Antifascisme - Antiracisme

6 janvier 2021 : une base de recrutement du fascisme ?

Traduction d’un article paru sur Crimethinc qui revient sur les événements du 6 janvier 2021 : l’occupation du Capitole par des partisans de Donald Trump.

Etats-Unis |

Suite à l’occupation du Capitole à Washington DC par les partisans de Donald Trump lors d’un rassemblement qui soutenait ses accusations infondées de fraude électorale, le Parti républicain se fracture, ouvrant la voie à la consolidation d’un nouveau centre politique bipartite - beaucoup plus à droite qu’auparavant. Mais cela ouvre également la voie à une rupture totale de la démocratie représentative pour de larges pans de la base de Trump, qui embrassent une alternative explicitement fasciste.

Les événements du 6 janvier leur offrent des martyrs et un récit revanchiste qui leur serviront pendant des années, fournissant un mythe interne pour le recrutement et une justification à chaque fois qu'ils auront besoin d'utiliser la force.

Les événements du 6 janvier discréditeront les partisans de Trump aux yeux des centristes et forceront certains républicains à déplacer leurs allégeances vers le centre, mais ils repousseront également les limites de ce qui est acceptable. Cela pourrait aider l’extrême droite à recruter localement dans tout le pays et pourrait normaliser des actions similaires à l’avenir.

Il s’agit en fait d’un problème très ancien qui n’a jamais disparu.

Mais ce n’est pas le seul danger qui nous guette. Au nom d’une guerre contre l’extrémisme, les centristes vont exiger d’étendre le même mécanisme de répression étatique que le prochain Trump utilisera inévitablement contre nous. C’est en substance ce qui s’est passé durant l’Allemagne de Weimar, et qui a préparé le terrain pour la montée du Troisième Reich. De même, l’arme principale de Trump tout au long de l’année 2020 a été le Département de la sécurité intérieure, créé sous Bush en réponse aux attaques du 11 septembre, qui a par ailleurs bénéficié d’une plus grande centralisation sous Obama. Les appels centristes à la lutte contre le “chaos” serviront à faire sortir de la rue nombre de nos anciens alliés, tout en justifiant de nouvelles mesures de répression qui nous viseront tout autant que l’extrême droite.

La répression étatique qui s’ensuivra supprimera probablement toutes les libertés, en ciblant toutes les formes de dissidence. En Turquie, lorsque Erdoğan a mis en place un coup d’État militaire de droite, cela lui a permis de réprimer toute forme de protestation. La répression de la droite par l’État suivra le schéma qu’ils utilisent contre nos mouvements - en incorporant des éléments réformistes tout en isolant et en détruisant les éléments “radicaux”. Si la seule pression sur le gouvernement vient de l’extrême droite, l’État leur fera des concessions.

Nous voyons déjà nos anciens alliés se retirer de la rue lors des événements du 6 janvier. Les libéraux ont exhorté les gens à ne pas se rendre à Washington, comptant sur les autorités pour traiter avec les partisans de Trump. C’était une erreur de calcul. Les forces de sécurité ne sont pas particulièrement enclines à tenir tête à la partie de la population avec laquelle elles sympathisent le plus - et même lorsqu’elles choisissent de le faire, elles ont les mains liées par les habitudes institutionnelles profondément ancrées qui consistent à traiter les blancs conservateurs avec beaucoup plus de respect qu’elles ne le font avec les gens de couleur, les pauvres et les anticapitalistes.

En bref, personne ne vient nous sauver. Nous devons nous préparer à la possibilité qu’un mouvement fasciste enhardi continue à mener des attaques partout aux États-Unis pendant qu’un nouveau consensus centriste au sein du gouvernement promulgue des mesures qui nous ciblent tout autant qu’eux. Si nos mouvements doivent survivre, cela nécessitera une organisation communautaire et une solidarité à une échelle encore jamais vue.

