Logement - Squat Médias Vidéo

[VIDEO] Conférence de presse du collectif Réquisitions Solidaires

Ce matin une conférence de presse du collectif Réquisitions Solidaires a eu lieu au 4 rue des maraîchers. Depuis le 16 avril, le collectif occupe 4 appartements pour y loger des personnes précaires. Face à la mauvaise volonté de l’Hospice Général, le propriétaire du bâtment, le collectif change de stratégie et rend son action publique.

Genève |

Voici une vidéo, signée espressoTV, de la conférence de presse du 6 mai 2020 par le collectif Réquisitions Solidaires qui occupe depuis le 16 avril 4 appartements vides au 4 rue des Maraîchers. Ces occupations doivent permettre de loger, jusqu’à la démolition des immeubles en question, 10 personnes vivant jusque-là entre les lieux d’accueil bas-seuil et la rue.
La conférence de presse a pour but de dénoncer l’attitude de L’Hospice Général, propriétaire de l’immeuble en question. En effet, comme il est formulé dans leur communiqué de presse de presse, l’Hospice Général, après avoir accepté d’entrer en matière sur la régularisation de l’occupation, refuse aujourd’hui d’entrer en négociation sur certains des points soulevés et force de fait le collectif Réquisitions Solidaires à renoncer à la signature des contrats de bail en l’état. En effet, une des conditions primordiales est que le collectif puisse assurer un cadre suffisamment sécurisant pour les personnes qu’iels comptaient loger dans ces appartements, ce que l’Hospice Générale refuse de faire.

Nous retranscrivons ici les clauses qui leur semblent impossibles à accepter :

La clause 4, qui concerne la date à laquelle les futurs locataires sont censés quitter les lieux.
L’hospice général a arbitrairement décidé de la date du 13 juillet 2020. Ce que nous demandons, afin que les futurs locataires puissent loger dans des conditions décentes le plus longtemps possible, c’est que cette date soit supprimée, et que les locataires doivent simplement quitter les lieux dans le mois qui suivrait la parution du permis de démolition-reconstruction dans la FAO (Feuille d’Avis Officielle).

La clause 15, qui stipule que l’Hospice Général pourrait avoir recours à une instance juridique pénale en cas de non-respect de n’importe quelle autre clause de ce contrat de bail.
En effet, l’occupation des appartements datant du 16 avril 2020 pourrait à tout moment faire l’objet d’un dépôt de plainte pour violation de domicile et dommage à la propriété à l’encontre des locataires. Ce contrat de bail est ratifié par le tribunal des baux et loyers et est un contrat civil. Il est donc démesuré – voire illicite – de recourir à une instance pénale pour non-respect d’une clause de bail. Dans l’intention que les futurs locataires puissent vivre sans craindre une intervention de la police, une expulsion, ou une incarcération pour quelque prétexte que ce soit, notre demande est de supprimer cette clause insensée. Dans ce sens, nous avons proposé la possibilité d’une médiation si un quelconque contentieux devait exister dans la période de la location, en fonction de la gravité des faits reprochés.

Pour plus d’informations leur communiqué de presse c’est ici

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co

Soutenir par un don