Antifascisme - Antiracisme

500K.ch : solidarité avec les antifascistes de « Basel Nazifrei »

Le site internet de la campagne de soutien aux antifascistes de « Basel Nazifrei » vient d’être traduit en français et en anglais. Solidarité avec celles et ceux qui, le 24 novembre 2018 à Bâle, ont eu le courage de s’opposer à l’extrême-droite !

Genève |

Le 24 novembre 2018, plus de 2’000 personnes se sont mobilisées pour empêcher une marche d’extrême droite du PNOS (Parti des Suisses d’orientation nationale) à Bâle. La contre-manifestation populaire et antifasciste “Basel Nazifrei” avait réussi à stopper les néo-nazis et la mobilisation contre les néo-nazis du PNOS avait été un grand succès.

Ce courage civique a maintenant de lourdes conséquences : de nombreu.x.ses manifestant.e.s sont actuellement criminalisé.e.s. Dans toute la Suisse, des perquisitions à domicile et des poursuites pénales ont été procédées par le parquet de Bâle.

C’est ainsi qu’est née l’idée de lancer la campagne 500K. Nous ne pouvons pas et nous n’accepterons pas que ces personnes, qui sont descendues dans la rue au nom de tou.te.s les autres, soient maintenant accusées. Avec la campagne 500K, nous soutenons ces personnes financièrement et les aidons dans leurs procédures judiciaires, car ces frais de justice sont une menace pour la subsistance de nombreu.x.ses accusé.e.s.

Nous nous considérons comme une association largement portée par des personnes engagées de milieux sociaux variés, ayant toutes la même motivation - renforcer et soutenir toutes les forces antifascistes. Nous tenons à souligner que, même à notre époque la manière de penser misanthrope domine encore la scène. Les personnes qui osent s’opposer aux slogans d’extrême droite sont mises sous pression, criminalisées et souvent sévèrement punies.

Nous sommes également préoccupés par une tendance politique vers la droite en Suisse.
 La croissance et la diffusion des idées d’extrême droite et de leur idéologie, non seulement de la part d’individus, mais aussi, de plus en plus, par les partis politiques, doivent à tout prix être empêchées de s’ancrer dans notre structure sociale. Les partisans de cette façon de penser sont d’avis que tout le monde n’est pas égal et considèrent même que certaines personnes n’ont aucune valeur. C’est une manière impitoyablement inhumaine de voir les choses.

Nous nous efforçons de créer une société ouverte et tolérante, dans laquelle il est également permis de descendre dans la rue, de s’exprimer librement et d’attirer l’attention sur les griefs. Dans un tel système social que nous prônons, la répression n’a pas sa place. Dans ce contexte, nous nous interrogeons également sur les procédures judiciaires douteuses et les peines élevées appliquées dans les procès de Bâle.

40 personnes au total sont accusé.e.s de différents délits à cause de leur participation aux contre-protestations à la manifestation du PNOS. En règle générale, il faut s’attendre à un montant d’au moins CHF 10’000.- par cas, même s’il ne s’agit que d’une amende (honoraires d’avocat, frais d’enquête, frais de justice). Comme certaines personnes doivent également craindre des poursuites en vertu de la législation sur l’immigration, les coûts montent en flèche. Bien sûr, le chiffre est aussi symbolique ; ensemble, nous pouvons atteindre le demi-million. Toutefois, ce chiffre n’est pas du tout tiré par les cheveux et est probablement encore trop bas compte tenu des jugements rendus jusqu’à présent.

Le 21 septembre 2020, la Cour pénale de Bâle a prononcé la première peine de prison ferme de la série de procès des antifascistes de "Basel Nazifrei" : la militante condamnée sera emprisonnée pendant huit mois. Ceci malgré le fait que l’activiste condamnée n’a pas exercé de violence, même aux yeux de la cour. Mais elle faisait cependant partie d’une foule qui avait selon la police « commencé la violence » et elle était donc coupable de “trouble à l’ordre public” et de “participation passive à la violence et aux menaces contre les autorités”. En réalité la police avait ouvert le feu sur la contre-manifestation antifasciste avec des balles en caoutchouc, sans sommations, afin de permettre aux néo-nazis de lancer leur cortège.

N’abandonnons pas celles et ceux qui, le 24 novembre 2018 à Bâle, ont eu le courage de s’opposer à l’extrême-droite !

Pour faire des dons ou pour plus d’informations : www.500k.ch/fr/home

Vous pouvez également vous procurer du merchandising et du matériel de soutien chez True Rebel Shop

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co