Anticapitalisme - Lutte des classes Coronavirus

Solidarité et entraide en temps de crise - et au-delà FR/ENG

Voici un texte traduit publié sur le site Suisse Allemand Barrikade.info d’une iniative survenus à Bâle.

Pour l’anglais voir le PDF en document joint
For English see the PDF file below

Bâle |

Que signifie la solidarité en période de pandémie ?

Nous n’avons pas non plus de réponse satisfaisante à cette question. Mais une chose est sûre : nous avons besoin de structures de solidarité dans les quartiers et dans les maisons individuelles. Connais-tu ton voisin.ne* ? Sais-tu qui, dans ta maison, est particulièrement touché - que ce soit sur le plan de la santé ou financièrement ? Si ce n’est pas le cas : renseigne-toi !
Heureusement, de tels réseaux se forment actuellement un peu partout pour se soutenir mutuellement - personne ne devrait être laissé.e seul.e* !

Est-il vraiment surprenant qu'une société orientée vers le profit soit mal préparée aux événements actuels ?

Le virus ne se soucie pas de savoir si quelqu’un est riche ou pauvre. Néanmoins, cette crise met en lumière les inégalités sociales dans notre société axée sur le profit et la performance. Un simple exemple : l’industrie pharmaceutique mène des recherches là où l’on peut gagner le plus d’argent. Dans la plupart des pays, le secteur de la santé est en proie à des mesures d’austérité, des privatisations et une pénurie constante de personnel - y compris en Suisse. Pour beaucoup de personnes, les besoins de base ne sont pas couverts, alors que les plus riches accumulent des avoirs inimaginables et sont donc mieux protégés en termes de santé. Dans une telle société, il est difficile de ralentir. Ce serait pourtant une condition sine qua non afin de ralentir la propagation d’un virus.

Qui sera touché par la propagation du coronavirus ?

Les conséquences sociales de la pandémie et de l’état d’urgence déclaré ne peuvent pas encore être estimées. Il est clair, cependant, que les groupes à risque ne seront pas les seuls à être gravement touchés par cette crise

Alors que la vie publique s’arrête progressivement, l’industrie continue de fonctionner. Celles et ceux qui y travaillent sont exposé.e.s à un risque inutile d’infection, alors que dans le même temps, il y a beaucoup moins de structures d’accueil pour les enfants. Des milliers de personnes ont déjà été licenciées (par exemple dans les compagnies aériennes) et des dizaines de milliers de personnes occupant des emplois précaires devront faire face à des pertes de revenus. Le personnel infirmier a déjà atteint les limites de ses capacités.
Et bien que le virus ne s’arrête pas aux frontières nationales, les frontières sont fermées : les fondements nationalistes de notre société continuent à se développer. Cela renforce un racisme social qui veut faire de certaines personnes les boucs émissaires du coronavirus.
La situation est également difficile à supporter pour les personnes vivant dans les camps d’asile et les prisons : les visites limitées ou inexistantes, les conditions d’hygiène misérables et, en général, l’enfermement dans des espaces clos sont actuellement encore moins acceptables que d’habitude. Le virus a par ailleurs déjà atteint ces institutions.

Les structures de voisinage fondées sur la solidarité sont une réelle solution, pas seulement aujourd’hui, mais aussi à l’avenir. Nous pouvons espérer que ces structures resteront en place une fois le choc passé.
Nous appelons tout le monde à organiser des soutiens mutuels dans leur propre maison/immeuble !

P.S.

Cet article a très gentiment été traduit par un.e lecteur.ice.s de renversé et de barrikade.

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co