Nous avons déjà vu les signes d’un glissement bipartisan vers la répression des anarchistes et des antifascistes. Par exemple, après avoir été réélu, le maire de Portland, Ted Wheeler, un démocrate, a annoncé de nouveaux efforts pour cibler, discréditer et réprimer les anarchistes et les antifascistes, en utilisant le même langage que celui de Trump. Le New York Times a fait de même il y a trois mois, reprenant presque mot pour mot les propos de Trump.

Trump lui-même a menacé les antifascistes avant le 6 janvier, les exhortant à rester en dehors de Washington, DC de peur qu’ils n’interfèrent avec le spectacle qu’il s’apprêtait à mettre en scène. L’extrême droite a fait de l’opposition “antifa” la quasi-totalité de sa plateforme - non seulement parce que les arguments négatifs visant l’unité sont plus opportuns en période de polarisation politique, mais aussi parce que les antifascistes ont remporté jusqu’à présent de nombreuses victoires - ce qui a ralenti leur avancée. Le 5 janvier, un mémo de la Maison-Blanche, copié directement du playbook fasciste, a annoncé qu’ils essayaient de soutenir “the Anarchist Exclusion Act” de 1903/1918, cherchant à exclure les gens des Etats-Unis pour s’être opposés au fascisme. De telles politiques, commencées sous Trump, pourraient se poursuivre sous Biden - par exemple, si ses anciens partisans républicains rejoignaient le centre politique à condition qu’il adopte des axes de leur programme préexistant.

“La tradition des opprimés nous apprend que l’état d’urgence dans lequel nous vivons est la règle. Nous devons parvenir à une conception de l’histoire qui y corresponde. Il deviendra alors évident que la tâche qui nous attend est l’instauration d’un véritable état d’urgence ; et notre position dans la lutte contre le fascisme s’en trouvera améliorée”.

-Walter Benjamin, Sur le concept d’histoire

Les événements du 6 janvier : Une chronologie approximative

Pour la postérité, nous avons rassemblé la documentation de certaines des scènes importantes qui se sont déroulées hier. Plus tard, lorsque ce récit sera contesté, il pourrait être utile de les rassembler en un seul endroit.

Ces images montrent le début de l’incursion. Il semblerait que beaucoup de ceux qui étaient à l’avant de la charge soient des fascistes de longue date :

Certains ont exagéré la volonté de la police d’ouvrir les portes pour les partisans de Trump. Voici une autre vue des premiers affrontements :

Des scènes confuses se sont déroulées alors que certains partisans de Trump tentaient de protéger les officiers des autres partisans de Trump, tout en continuant à repousser la police :

Cette vue aérienne montre une file de policiers qui luttent et ne parviennent pas à retenir un nombre beaucoup plus important de supporters de Trump :

Les partisans de Trump prennent d’assaut le côté nord du bâtiment du Capitole :

Un affrontement dans l’un des couloirs d’entrée.

Ils sont entrés dans le bâtiment depuis le premier étage et ont poussé jusqu’à l’extérieur de la salle du Sénat :

Ici, on les voit arriver dans la rotonde. Comme l’ont fait remarquer de nombreuses personnes, ces cordes de velours les retenaient plus efficacement que la police ne l’avait fait :

Les partisans de Trump ont déchargé un extincteur à l’intérieur du bâtiment du Capitole et ont continué à s’affronter avec la police.

Les officiers ont sorti leurs armes pour défendre le sol de la Chambre des représentants.

Les partisans de Trump qui sont entrés dans le Sénat ont trouvé un espace vide à l’épicentre du pouvoir - ils s’étaient emparés du temple, mais ont constaté l’absence de Dieu. Le pouvoir ne repose pas dans des lieux physiques fétiches ; il est plutôt constitué de toutes les différentes manières auxquelles nous sommes habitués à obéir, les innombrables gestes irréfléchis par lesquels nous cédons du pouvoir aux autorités chaque heure et chaque jour.

