Anticapitalisme - Lutte des classes Coronavirus

Témoignage d’un ouvrier sur un chantier en activité durant le semi-confinement

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, nous recueillons des témoignages que nous publions sur le site du collectif politique autonome du Silure [1]. Le dernier, celui d’un ouvrier sur un chantier pas à l’arrêt durant le semi-confinement a été recueilli à Genève le 21 avril 2020 et fait partie d’une série que vous pouvez retrouver ici et ici.

Genève |

L’économie, c’est comme l’économie de notre patron. Nous on a pas envie d’être demain au chômage, alors faut qu’on continue à bosser pour que le patron il continue à s’en mettre.

Le Covid-19 et ses conséquences nous mettent face à des ruptures sans précédent pour toutes celles et ceux qui les vivent. Ruptures avec le quotidien, avec nos proches, avec nos liens sociaux, et pour beaucoup avec le travail. Rupture dans le fonctionnement même du système économique.

Des expériences inédites naissent de cette situation. Nous apprenons des gestes solidaires, nous soutenons les personnes qui s’épuisent à tenter de nous soigner, nous pensons à nos proches malades ou qui pourraient l’être. Mais nous découvrons aussi la petitesse de nos logements lorsqu’on ne peut les quitter, la précarité du chômage ou de l’absence totale de moyen de subsistance, la violence que représente le fait de continuer de payer un loyer. Une certaine conscience des responsabilités du système capitaliste et des gouvernements dans l’émergence puis la gestion de cette crise semble croître chez toujours plus d’entre nous. Alors même que nous sombrons dans une crise sanitaire, le maintien à tout prix des profits passe avant la santé des personnes obligées de se rendre au travail. Quand on ne sait même pas de quoi sera fait demain, se multiplient déjà les signes qui annoncent que pour sauver les profits, c’est nous qui paierons la note.

Voici des témoignages d’humains qui agissent au mieux face à la confusion, l’absurdité et l’aberration de certaines directives. Ces témoignages visent à partager des expériences. C’est à partir de ce partage du sensible et du vécu, que nous pouvons tenter de penser et construire ce qui pourrait être la suite. Si nous sommes à un moment charnière, il nous appartient de renforcer les formes d’agir solidaires qui survivront à cette crise. De cette rupture, va peut-être réapparaître enfin une capacité collective à penser le monde et son devenir. Si rien ne devait plus jamais être comme avant, réfléchissons dès maintenant, partageons, et battons-nous pour lui faire prendre une voie qui soit celle de l’émancipation.

Si vous souhaitez témoigner de situations liées au monde du travail ou à la précarité sociale dans le contexte de la pandémie, prenez contact avec nous : silure-temoignages@protonmail.com

Notes

[1Le Silure est un collectif politique autonome qui s’est constitué en 2017. Il vise à rassembler et soutenir des luttes anti-capitalistes et contre tous les systèmes d’oppression.
Il se veut un lieu d’organisation politique et de rencontres. Il accueille des événements divers : conférences, discussions, projections et autres. Il offre également des ressources à des groupes qui partagent ses idéaux révolutionnaires et qui s’organisent en dehors des institutions parlementaires.

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co

Soutenir par un don