Antifascisme - Antiracisme

Jeunes nazis suisses : NJS et la Eisenjugend s’effondrent, nouvelle tentative “Junge Tat”

Sur les chaînes numériques, un nouveau groupe nazi germano-suisse attire l’attention sur lui depuis le début du mois de novembre 2020. Il s’est baptisé “Junge Tat” (JT/Jeune Action), se compose d’une dizaine d’hommes, pour la plupart très jeunes, et fait partie du “Nationale Aktionsfront” (NAF). Mais, pour l’essentiel, “Junge Tat” n’est qu’une continuation adaptée des groupes défaillants “Nationalistische Jugend Schweiz” (NJS/Jeunesses Nationaliste Suisse) et “Eisenjugend Schweiz” (EJ/Jeunesse de Fer Suisse).

Suisse |

Cagoules vertes et blanches, arts martiaux, entraînement à la survie, randonnée, Deutschrap de droite (rap nationaliste) - c’est avec de telles choses que le nouveau groupe nazi "Junge Tat - NAF" veut attirer les jeunes hommes de droite. Mais tout n’est pas nouveau.

Ici vous pouvez trouver quelques membres et sympathisants de “Junge Tat”.

Nationale Aktionsfront (NAF)

Le NAF, auquel est associé "Junge Tat", est un réseau nazi suisse autour de Marc Seiler, âgé d’environ d’une quarantaine d’années, qui existe depuis 2014. Marc Seiler a été condamné pour divers crimes violents et est membre de la "confrérie" internationale terroriste de droite « Blood & Honour » (BH/Sang et Honneur). L’objectif déclaré de la NAF était (et est) de rassembler les divers groupes nazis partiellement divisés et les restes de temps « meilleurs » et de les rendre à nouveau capables d’agir. Mais les résultats obtenus jusqu’à présent sont très médiocres. La joie du patron de la NAF, Marc Seiler, a dû être d’autant plus grande lorsqu’au début de l’année 2020, une "Jeunesse Nationaliste Suisse" (JNS) et une "Jeunesse de fer Suisse" (JE) ont fait leurs premières apparitions dans la région de Winterthur.

Jeunesse de fer et jeunesses nationalistes

Seiler, qui était environ deux fois plus âgé que les garçons du NJS/EJ, a immédiatement cherché à entrer en contact avec ces derniers. Et eux à rentrer en contact avec lui. Une relation a commencé. Il est vite devenu évident que les EJ et les NJS étaient un seul et même groupe, bien que les EJ puissent être largement considérées comme un projet d’ego de l’étudiant du ZHDK et du NJS Manuel Corchia (né en 2000). Dans tous les cas, le phénomène fut de courte durée. Car à peine les jeunes nazis de la NJS/EJ sont apparus en public avec de gros slogans, des grondements d’adolescents, mais aussi quelques dégâts matériels et des actions de vol banderoles, ils se sont retrouvés dans des difficultés gênantes.

Résistance antifasciste

Les antifascistes avaient immédiatement fait sortir les NJS de leur cachette, publié leurs identités, leur avaient rendu visite à la maison (presque tous vivaient encore chez leurs parents) et au travail. Le nazi Oliver Rothacher (né en 1995) a perdu son emploi, son camarade Manuel Corchia s’est fait virer de la Haute école des arts de Zurich (la direction du ZHDK ne veut pas virer complètement le nazi, mais lui a interdit l’accès à l’école jusqu’à nouvel ordre), etc. En bref, les nazis avaient été clairement avertis : faites vos bagages immédiatement et rentrez chez vous ! Cela a fonctionné. D’autant plus que les braves garçons n’ont rapidement plus pu faire face à tout le battage médiatique. Au début, ils avaient accueilli la nouvelle comme un effet publicitaire.

Rêves de terreur et raids

La NJS n’a jamais caché son attitude et ses rêves. L’expression de soi était tout pour elle. Ainsi, par leurs canaux relativement ouverts, ils ont distribué non seulement des photos de groupes et des selfies musclés, mais aussi de la propagande nazie classique et des manifestes terroristes comme celui de l’assassin de Christchurch. Ils l’ont fait de manière si flagrante qu’à un moment donné, même l’État a décidé qu’il devait regarder à droite. C’est ainsi que diverses forces de police et le service de renseignement ont été contraints de faire quelque chose. Plusieurs convocations ont suivi, deux perquisitions de maisons à Winterthur et une dans le canton de Schwyz. Dans la première, trois fusils d’assaut et trois pistolets ont été confisqués à Manuel Corchia et à son voisin Matthias Cremonesi (né en 2001, il est comme Corchia membre des Stadtschützen de Winterthur), dans le seconde, des munitions ont été confisquées dans le canton de Schwyz. Cependant, il semble qu’aucune arrestation ou accusation n’ait été faite.