“Lorsque les insurgés parviennent à pénétrer dans les parlements, les palais présidentiels et autres lieux d’implantation des institutions, comme en Ukraine, en Libye ou au Wisconsin, ce n’est que pour découvrir des lieux vides, c’est-à-dire dépourvus de pouvoir, et meublés sans aucun goût. Ce n’est pas pour empêcher le”peuple“de”prendre le pouvoir“qu’on l’empêche si farouchement d’envahir ces lieux, mais pour l’empêcher de se rendre compte que le pouvoir ne réside plus dans les institutions. Il n’y a là que des temples déserts, des forteresses désaffectées, rien que des décors de théâtre - de véritables pièges pour les révolutionnaires. L’impulsion populaire de se précipiter sur la scène pour savoir ce qui se passe dans les coulisses ne peut qu’être décevante. S’ils y entraient, même les plus fervents conspirationnistes n’y trouveraient rien d’obscur ; la vérité est que le pouvoir n’est tout simplement plus cette réalité théâtrale à laquelle la modernité nous a habitués”.

-Le Comité invisible, à nos amis

Certains des partisans de Trump ont fait fleurir des Colsons, qu’ils ont peut-être apportés pour prendre des otages :

Pendant ce temps, le New York Times rapportait que des engins explosifs avaient été trouvés au siège des républicains et des démocrates.
Une “source proche de la Maison-Blanche”, en contact avec les partisans du Trump qui avaient pénétré dans le bâtiment, a fait savoir que les participants avaient l’intention de rester à l’intérieur du Capitole pendant la nuit. Selon des rapports ultérieurs, la foule comprenait des policiers et des militaires qui n’étaient pas en service. Certains ont montré leurs badges d’identification.
La police avait barricadé une porte pour protéger certains des hommes politiques qu’elle avait évacués ; une poignée d’officiers la surveillait de l’extérieur, mais les partisans de Trump les ont persuadés de s’en éloigner. Lorsqu’ils ont tenté de forcer les portes, un policier de l’autre côté de la porte a tiré un seul coup de feu, tuant Ashli Babbitt, un ancien policier. À ce moment, des officiers tactiques arrivaient de l’autre côté de la porte, juste derrière Babbitt et les autres partisans de Trump. Cette vidéo troublante capture le moment où la police a tiré sur elle.

Voici un autre angle de tir. Là encore, le contenu est extrêmement dérangeant.
Voici une interview de la supportrice de Trump qui se tenait juste à côté de Babbitt quand elle a été abattue :

https://twitter.com/Sophiavista17/status/1346913320008359938

“Elizabeth n’était pas prête pour la révolution.”

Elle apparaît à la fois comme une œuvre de propagande consciente de soi et en même temps, étrangement naïve. Par exemple, au regard des conséquences possibles lorsqu’elle s’identifie par son nom comme participant à l’assaut du Capitole.

À ce moment-là, la police aurait déployé des gaz lacrymogènes :

Les affrontements ont continué alors que la police tentait de reprendre la rotonde :

Certains des participants étaient probablement allés plus loin que prévu et, surpris par leur succès initial, n’ont pas pu consolider leur avantage pour conserver du territoire. D’autres, qui avaient annoncé dans des forums publics qu’ils allaient exécuter des hommes politiques et occuper le bâtiment, ont apparemment été contrariés par le fait que la police a réussi à évacuer et à défendre les hommes politiques, ce qui n’a guère incité les envahisseurs à utiliser la force létale pour défendre les parties du bâtiment qu’ils avaient gagnées.

Ici, un grand nombre de partisans de Trump quittent le Capitole avec le visage découvert :

Pendant ce temps, des scènes analogues se déroulent dans d’autres capitales d’État du pays :

