en particulier avec un médecin qui pourrait les former aux procédures appropriées : comment mettre des gants et des masques, comment interagir avec les personnes qui pourraient être infectées.

L’étape suivante consistait à se diviser en équipes qui pourraient se rendre sur place et livrer de la nourriture et des médicaments aux personnes coincées dans leur maison. Ils ont mis en place un centre d’appel et ont distribué un numéro de téléphone unique, afin que les gens puissent appeler à l’aide. Le service d’urgence leur a permis d’utiliser le premier étage de leur bureau pour stocker des fournitures et recevoir des appels.

Au moment où Valerio a parlé à Commune depuis son appartement à Milan où il coordonne les opérations des Brigades d’urgence bénévoles (Brigate Volontarie Per L’Emergenza), elles comptaient plus de 180 bénévoles formés travaillant en équipe dans toute la ville, et bien d’autres encore attendaient d’être formés. C’était le 23 mars, et la situation dans le nord de l’Italie s’était rapidement détériorée, m’a-t-il dit, en grande partie à cause des terribles décisions des gens au pouvoir. Alors même que l’épidémie explosait, l’union nationale des restaurateurs a distribué une vidéo, avec le hashtag #wontstop, encourageant les gens à sortir, à manger dans les restaurants et à boire dans les bars. Confindustria, l’association des industriels, a fait pression à plusieurs reprises sur le gouvernement pour que les usines et les ateliers restent ouverts, alors même que l’armée patrouille dans les rues et que le nombre de morts augmente. Le 21 mars, le gouvernement italien a pris la mesure sans précédent de fermer les usines, mais même alors, Confindustria a réussi à faire pression pour qu’elles restent ouvertes quelques jours de plus.

Le travail des brigades de partisans est en grande partie non médical. Partout à Milan, des centaines de personnes sont coincées dans leurs maisons, sans nourriture, sans produits d’hygiène comme les désinfectants et les masques, et sans soins médicaux adéquats. Elles sont parfois coincées dans des situations abusives ou dangereuses, ou se débattent psychologiquement. Comme dans de nombreuses villes du monde, les hôpitaux de Milan ne prennent plus en charge que les personnes les plus malades, et isolent à domicile la plupart des cas confirmés et présumés positifs, et de nombreuses personnes vulnérables ne peuvent prendre le risque de s’aventurer à l’extérieur. C’est là que les brigades interviennent. Elles ont divisé la ville en neuf zones, chacune portant le nom d’un célèbre partisan. Leurs centres d’appels reçoivent des demandes de partout et envoient des équipes pour livrer du matériel, ou mettent les gens en contact avec des conseillers. Pour l’instant, le défi consiste à trouver plus de nourriture. Ils ont besoin de palettes de nourriture, de tonnes. Ils espèrent aussi recevoir une grosse cargaison d’équipements de protection individuelle, qu’ils distribueront dans les quartiers. Ils peuvent maintenant orienter les gens vers des psychologues à domicile. La chose qu’ils veulent vraiment pouvoir faire est d’aider tous les enfants piégés à la maison, et tous les parents sans garde d’enfants, mais c’est très compliqué.

Une grande partie de leur travail est possible grâce à leur volonté d’utiliser les ONG et le gouvernement de la ville comme abri pour des efforts autonomes. Ils ont demandé au gouvernement de pouvoir opérer dans les rues, sans harcèlement policier, et de mettre en place un numéro d’appel d’urgence distribué par la ville. Ils orientent les gens vers les services sociaux locaux. Le jour où nous avons parlé, Valerio a mentionné une personne atteinte de COVID-19 à laquelle il avait parlé ce matin-là, une femme équatorienne, avec un diagnostic positif, qui avait été renvoyée chez elle par l’hôpital, parce que son cas n’était pas si grave. Maintenant, il s’inquiète qu’elle ne s’en sorte pas. Elle n’a pas de nourriture, elle ne peut pas travailler et elle vit seule avec ses trois enfants, tous atteints de COVID-19. Les brigades lui ont apporté de la nourriture, dit-il, mais le lendemain, il appelait la ville pour s’assurer qu’elle lui apportent un soutien.

Leurs efforts ne sont pas seuls, bien sûr. Les syndicats sont passés à l’offensive dans les grandes entreprises industrielles et dans le secteur de la logistique, déclenchant une grève générale. Les travailleurs de ces secteurs sont rassemblés en grand nombre sans équipement de protection ni procédures de sécurité appropriés, alors même que des restrictions totalitaires sont appliquées ailleurs et que tout indique qu’elles se répandent dans les foyers et sur les lieux de travail. Et parmi les travailleurs de la santé, même s’ils ne peuvent pas faire grève maintenant, le manque d’équipements et de ressources appropriés suscite une rage croissante.

Les prisonniers, eux aussi, se révoltent ouvertement contre les pièges mortels surpeuplés dans lesquels ils sont contraints de vivre. Des émeutes et des soulèvements ont eu lieu dans vingt-huit prisons italiennes au début du mois de mars, lorsque la maladie a commencé à se répandre parmi les détenus. À Bologne, après une évasion massive, huit prisonniers ont été abattus. Treize prisonniers sont morts pendant la vague de révoltes, beaucoup d’entre eux ont été abattus, et d’autres dans des circonstances contestées.

Valerio était devant la prison de Milan, en train de manifester. Les prisonniers étaient sur les toits, en train de crier, et ils avaient mis le feu à une partie de la prison. C’est là que Valerio et d’autres camarades se sont rencontrés et ont décidé que cette lutte n’était pas comme les autres auxquelles ils avaient participé et qu’elle allait nécessiter de nouvelles tactiques et de nouvelles idées. Pour l’instant, l’accent est mis sur l’aide mutuelle, sur la survie dans des conditions désespérées, mais avec le respect que les brigades gagnent en distribuant des provisions, des médicaments et des masques, à l’avenir, beaucoup de choses pourraient devenir possibles. Il viendra un moment où il sera à nouveau sûr d’être dans les rues en nombre, où l’épidémie se sera calmée, et alors viendra le moment de rendre des comptes aux responsables, aux politiciens qui ont vidé les systèmes de santé et aux employeurs qui ont mis leurs travailleurs en danger. Si vous regardez les endroits où l’épidémie est la plus grave, ce sont aussi ceux où le capital italien est le plus concentré, où les plus grandes entreprises sont basées et où le plus grand nombre de travailleurs travaillent dur. Bergame, où l’épidémie est la plus grave, est un centre industriel qui produit du fer, du béton et du marbre, ainsi que des textiles et des métaux raffinés. Les crématoriums se sont effondrés et l’armée a été appelée pour enlever les corps.

Le plus important, nous dit-il, est d’agir avec éthique, de faire face à la situation, et de montrer que les groupes autonomes sont de meilleurs fournisseurs que le gouvernement, de meilleurs soignants que les employeurs, plus à même de répondre aux besoins qui existent. Vous le faites en montrant que vous êtes organisés et sérieux. Une fois cette confiance et cette crédibilité établies, les partisans peuvent montrer que ceux qui sont morts du virus étaient des victimes du capitalisme et non des victimes d’un accident du destin. Une pandémie est une occasion unique, elle se propage partout parmi les gens et crée ainsi une situation commune à beaucoup, partout dans le monde. Il est temps de construire les brigades.

Commune

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co

Soutenir par un don