Antifascisme - Antiracisme Stop Bunkers Grütli

[Genève] Quand les migrants luttent, les fascistes aboient…

Depuis maintenant plusieurs mois des collectifs de migrantEs en lutte se sont formés à Lausanne et à Genève. Le collectif “R” occupe le refuge de St-Laurent à Lausanne et “No Bunkers” le collectif d’occupation du Grütli à Genève, vient de déménager à la salle du Faubourg.

Genève |

Les mobilisations de soutien ont rythmé ce début d’été et des millers de personnes ont répondu à l’appel des migrantEs et des groupes et organisations qui les soutienent (SolidaritéS, solidarité Tattes, Sans Retour, les milieux alternatifs, des autonomes et des antifas).

A l’opposé, des groupuscules néo-fascistes, identitaires et racistes ont à plusieurs reprises tenté d’intimider les migrantEs et leurs alliéEs et de s’attaquer à la liberté de circulation et au droit d’asile avec leur propagande.

  • Le 10 mars, après le rassemblement contre l’expulsion d’un requérant d’asile blessé lors de l’incendie du foyer des Tattes, la police a protégé un néo-nazi (Lucas Tersen, recherché en France par la Justice pour son appartenance à la cellule pseudo-clandestine “Blood and Honour C18″ pour laquelle il a été condamné à 2 ans de prison) venu provoquer les manifestantEs.
  • Le 15 juin, des migrantEs vivant aux Tattes sont menacés d’être hébergés dans des abris PCi souterrains. L’information circule très vite et rapidement des personnes se rendent aux Tattes pour soutenir les migrantEs. Deux personnes autoproclamées “journalistes” se baladaient avec une caméra et ils ont interviewé un requérant. Ce dernier à malheuresment dit plein de choses stupides pour le grand bonheur de ces faux journalistes mais vrais militants d’extrême-droite. Ces individus “travaillent” pour “la Pravda.ch” (un blog “d’information alternative” ils se décrivent comme “une plateforme aux journalistes indépendant voulant informer le public sans avoir à se soucier du politiquement correct”) un nouveau blog alliant des membres de l’UDC et des soraliens d’E&R suisse.
  • Mi-juin, des jeunes néo-fascistes de “Résistance Helvétique” (groupuscule nationaliste, raciste, homophobe, islamophobe et anti-féministe basé principalement en Valais et Vaud) ont collé au scotch des affiches A4 sur Plainpalais et tout autour du Grütli.
  • Le 19 juin, une nouvelle équipe de “la Pravda.ch” a cette fois-ci tenté de s’approcher de l’occupation du Grütli mais ils se sont fait démasquer et gentiment prier de partir.
  • Fin juin, une poignée de jeunes néo-fascistes se sont rendus aux foyer des Tattes pour intimider les migrantEs et en réaction à la vidéo-interview de “La Pravda.ch”. Ils ont sprayé deux slogans sur les murs : “Nos femmes ne sont pas à baiser” avec une croix celtique (signe de ralliement de l’extrême-droite) et “Terroristes à mort – immigrés dehors”.
  • Début juillet, des membres de Génération Identitaire Genève ont accroché une banderolle sur le Mur des Réformateurs avec comme slogan : “Marre des bunkers ? Prenez un charter !”. Ils ont également distribué des flyers devant la Place Neuve.

Bien que ces groupuscules n’aient aucun poids politique et ne représentent pas un danger immédiat il est important de démonter leurs discours et de ne pas laisser l’actualité autour de migrantEs dans les mains de l’extrême-droite.

En même temps il ne faut pas leur donner trop d’importance car leurs actions ont eu très peu de portée et ils sont insignifiants numériquement en comparaison du mouvement de soutien aux migrantEs en lutte.

Néanmoins nous publions ce communiqué pour informer les personnes concernées sur les agissements de ces groupuscules.

Restons vigilantEs ! On reste antifascistes !

Say it loud say it clear ! Refugees are welcome here !

RAGE – Réseau d’Agitation – Réseau Antifasciste Genève

P.S.

Pour voir tous les articles publiés sur renverse.ch à ce sujet : le fil d’infos No Bunker !

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co