Echec et réessai

Néanmoins, après quelques mois, la plupart des membres du NJS avaient déjà perdu leur fougue. Ils se sont retirés, ont complètement renoncé aux actions publiques, se sont dénoncés les uns les autres, se sont montrés en partie pleins de remords et plusieurs membres ont affirmé que le NJS avait été dissous parce que tout était devenu incontrôlable et que tout était simplement devenu trop pour eux. D’autres ont affirmé avoir "quitté" la scène.
Mais il s’avère maintenant que certains anciens membres du NJS veulent en découdre à nouveau après une pause. Ils ont remplacé les drapeaux rouge-blanc et les cagoules rouge-blanc-rouge du NJS, récemment présentés avec tant de fierté, par des drapeaux vert-blanc. Le nom a changé en « Junge Tat ». Du vieux vin dans des bouteilles neuves.

Ce qui est vraiment nouveau, cependant, c’est que la « Junge Tat » est plus étroitement liée à l’ancien milieu nazi en Suisse que la NJS. Cela est dû notamment aux liens organisationnels avec la NAF autour de Marc Seiler, qui avait courtisé tout particulièrement Manuel Corchia après qu’il ait été démasqué et chargé dans la presse. Mais la connexion est également réussie grâce à la double adhésion de l’Ausserschwyzer "Kameradschaft Heimattreu" (principalement du sous-officier Andy Schnellmann et de Simon Inderbitzin, tous deux âgés d’environ 30 ans et tous deux de Siebnen SZ). Par l’intermédiaire de Seiler, Schnellmann et Inderbitzin, les membres de la Junge Tat ont un lien direct avec les anciennes structures internationales de Blood & Honour.

Contacts en Allemagne

Manuel Corchia de Winterthur et Oliver Rothacher de Tagelswangen ZH ont déjà bénéficié de connexions avec des structures nazies en Allemagne. Par exemple, pour s’y cacher pendant une courte période (Rothacher après sa sortie), ou simplement pour être inspirés par le pays de leur désir et s’équiper de matériel de propagande. Corchia, par exemple, a des contacts étroits avec l’influenceur nazi de Zwickau, Sanny Kujath (né en 2002, ex-membre de Dritte Weg) et sa "Jeune révolution", une nouvelle structure pour recruter des jeunes et les mettre en relation avec l’organisation d’extrême droite appropriée. Corchia et d’autres jeunes nazis suisses se sont rendus à Dresde en février 2020 pour la "Marche funèbre" néo-nazie annuelle afin de commémorer le bombardement de la ville par les Alliés. Ils y ont rencontré Kujath, entre autres. Kujath est à son tour venu en Suisse en été pour rendre visite à Corchia, qui avait préparé une semaine de randonnée dans les montagnes schwytzoises pour quelques camarades.

Vidéo et Follower

Les vidéos des » Junge Tat » publiées jusqu’à présent ont parfois été tournées aux endroits suivants : Lucerne (Waldstrasse 5), Bâle (Mittlere Brücke), Zurich (Käferberg et devant le siège de la société détestée, parce que prétendument "juive" TX Media concern), Altdorf (monument de Tell), Sisikon (plaque de Tell) Muothatal, Siebnen, Schwytz et Uri. Les adeptes de l’Instagram sont pour la plupart des Allemands. Seule une centaine d’entre eux viennent de Suisse. Parmi eux figurent de nombreux militants nazis bien connus, tels que l’Hammerskin Adrian Segessenmann (né en 1979, ancien vice-président du NPOS et chef de la communauté folklorique et païenne d’Avalon) ou le hooligan nazi de Bâle Roman Portner. Mais il y a aussi beaucoup de jeunes gens de droite à extrême droite, sans aucune affiliation à des structures organisées. Quelques membres des Jeunes UDC sont également présents. Par exemple, Sven Brügger et Arnaud Chammartin, tous deux du canton de Fribourg.

Salutations solidaires à tou·te·s les antifascistes !

Recherche Gruppe Gegen Rechts - Groupe de recherche contre la droite

recherche-gruppe-gegen-rechts@cryptomail.ch

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co