Le vice-président Mike Pence a approuvé l’ordre de déployer la Garde nationale, et non Trump. Cela semble conforter les spéculations selon lesquelles Trump ou ses partisans auraient fait en sorte que la sécurité soit sous-préparée ou aurait retardé la réponse. Dans certaines régions du Mexique, on dit que si la police ou l’armée sont manifestement absentes, c’est parce que les paramilitaires viennent faire le sale boulot à leur place. Cela reste une spéculation, mais il est certain que Trump s’est arrangé pour retirer des fonctionnaires de longue date du ministère de la Défense et d’autres agences en novembre dernier, pour les remplacer par des loyalistes dès que sa perte au profit de Biden a été confirmée et pour restructurer la chaîne de commandement afin de concentrer le pouvoir directement entre ses mains. Au risque de répandre nos propres théories du complot, nous rappelons comment, à Fort Bragg, le 18 novembre, lorsque le secrétaire d’État à la défense par intérim Christopher C. Miller a annoncé qu’à partir de ce moment, les opérations spéciales lui feraient directement rapport, il s’est interrompu pour dire : “C’est un signe” :

Alors que nous appliquons les ordres du président, nous reconnaissons également que les transitions et les campagnes sont pleines de risques et de défis et opportunités inattendus. C’est pourquoi je suis ici aujourd’hui pour annoncer ceci - c’est un présage... Je suis ici aujourd’hui pour annoncer que j’ai ordonné à la direction civile des opérations spéciales de me rendre compte directement au lieu de passer par les canaux bureaucratiques actuels".

En tout cas, le 6 janvier, après la tombée de la nuit, un grand nombre d’officiers ont finalement été déployés :

Dans l’obscurité, la police a poursuivi certains partisans de Trump avec quelque chose de plus similaire au type de violence qu’ils utilisent habituellement contre les manifestations de Black Lives Matter.

Un témoin oculaire affirme que 15 véhicules portant des autocollants de pare-chocs Trump, qui avaient été garés dans un parking du quartier de Fort Totten à Washington, ont vu leurs pneus crevés - deux par véhicule -, de sorte que des pneus de rechange n’ont pas permis de résoudre le problème.
Ensuite, dans le bâtiment du Capitole :

(En fait, toutes les statues du bâtiment du Capitole ont été trempées dans le sang, mais les caméras ne montrent que le sang versé par les blancs).

Le champ de bataille des réseaux sociaux

Pour sa part, M. Trump a félicité les participants, sans toutefois aller jusqu’à cautionner explicitement l’incursion, et ce afin de conserver un démenti plausible : “Ce sont les choses et les événements qui se produisent lorsqu’une victoire électorale massive et sacrée est si peu cérémonieuse et si vicieusement retirée à de grands patriotes qui ont été mal et injustement traités pendant si longtemps”. Il a ajouté un message identifiant l’événement comme une étape fondamentale confirmant l’émergence d’un nouveau courant politique : "Souvenez-vous de ce jour pour toujours !

En réponse, Twitter et Facebook ont finalement imposé un embargo sur les comptes de Trump. Les modérateurs de l’un des espaces d’organisation en ligne du rassemblement ont également été mis sous pression :

Facebook a déjà interdit de nombreux anarchistes il y a quelques mois, mais tout de même, si tout malheur qui arrive à Trump est un obstacle bienvenu à ses efforts totalitaires, il est inévitable que cela conduise finalement à une plus grande censure des anarchistes et des autres participants aux mouvements sociaux. Il est donc d’autant plus urgent que nous établissions et promouvions des alternatives dès maintenant.

Les républicains vont-ils se séparer ?

À la suite de ce coup d’éclat, les républicains se sont déjà effectivement divisés en deux camps, l’extrême droite pro-Trump et les “centristes” qui ont finalement été contraints de rompre avec Trump, bien qu’il ait été à cheval sur ses positions pendant les quatre dernières années.

L’une des réalisations les plus inquiétantes de Trump pour faire avancer la cause réactionnaire est qu’aujourd’hui les républicains qui se sont déplacés vers l’extrême droite grâce à son influence peuvent être salués comme des héros de la démocratie par une base bipartisane - simplement parce qu’ils ont choisi de ne pas le soutenir dans une tentative de coup d’État explicitement antidémocratique. Alors que les démocrates et les républicains qui retirent leur soutien à Trump consolident un nouveau centrisme politique bipartisan, le milieu de ce centrisme aurait été considéré comme extrême droitiste il y a quelques années seulement. L’adversaire républicain d’Obama lors de l’élection de 2008, John McCain, est maintenant détesté par la base de Trump, mais est un héros pour de nombreux démocrates.

