Urbanisme - Transport Action directe Coronavirus

Entraide mutuelle - Magasin gratuit à Lausanne

L’histoire, c’est celle d’une action directe comme on les aime : un magasin gratuit fait d’invendus et ouvert à tout.e.x.s. Une initiative autogérée d’entraide mutuelle, organisée en dehors des structures existantes basée sur une perspective d’anti-monétaire, radicalement écologiste et communautaire.

Lausanne |

La suite, sans surprises, on la connaît…C’est la police qui ferme l’endroit sous couvert d’ordonnance COVID-19, parce que la solidarité c’est bien quand ça ressemble à de la charité, bureaucratisée, organisée d’en haut et qui absout le système étatique de ses responsabilités dans cette crise.

La fin de l’histoire on vous la dit : c’est un cri lancé avec un mauvais goût d’autoritarisme dans la bouche mais qui appelle à la multiplication de ce genre d’actions. 

On ne s’arrêtera pas Corona, ou pas !

Et parce que chaque lutte mérite un peu de contexte, voici quelques pensées du collectif.

Gaspillage alimentaire
Au milieu de cette crise, le gaspillage alimentaire qui était hier insoutenable est aujourd’hui inhumain. Parce que les logiques marchandes sont imperméables et rigides, les supermarchés suivent les mêmes règles absurdes dictées par l’économie. Car les prix en magasin comptabilisent les pertes et que les dates de péremption assurent un rythme de consommation soutenu (même en temps de crise) les poubelles sont pleines… pleines de déchets non triés et dans des sacs non taxés parce que la logique de l’écologie individuelle pèse sur les individus uniquement. Ce gaspillage est une ignominie quand on sait que des individus et des organisations manquent de ressources alimentaires [1]

La distribution d’invendus est un acte d’entraide mutuelle qui rend visible l’étendue de ce système consumériste !

Gratuité
Devant la panique de la population face à quelques rayons vides la question s’est posée…pénurie ? Ceci a suffi pour que l’état et les lobbys marchands rassurent : on pourra se nourrir et consommer. Mais qu’en est-il de ceux qui ne peuvent pas payer ?… Dans une période où les cols blancs font du télétravail, le monde des indépendant.e.x.s, des contrats précaires et du service se serrent la ceinture et vivent dans l’incertitude ou prennent des risques en continuant à aller au travail. Pour tous ceux.elle.x.s qui s’en sortaient tout juste, cette crise n’est pas juste un moment d’isolement, c’est le début d’une dégringolade entre les filets du système. En donnant gratuitement nous voulons rappeler qu’il existe une alternative à la logique marchande, que tout ne se monnaie pas.

Entraide mutuelle
“C’est le moment d’être solidaire !” mais de quelle solidarité parlons-nous ? Là ou solidarité rime souvent avec charité nous préférons le mot entraide mutuelle. La solidarité qui se confine dans les limites du système étatique n’est pas ouverte à tout.e.x.s, elle se mérite à coup de critères d’éligibilité et de papiers d’identité. La solidarité bureaucratisée absout le système de ses responsabilités dans cette crise, que ce soit à l’échelle locale ou à l’échelle globale. C’est une vision radicalement différente de la société où l’entraide mutuelle et l’auto-gestion de nos communautés assurent notre santé. Rappelons que le système capitaliste, même lorsqu’il est solidaire, reste la cause de l’apparition du virus [2] et la raison de sa propagation rapide et incontrôlable. Et que bien que le coronavirus tue aujourd’hui par milliers, la précarité de ce système individualiste a tué, tue et tuera bien plus que ca. Et que le sexisme et le racisme de ce système ont tué, tuent et tueront bien plus que ca.

Répression policière
L’autorité, en temps de crise, c’est l’abus de pouvoir généralisé et le contrôle social [3] justifié à coup d’ordonnance. C’est demander à ceux.elle.x.s d’en-bas des sauver des vies avec peu de moyens, de prendre des risques pour sauver l’économie [4] et de s’isoler à leur domicile, qu’ils en aient un ou pas [5]. L’autorité c’est le choix de fermer un magasin gratuit sous prétexte de l’Ordonnance Covid-19. Sans plus ni moins. Et si on insiste un peu c’est parce qu’en plus on est gratuit, et, nous dit-on, ça pourrait attirer une foule. Le mythe de la fameuse foule du peuple, incontrôlable, qui ne sait ni se comporter et qui ne peut ni décider ni choisir pour elle-même… Il vient de là le mauvais goût d’autoritarisme dans notre bouche.
On vous le dit, ce n’est pas une foule incontrôlable, ce sont des familles, des couples, des jeunes et des moins jeunes qui font parfois jusqu’à une heure de transport public pour arriver au lieu de distribution. Et oui elle existe la précarité, pas que dans vos fantasmes ou dans notre imaginaire. 

“Et après la crise, le magasin gratuit existera-t-il toujours ?” Nous demande-t-on…

Oui, on ne s’arrête pas et on ne s’arrêtera pas ! Corona, ou pas.

Pour une pou belle vie 

Notes

[2Le lien entre la pandémie est l’écologie, en particulier le lien entre la destruction des habitats et le développement de nouveaux agents pathogènes est expliqué dans cette article. https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/SHAH/61547

[3Swisscom va utiliser certaines données téléphoniques pour surveiller les attroupements. https://www.letemps.ch/economie/swisscom-aidera-confederation-detecter-attroupements-via-telephones

[4Chantiers encore ouverts dans certain cantons, post de l’Unia le 23.03.2020 https://twitter.com/UniaSuisse/status/1242497412951834625

[5Repression policière en temps de Covid-19 : la Police de l’Ouest lausannois et la Gendarmerie font une intervention sur le terrain vague devant le sleep in. https://www.facebook.com/veilleusesleepin/

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co