Les récents épisodes de gel en Suisse (2 dernières semaines d’avril) ont détruit les bourgeons d’une grande partie des vignes et des arbres fruitiers. Pourtant, le traitement journalistique qui fait état de ce désastre passe sous silence les problèmes profonds de la production agricole dans le capitalisme avancé.

Les productions végétales vs. l’agriculture paysanne

La production de fruits, de raisin et plus généralement la production agricole dépend des conditions météorologiques. Pluie, soleil, température, gel, grêle font partie des facteurs qui déterminent la quantité et la qualité produite. Ce qui peut être produit dépend des conditions météorologiques et climatiques. La recherche de rendement et de prévisions de production par la rationalisation capitaliste a évidemment réduit les facteurs d’incertitudes en créant dès que possible des conditions de culture toujours identiques (les tomates produites hors-sol sous serre en verre en « atmosphère contrôlé » sont un des exemples les plus connus), permettant de produire le plus souvent la quantité attendue, à grand renfort de chimie et de consommation aveugle d’énergie. En somme, cette rationalisation de l’agriculture (que nous appelons les productions végétales) voudrait faire des tomates, des céréales ou du soja la même choses que n’importe quelle produit de l’industrie. Des quantités produites prévues à l’avance, comme pourraient le proposer des usines de voitures ou de cravates…
C’est dans ce contexte qu’il nous faut appréhender ce qui a été dit et écrit à propos des épisodes de gel de ces dernières semaines. À la lecture des articles de la presse romande, dans lesquels s’exprimaient autant responsables politiques que du monde agricole, les pertes sont présentées comme autant d’anomalies dans un monde de production permanente et égale à elle-même. Nulle mention de phénomènes de productions différenciées d’année en année, qui permettent pourtant aux boursicoteurs de tous bords de s’en mettre plein les fouilles, en spéculant sur tel pic de production ou telle sécheresse. Nul intérêt pour par exemple le phénomène d’alternance, qui fait qu’un prunier va produire deux fois plus une année sur deux environ. Il s’agira pour les scribouilleurs/euses de la presse d’écouter avec condescendance et un pathos soigneusement mis en scène les paysan-ne-s pleurer leurs pertes, tout en portant allégeance journalistique au grand capital.

Disparition des paysan-ne-s : le gel serait donc responsable ?

Ces pauvres paysan-ne-s qui devront « mettre la clef sous la porte » prétendument à cause du gel servent de fait à justifier ce qui est en place de façon structurelle depuis la « révolution verte » (les débuts de l’industrialisation de l’agriculture après la 2e guerre mondiale) en Europe comme ailleurs : provoquer la disparition de la petite paysannerie. Si 1’000 fermes ont par exemple disparu en Suisse en 2016, les causes ne sont pourtant pas à chercher dans les conditions climatiques spécifiques de cette année pourtant difficile, mais dans les efforts conjugués de l’état et de la grande distribution pour rationaliser les « exploitations » helvétiques.
Car comme par hasard, celleux parmi les producteurs/trices de raisin ou d’abricot qui souffriront le plus de ce gel seront malheureusement les plus petit-e-s. Celleux qui n’auront pas pu profiter des « moyens de lutte » contre le gel décrits dans la presse romande fermeront fermes et boutiques.

Arrosages, bougies et assurances

Durant les gels d’avril ont été utilisés dès que possiblement efficaces des bougies de paraffine qui ont eu pour conséquence des grands nuages de fumée noire (et une pollution notable), notamment en Valais. Celles-ci, achetées en masse par qui en avait les moyens, ont récemment remplacé les « brûleurs à gaz » dans l’action contre le gel. Les articles de presse indiquent même qu’elles sont en rupture de stock dans toute l’Europe, tant leur utilisation devient la norme en cas d’épisode de gel. Pour les vergers (notamment d’abricots en Valais), des arrosages ont par ailleurs été effectués pour prévenir les gels (pour que la température des fleurs reste supérieure à 0°c). Soit environ 50 m³ par heure et par hectare arrosé. On peut constater une fois de plus que les techniques de « lutte » contre les conséquences du dérèglement climatique... participent directement à augmenter ce même dérèglement. Ces techniques semblent aussi aberrantes, écologiquement parlant, que l’aspersion des pistes de ski au canon à neige pour « lutter » contre l’absence de neige.
De ces moyens mis en œuvre par la grande farce de la fuite en avant, il faut en retenir le plus remarquable, celui qui consiste à se faire assurer contre le gel pour ne pas faire faillite en l’absence de production. De fait, les articles de presse indiquent que peu de vigneron-ne-s et d’arboriculteurs/trices souscrivent à de telles assurances, étant donnée leur coût et l’importance de la franchise. La question se pose donc, comme pour les autres moyens cités plus haut, des bénéficiaires de ceux-ci. La rationalisation économique, cette grande symphonie orchestrée pour l’agriculture au niveau fédéral, tend à faire disparaître tout ce qui ne correspond pas aux attentes du capitalisme. Nous imaginons donc aisément qu’une grande entreprise viticole pourra souscrire une assurance et acheter des milliers de bougies de paraffine, non seulement parce qu’elles en a les moyens mais aussi parce que la possession de tels moyens correspond exactement à la rationalité économique. Les petites fermes, pour le meilleur comme pour le pire, se passeront de ceux-ci, qui seront pourtant devenus indispensables d’ici peu selon les faiseurs de lois et de normes.

Le millésime est fooormidable

Ainsi, à longueur d’articles, on nous vantera à l’automne pour la viticulture valaisanne, vaudoise ou genevoise un « millésime formidable », tantôt fruité, tantôt charpenté, en cachant derrière une certaine idée suisse de la qualité, l’impossible gestion de la quantité pour les produits agricoles. Parce qu’avant qu’on enferme les vignes comme les arbres fruitiers dans des serres ou qu’on produise les fruits à partir de cellules souches, on ne sera pas capables de contrôler la production, encore trop dépendante de cette satanée nature qui ne se laisse pas dompter.

Articles de la même thématique...

> Tous les articles "Écologie - Antiindustriel"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.