À cet égard, le départ de Trump du centre du Parti républicain ne fait que consolider les acquis de l’extrême droite, en les libérant de toute association avec son caractère polarisant. Si l’extrême droite est maintenant représentée par des néo-nazis féroces qui se livrent à une insurrection armée pure et simple, il sera plus facile pour les capitalistes qui veulent déporter des millions de personnes et en expulser des dizaines de millions de se présenter comme des partisans éminemment raisonnables du point de vue dominant. Le chaos d’hier à Washington a déjà permis aux partis d’extrême droite européens de se positionner comme des défenseurs consternés de la démocratie.

Il est tout à fait possible que certains partisans de Trump ressentent les événements du 6 janvier comme un signal d’alarme. Mais il est peu probable que ce changement soit une amélioration. Certains d’entre eux pourraient décider qu’ils sont vraiment convaincus de la démocratie d’État et de l’État de droit après tout ; dans ce cas, ils feront appel à des partisans comme Lindsay Graham et, au mieux, appelleront à la répression des fascistes purs et durs ainsi que des antifascistes. D’autres - ayant enfin appris ce que c’est que d’être victime de la répression policière - concluront qu’ils détestent la démocratie et les flics, eux aussi, mais pour des raisons exactement opposées à celles des anarchistes, et rejoindront des groupes explicitement fascistes.

Cette rupture avec les autres républicains dérangera les partisans de Trump, car elle les sépare d’une grande partie de leur pouvoir et de leur légitimité perçue ; mais c’est une étape nécessaire pour ceux qui ont cherché à établir une base de masse pour le fascisme pur et simple. Ils ont établi un pôle fasciste dans la politique américaine - avec des martyrs et un récit revanchiste - qui leur servira pendant des années à venir, en leur fournissant un mythe interne pour recruter et une justification à chaque fois qu’ils auront besoin d’utiliser la force.

Comme nous l'avons soutenu lorsque Trump est arrivé au pouvoir, si l'État n'est pas capable de résoudre les problèmes auxquels les gens ordinaires sont confrontés aujourd'hui, il pourrait être stratégique pour eux de se positionner en tant qu'ennemis du gouvernement en place, afin de recruter parmi des blancs désespérés et privés de leurs droits, dont les privilèges raciaux les ont amenés à croire qu'ils ne devraient pas être ceux qui sont abandonnés par l'État et exploités par l'économie.

Comme nous l’avons soutenu par ailleurs, en réponse au soulèvement de George Floyd, Trump et ses partisans se sont retirés du contrat social, déclarant en fait : “Si nous ne conservons pas nos privilèges, c’est la guerre civile”.

Une mainmise sur le pouvoir

Dans le même temps, comme nous l’avons soutenu le mois dernier, bien que les milices d’extrême droite se décrivent comme des rebelles contre le statu quo, c’est une erreur de les considérer comme s’opposant à l’État lui-même. Au contraire, paradoxalement, les participants au mouvement autour de Trump ont cherché à se qualifier à la fois d’ennemis de l’“État profond” et de partisans du pouvoir de l’État. Par conséquent, ils bénéficient du soutien de l’intérieur de l’État, même s’ils prétendent le contester.

Sept sénateurs et 121 républicains de la Chambre des représentants - plus de la moitié des républicains de la Chambre, et plus d’un quart de la Chambre des représentants au total - ont soutenu le challenge de la validation de l’élection, après l’incursion d’hier - quand il est devenu clair que, ce faisant, ils fournissaient intentionnellement une couverture narrative à ce qui était soit une tentative de coup d’État extrêmement maladroite, soit la fondation d’un nouveau parti fasciste. Au moins six élus, dont un membre de la Chambre des délégués de Virginie occidentale, ont participé à l’assaut du Capitole, ainsi qu’un grand nombre d’officiers de police en civil venus de tout le pays.

