Expression - Contre-culture

Grande bouffe italienne + films de Cecilia Mangini

À l’occasion du plein air du Spoutnik, un cycle intitulé IL POPOLO !, sur quelques cinéastes italien.nes qui ont embrassé la question du peuple et ont su restitué sa vitalité.

Genève |

𝐂𝐨𝐮𝐫𝐭𝐬-𝐦𝐞́𝐭𝐫𝐚𝐠𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐂𝐞𝐜𝐢𝐥𝐢𝐚 𝐌𝐚𝐧𝐠𝐢𝐧𝐢 | 𝐈𝐭𝐚𝐥𝐢𝐞 | 𝟏𝟗𝟓𝟗-𝟏𝟗𝟕𝟒 | 𝟖𝟓’ | 𝐕𝐨, 𝐬𝐨𝐮𝐬-𝐭𝐢𝐭𝐫𝐞́ 𝐟𝐫𝐚𝐧𝐜̧𝐚𝐢𝐬

𝐒𝐭𝐞𝐧𝐝𝐚𝐥𝐢, 𝟏𝟗𝟓𝟗, 𝟏𝟏’ - 𝐌𝐚𝐫𝐢𝐚 𝐞 𝐢 𝐠𝐢𝐨𝐫𝐧𝐢, 𝟏𝟗𝟓𝟗, 𝟏𝟎’, 𝐄𝐬𝐬𝐞𝐫𝐞 𝐃𝐨𝐧𝐧𝐞, 𝟏𝟗𝟔𝟒, 𝟐𝟖’ - 𝐈𝐠𝐧𝐨𝐭𝐢 𝐚𝐥𝐥𝐚 𝐜𝐢𝐭𝐚̀, 𝟏𝟗𝟓𝟖, 𝟏𝟐’ - 𝐋𝐚 𝐛𝐫𝐢𝐠𝐥𝐢𝐚 𝐬𝐮𝐥 𝐜𝐨𝐥𝐥𝐨, 𝟏𝟗𝟕𝟒, 𝟏𝟒’ - 𝐋𝐚 𝐜𝐚𝐧𝐭𝐚 𝐝𝐞𝐥𝐥𝐞 𝐌𝐚𝐫𝐚𝐧𝐞, 𝟏𝟗𝟔𝟏, 𝟏𝟎’


Prévu à la ferme de la Touvière, cette soirée est dédiée à Cecilia Mangini.

Première documentaristes en Italie, dont les courts métrages aussi lyriques que politiques font exister, dès la fin des années 50 les banni.e.s du Sud : ouvrières, militantes, paysan.ne.s, pleureuses et jeunes des banlieues. Mangini cherche dans le rythme des gestes et dans le chant les ressources permettant au peuple de surmonter ses peines. Tout en s’étant tournée dans le passé pour puiser dans les traditions, Mangini s’est aussi frotté au présent. Dans Essere donne, à l’avènement de la femme moderne, celle crée par le patriarcat et qui figure en une des magazines de mode, Mangini répond par la description du travail en usine que des millions femmes ont exercé dans l’invisibilité la plus totale. Au motifs des traditions et du prolétariat, s’ajoute la figure de l’enfance, entendue comme seule instance non corrompue. Repoussés dans les marges de Rome, les Ragazzi di vita, tel que Mangini et Pasolini aiment les nommer, font de la rue, des fossés d’eau stagnantes et des décharges leurs terrains de jeu. Dans La canta delle Marane et Ignoti alla città, Mangini réenchante ces trous et ces zones délabrées, filme ce qui déborde ces jeunes, ce surplus de vitalité qui les porte, qui les soulève. Mais encore, dans La briglia sul collo, Mangini, en bonne anarchiste, prend la défense d’un jeune turbulent et range l’inadaptation du côté de l’institution scolaire plutôt que du côté de l’enfance.

Il y avait pour nous une évidence à entourer cette projection d’un paysage qui pourrait ressembler à ça :
Des tables de jardin,
pasta fresca,
pesce,
pane et vino…

Les plats sont servis à 19h30.
Et sont le fruit d’un atelier de cuisine en journée, de 10h jusqu’à l’heure du festin.
Il reste des places si il y a le désir de votre côté de faire des pâtes fraîches.
Inscription à cette adresse : cinema@spoutnik.info


INFOS PRATIQUES :

Prix libre !
Repas à 19h30
Projection à 21h30
Adresse : Ferme de la Touvière, Route du Carre-d’Aval 10, 1252 Meinier

https://spoutnik.info/film/festin-italien-courts-metrages-de-cecilia-mangini/

Agenda

Grande bouffe italienne + films de Cecilia Mangini

 mercredi 18 août 2021  19h00 - 23h30
 mercredi 18 août 2021
19h00 - 23h30
 Ferme de la Touvière,

 

Route du Carre-d’Aval 10, 1252 Meinier

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co