Écologie - Antiindustriel

[Morges] Bref compte-rendu de la balade contre Monsanto

Ce samedi 23 mai 2015 à quatorze heures, plus d’un millier de personnes se sont retrouvées à Morges, suivant l’appel de la Marche mondiale contre Monsanto. Le soleil brillait et le vent printanier dispersait les pollens parmi une foule très éclectique : des gens de tout âge et des tendances politiques les plus variées, de nombreux enfants aussi et des personnes âgées. L’atmosphère était plutôt conviviale et détendue. Les nombreux appareils qui filmaient ou photographiaient l’évènement de toute part laissaient déjà augurer qu’il s’agirait avant tout d’un parade symbolique. Les membres du service d’ordre organisé par Greenpeace pour l’occasion étaient d’ailleurs reconnaissables à leurs gilets jaunes fluo.

Morges |

Vers 14h20, le cortège se mit en branle. Le défilé qui traversa le centre-ville fut court, calme et étonnamment silencieux. On entendit peu de slogans, de chants ou de musique. Après une ballade d’environ vingt minutes, le cortège arriva devant le siège européen de Monsanto, un building moderne et gris de cinq étages. Des barrières Vauban avaient été disposées tout autour du bâtiment afin d’en bloquer l’accès. Les manifestant-e-s s’agglutinèrent donc le long de ces barrières pour crier leurs slogans vers le bâtiment et, accessoirement, vers la demi-douzaine de fonctionnaires de police qui tenaient la garde. Certain-e-s parvinrent à débloquer des barrières et quelques manifestant-e-s s’engouffrèrent dans la brèche. La réaction policière ne se fit pas attendre : sous les huées de la foule, une vingtaine de policier-e-s en armes (casques, boucliers, flashballs, etc.) surgit du bâtiment et se disposa en cordon face à celles et ceux qui avaient pénétré l’enceinte.

À partir de là, la disposition spatiale en cercles concentriques n’a plus changé : le bâtiment, un cordon de robocops, une ligne de manifestants, les barrières Vauban, puis les manifestants moins téméraires. On se regardait en chien de faïence. Certain-e-s essayèrent sans succès de titiller ou de dévoyer les policiers. Vers quinze heures, les différents organisateurs prirent successivement la parole. Parmi d’autres vérités inéluctables, on peut relever ce passage qui clôturait le discours des Verts : « Par le vote, mais aussi par la consommation, vous pouvez choisir. » Une fois les discours politiciens terminés, l’animation manquait. De temps à autres, une rumeur s’élevait pour s’éteindre quelques secondes plus tard. La foule se faisait de plus en plus clairsemée. A seize heure, il ne restait plus guère que trois cent personnes.

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co

Soutenir par un don