Analyses Écologie - Antiindustriel OGM

[Brochure] "Il n’y avait pas de dialogue possible"

Expériences dans les luttes anti-OGM & réflexions sur les stratégies et les modes d’action. Entretien n°2
Les occupations de champ en Allemagne : entretien avec Vera sur l’occupation à Northeim.

"Cela s’est passé il y a longtemps, mais je dirais quand même que l’abandon des recherches en plein champ a aussi été gagnée parce qu’il y avait beaucoup d’occupations et d’actions directes. Cela faisait trop chier les entreprises et le gouvernement en Allemagne."

Introduction

Pour cette deuxième brochure d’entretiens sur les luttes anti-OGM, nous allons en Allemagne, un pays où les luttes écologistes sont réputées fortes, et où le mouvement a obtenu l’arrêt général des essais de plantes transgéniques en plein champ. Il est intéressant de se questionner sur ce qui a pu faire cette force, sur les tactiques et stratégies employées, mais aussi sur la manière dont ont été abordées, dans un épisode de lutte particulier, les questions si souvent déchirantes : bases communes et différences de culture politique, approfondissement de la critique, implication de la population locale, rapport à la presse... le tout dans un mouvement qui se veut large.

La question de l’ouverture me tient particulièrement à cœur, dans une phase de la lutte en Suisse où peine à émerger une alternative à la dichotomie "lobbyisme institutionnel / action directe clandestine". L’exemple choisi ici parle d’un contexte particulier, qui a favorisé le choix des occupations de champs d’essais avant les semis, et n’est pas de nature à résoudre une telle problématique. Par contre, j’espère qu’il peut servir de référence, d’inspiration ou de contre-exemple, dans la recherche de pratiques qui nous permettront de vaincre le technoscientisme et l’agro-industrie, et bien sûr de renverser dans le même élan tous les pouvoirs en place...

Plus modestement, cette publication se veut aussi une contribution à la démonstration de l’imbrication entre les situations suisse et allemande. En effet, le mouvement de sabotage massif et l’abandon par l’Allemagne des essais en plein champ coïncide avec les appels de chercheurs européens à la création de sites d’essais ultra-sécurisés. On l’a vu en Suisse avec les conclusions du programme national de recherche PNR59, qui s’est appuyé sur le sabotage de 2008 à Zurich pour faire la même demande à l’État. En 2014, le Protected Site de Zurich-Reckenholz est construit sur le terrain d’Agroscope, et dès 2016 ce site héberge les essais d’un blé génétiquement modifié développé par l’institut IPK-Leibniz de Gaterselben en Allemagne… qui avait lui-même vu ses essais sabotés en 2008 ! Lors de la manifestation anti-OGM de Zurich en août 2015, un militant allemand nous apprenait que l’Allemagne envisageait de copier le modèle du site zurichois.

“Une fois de plus, on constate qu’il y a un rapport de forces qui continue à se jouer et qu’il n’y a pas d’acquis éternels.” Et qu’on a besoin de faire vivre autant notre histoire que nos mouvements, pour que la résistance soit créative.

P.-S.

La brochure est téléchargeable sur infokiosques.net

Articles de la même thématique...

Portrait en creux

Un article sur la décroissance du premier N° du journal Moins ! paru il y a 5 ans.

> Tous les articles "Écologie - Antiindustriel"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.