Tout ceci est une preuve suffisante que le mouvement autour de Trump ne va pas disparaître de sitôt, et il sera très difficile pour les autorités d'exercer contre lui le type de force qu'il faudrait pour en stopper l'élan.

Prenant exemple sur Trump, le député Matt Gaetz et d’autres républicains ont répandu l’absurde mensonge selon lequel le mouvement incontrôlé au Capitole était en quelque sorte le fait d’acteurs “antifa” sous fausse bannière. Bien entendu, de nombreuses preuves confirment que l’incursion était composée de partisans avoués du Trump. En répandant hardiment des mensonges éhontés, Gaetz et ses acolytes constituent ainsi une base large et solide qui répand des mensonges pour démontrer leur loyauté et cracher aux yeux des politiciens et des journalistes démodés qui prennent encore la crédibilité au sérieux. Ils visent à hâter l’arrivée d’un jour où la vérité ne sera plus qu’un enjeu d’appartenance politique, et non l’inverse.

Malheureusement, Gaetz est seulement un exemple parmi tant d’autres, de personnes occupant des positions variées au sein du spectre politique qui tentent de brouiller les pistes concernant l’identité politique des partisans de Trump qui ont envahi le Capitole. Erin Burnett et Dana Bash se sont joints à Fox News et Vanity Fair et aux politiciens Marco Rubio et Elaine Luria dans leur description des partisans de Trump comme des “anarchistes” - en écartant l’inévitable effort à venir pour impliquer “les deux côtés”, fasciste et antifasciste, comme étant également responsables des problèmes qui affligent les États-Unis.

Et les anarchistes ?

Ayant appris des deux derniers rassemblements de partisans de Trump à DC, les anarchistes et antifascistes qui circulent dans le centre-ville de DC en groupes affinitaires ont pu empêcher des attaques brutales contre des activistes racisés et d’autres qui risquent d’être pris pour cible au hasard par les fascistes et les partisans de Trump. Mais il y a eu très peu de bonnes nouvelles en cette sombre journée.

Les anarchistes font face à une double épreuve en tentant de répondre aux événements du 6 janvier. Ce n’est pas cohérant de risquer nos vies pour défendre les institutions qui dirigent l’oppression de l’État, ni de donner aux fascistes des occasions faciles de nous tuer ou de nous blesser. En même temps, si nous cédons tout le terrain du conflit à la droite extrême insurgée et à un État policier répressif, quel que soit le tort qu’ils se causent mutuellement, l’horizon politique se rétrécira pour devenir vraiment petit. Au minimum, nous devrions proposer une alternative anti-autoritaire à ces deux forces, en établissant de nouveaux modèles d’action et en trouvant des points d’intervention qui minimisent la vulnérabilité.

Il ne sera probablement pas possible pour les partisans de Trump de faire deux fois la même action. Le 20 janvier, lorsque Joe Biden sera inauguré président, nous nous attendons à ce qu’il y ait une présence policière et militaire considérable à Washington, DC. D’autre part, les partisans de Trump pourraient tenter de reproduire ce qu’ils ont fait à Washington dans les capitales des États du pays. Ceux qui s’opposent à la fois au fascisme et à la répression étatique pourraient devoir revenir à la case départ afin d’identifier les objectifs les plus stratégiques dans ce nouveau scénario.

Une erreur que nous ne devons pas commettre est de supposer que toutes les cartes sont sur la table. Cela n’est pas vrai - il y a encore des secteurs massifs de la société qui n’ont pas joué leur jeu avec l’un ou l’autre camp. La fuite en avant vers la guerre civile augmente la probabilité que nous arrivions à ce point avant d’être prêts. La guerre civile est peut-être inévitable, si tel est le cas, c’est une raison de plus pour se concentrer sur la construction de réseaux et sur l’appel à ceux qui n’ont pas encore choisi leur camp tant qu’il est encore temps.

P.S.

Article traduit depuis crimethinc

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co