Féminismes - Genre - Sexualités Manifestation

Communiqué du collectif 8 mars pour un féminisme révolutionnaire sur la soirée de samedi

Pour clore la version 2021 de la semaine de luttes internationales féministes, le collectif 8 mars pour un féminisme révolutionnaire revient sur le magnifique atterrissage du vaisseau spatial du 8 mars attacks, qui a eu lieu la nuit du 6 mars à Genève, suivi d’une manif spontanée jusqu’au parc des Cropettes.

Genève |

Le rendez-vous était donné sur la plaine de Plainpalais où 14 stands ont été installés pour porter nos revendications de manière ludique ; ils ont animé une bonne partie de la soirée.

Dès 18h00, environ 400 personnes convergent vers l’espace adjacent au boulodrome. Les tenues colorées et les masques flamboyants transforment les manifestantexs en de magnifiques créatures festives intergalactiques dont les convictions et revendications sont clairement exposées :
CONTRE l’hétérocispatriarcat, le racisme, l’islamophobie, la transphobie le validisme, la grossophobie et toute autre forme d’oppression.
POUR une société inclusive et bienveillante qui respecte toutes les identités.

Jusqu’à 21h, la fête bat son plein et les personnes présentes voguent entres les différents stands : jeu de boules contre le patriarcat, patates à la braise , focaccia, soupe, stand de vaccination contre l’hétérocispatriarcat blanc, l’infokiosque phosphorécent et son brasero pour y cramer le vieux monde, un stand « pimp ton masque » ainsi que des bars sur roulettes, le sharkaraoké (the one and only) et un dancefloor enflammé. Tout ceci, retransmis en direct sur radio-40 par la radio mobile « Du love révolutionnaire sur voux » en conclusion d’une semaine entière d’émissions quotidiennes en direct dédiées aux luttes féministes.

À 21h, un magnifique feu d’artifice illumine le ciel de la Plaine. Après trois heures de fête, il semble marquer le départ vers une autre destination : la rue. La police, quasiment absente jusque là, intervient pour demander de baisser le volume de la sono. Alors l’ensemble des personnes présentes mettent fin au rassemblement et se dirigent uniexs sur la route, en masse compacte derrière les banderoles qui lisaient « féministes antiracistes révolutionnaires », « ceci est un avertissement » ou encore « l’amour révolutionnaire qui noux habite détruira votre cistème oppressif ».

Une manifestation spontanée se forme et entonne des slogans. Plus de 200 personnes constituent le cortège qui se dirige vers la gare Cornavin en empruntant le boulevard George-Favon, le pont de la Coulouvrenière avec un petit détour par la place de la Synagogue, puis remonte en direction de quai 9.

Une fois arrivée au niveau du parc des Cropettes, la manifestation tente de redescendre vers le pont du Mont-Blanc, mais la police fait barrage. Au moment de faire demi-tour, un saladier de couscous qui commençait à peser lourd est jeté sur les flics en bleu. Éclats de rire et encore plus de slogans, couscous partout, justice nulle part.

Le cortège effectue un dernier tour dans le quartier des Grottes pour finalement occuper la chaussée à la rue Fort-Barreau.

Tout le long du chemin emprunté par les manifestantexs, chants, slogans et détermination se sont fait entendre ! Cette manifestation a pu avoir lieu grâce à l’énergie collective magique de touxtes les participantexs !

Un suivi live de cette soirée avec plein de super photos se trouve ici : https://renverse.co/infos-locales/article/vaisseau-feministe-en-escale-sur-plainpalais-2954

Cette année encore, les manifestantexs féministes révolutionnaires ont montré leur détermination à rendre visible leur détermination à anihiler toutes les oppressions.

L’année dernière, le 8 mars marquait le début d’une série de restrictions dont nous ne sommes pas sortiexs. Le droit de manifester fut plus que jamais limité en raison de la pandémie, alors que la population est désormais autorisée à s’agglutiner dans les grands magasins pour consommer des biens qui n’enrichiront que les plus puissantexs, appauvriront les plus marginaliséexs et détruiront la biodiversité de la planète. Face à ces incohérences et une croissance de la précarité et de la militarisation des frontières, comment rester chez soi ? Inimaginable de rester les bras croisés lorsque des personnes meurent de féminicides, subissent des violences médicales et toutes sortes de violences ou microagression dans la rue ou sur leurs lieux de vie, de travail ou de formation en raison de leur identité de genre, leur orientation sexuelle, leur apparence !

L’échelle de valeur a été questionnée grâce a la mobilisation de ce samedi soir dans les rues de Genève.

Les militantexs du collectif 8 mars pour un féminisme révolutionnaire annoncent qu’iels n’en resteront pas là.

P.S.

Le collectif invite toute personne dont l’identité aurait été relevée par la police à écrire à l’adresse antirep-ge@riseup.net.

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co