CRAQ" />
Palestine Luttes décoloniales

06.07.24 - GRANDE MANIFESTATION STOP GENOCIDENO PRIDE IN APARTHEID

Après neuf mois de violence sans réserve, nous sommes tous les jours confronté.e.xs à de nouvelles atrocités commises par l’armée israélienne. Le génocide à Gaza n’a toujours pas de fin en vue malgré la pression internationale croissante sur l’État Israélien, surtout l’appel du Conseil de sécurité des Nations unies pour un cessez-le-feu et les mesures spéciales adoptées par la Cour Internationale de Justice qui exigeait un arrêt immédiat de l’offensive militaire à Rafah.

Genève |

Cependant, les dernières semaines nous avons été témoins d’horreurs frappantes, notamment le massacre du camp Nuseirat, au cours duquel les soldats israéliens en civil, cachés dans un camion d’aide humanitaire, ont infiltré un camp de réfugié.e.xs après l’avoir bombardé massivement sans sommation. Les forces israéliennes ont tué 274 Palestinien.ne.xs et blessé environ 700 personnes au cours de ce massacre, dont le but était de sauver quatre otages Israelien.nEx.s.

La veille du massacre de Nuseirat, de nombreusExs Israelien.n.exs à Yaffa fêtaient et manifestaient pour le mois des fiertés avec une manifestation au bord de la mer tout en brandissant des drapeaux arc-en-ciel ainsi que des drapeaux avec des rubans jaunes qui furent accrochés partout dans la ville. Ce ruban, qui fait référence aux otages israelien.ne.xs, est devenu un symbole de soutien à l’armée dans sa guerre génocidaire. Il rentre dans le cadre de l’instrumentalisation des luttes LGBTQIA+ par le projet sioniste, qui tente de caractériser Israël comme exceptionnellement progressiste et moderne en le représentant comme un espace dans lequel les personnes queer peuvent vivre en sécurité et la Palestine comme un espace dans lequel l’homophobie et la transphobie sont endémique.

Cette politique d’instrumentalisation, qualifiée de “pinkwashing” par les militantExs palestinien.ne.xs queer, ne vise pas seulement à justifier l’apartheid israélien. Elle est aussi une manière de masquer la violence menée par l’Etat israélien contre touxtes les Palestinien.ne.xs ainsi que spécifiquement contre les Palestinien.ne.xs queer. Les queers palestinienNExs n’ont pas de place en Israël, iels ne sont pas en sécurité et ne le seront jamais. De nombreux témoignages ont montré comment le régime sioniste force les queers palestinien.ne.xs à devenir des informateur.ice.xs et sont soumisExs à des menaces constantes d’outing et de violences sur elleux-meme mais aussi sur leurs proches si iels refusent. On parle alors de "pinkwatching" (et non "washing"). En effet, depuis des décennies, les services de renseignement et de sécurité israéliens ciblent les Palestinien.ne.xs queers et utilisent la queerphobie comme une arme en les menaçant de les "outer" auprès de leurs familles et à leurs communautés s’ils ne servent pas d’informateurs et de collaborateurs. Ces nombreux récits de guet-apens de Palestinien.ne.xs queers de Cisjordanie et de la bande de Gaza par les services de renseignement israéliens, ont contribué à une stigmatisation accrue de l’homosexualité dans la société palestinienne en raison de l’association avec la trahison et la collaboration avec Israël.

De plus, bien qu’Israël se présente comme un lieu inclusif et bienveillant pour les personnes LGBTIQ+, la réalité est toute autre ! Les Palestinien.ne.xs queer et Israelien.ne.xs trans*, qui ne correspondent pas à l’image du bon citoyen israélien “homonationaliste,” dont l’image paradigmatique est devenue le soldat cis qui tient un drapeau arc-en-ciel sur les ruines de Gaza, subissent des discriminations et violences de plein fouet. Les Palestinien.ne.xs cherchant l’asile en Israël se voient régulièrement refuser l’accès aux soins de santé et aux permis de séjour, les personnes trans* en Israël sont victimes de discrimination et harcèlement dans tous les aspects de leur vie.

La rhétorique d’une Palestine "libérée" de l’homophobie et la récupération politique d’identités marginalisées pour couvrir le génocide en cours est totalement ignoble ! Les queers sont aussi arabexs, les queers sont aussi musulman.e.xs, les queers sont aussi palestinien.ne.x.s ! Les luttes LGBTIQ+ n’ont pas de frontières, elles ne s’arrêtent pas à l’occident ! Ainsi, pour le mois de fiertés, nous appelons à un Bloc Queers for Palestine lors de cette manifestation pour la Palestine !

Mobilisons-nous pour exiger la fin du génocide à Gaza et pour dénoncer l’instrumentalisation des luttes LGBTQIA+ pour justifier l’apartheid israélien. Samedi 6 Juillet, prenons la rue pour dire : Stop Génocide et No Pride in Apartheid ! RDV 17h Parc des Cropettes

Organisation : BDS Genève & Collectif Radical d’Action Queer (CRAQ)
Soutenu par : BDS Neuchâtel, BDS Lausanne, Apartheid Free Zone Switzerland, Collectif Action Palestine Neuchâtel, Collectif Urgence Palestine Vaud, Collectif Urgence PalestineGenève, solidaritéS, Jeunesse solidaire, Le Silure, Collectif Sud Global, Action Antifasciste Genève, centre culturel autogéré l’Usine, Coordination Etudiante pour la Palestine UNIGE, Les Foulards Violets, librairie Fahrenheit 45, MARAD, Collectif juif décolonial, Le Rez-Usine, association Achillée, CSSR, Solidarité Tattes

• Nous appelons à ne pas déployer d’autres drapeaux que les drapeaux palestiniens et ceux des communautés LGBTQI+.
• Aucune forme de discrimination et de racisme ne sera tolérée, y compris l’antisémitisme, l’islamophobie, l’homophobie et la transphobie.

Agenda

GRANDE MANIFESTATION STOP GENOCIDENO PRIDE UNDER APARTHEID

 samedi 6 juillet 2024  17h00 - 20h00
 samedi 6 juillet 2024
17h00 - 20h00
 Genève,

 

RDV 17h Parc des Cropettes

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co