Genève Infos locales Antirep

[Genève] A to Z du Groupe Anti-répression Genève

Depuis quelques années, on assiste à Genève à une intensification de la conflictualité sociale. Mouvements de migrantEs, grèves des fonctionnaires et du secteur privé, luttes dans le domaine de la culture ou encore contre les violences policières sont autant d’exemples récents de conflits collectifs. Ils ont souvent évolués hors des cadres institutionnels et ont remis au goût du jour des pratiques plus ou moins offensives (comme les manifestations sans autorisations et la reprise de l’espace public) qui se sont confrontées à la répression policière puis judiciaire. Cette dernière se manifeste parfois des mois plus tard lorsque l’euphorie et la force collective du mouvement sont retombées et enferme les inculpé.e.s dans un rapport individuel qui les démuni. Répondre politiquement à la répression, c’est d’abord s’organiser contre l’isolement qu’elle engendre, en se donnant des outils collectifs de défense. C’est également construire un autre discours que celui des médias, qui transmettent complaisamment les communiqués des pouvoirs publics et contribuent à dépolitiser la répression.

Les Objectifs du Groupe Anti-répression Genève

Informer :
ChacunEs devrait avoir l’opportunité de connaître ses droits face à la police et à la justice. Le groupe anti-répression veut produire et diffuser les plus largement possible de la documentation sur les droits dont il faut avoir connaissance pour se défendre correctement.

Soutenir :
Le groupe anti-répression veut dans la mesure de ses moyens soutenir les personnes ciblées par la répression et leurs proches. Elle peut le faire en apportant des conseils, ou en orientant les personnes vers des avocatEs. La Caisse juridique de soutien (CJS), peut quand à elle soutenir financièrement les personnes en cas de condamnation.

Réagir :
Il ne faut pas que la police et l’Etat soient les seuls à communiquer sur les actions répressives. Le groupe anti-répression veut par conséquent réagir politiquement à la répression. En publiant des informations sur les opérations en cours, en décryptant les opérations de répressions et leur discours médiatiques ainsi qu’en organisant, s’il le faut, des actions de solidarité.

Pourquoi contacter le groupe anti-répression ?

Tu as reçu un mandat de comparution à la suite d’une manifestation à caractère politique. Tu as été blesséE par la police lors d’une manifestation/d’une action à caractère politique. Tu as été arrêtéE pendant un manifestation/action et plus tard tu as reçu une amende. Tu as comparu devant la police et on t’a posé des questions sur ton activité politique ou sur d’autres militantEs. Tu vas être jugéE pour ton implication dans une manifestation/action.. et tu as besoin de soutien, d’informations ou encore d’être misE en contact avec une avocate.

Comment utiliser le groupe anti-répression ?

Le groupe anti-répression à été formé pour apporter une réponse politique et collective à la répression, pour s’emparer toutEs ensemble de notre défense face à la police et à la justice. Nous ne proposons pas un service comparable à celui d’une avocatE et préférons travailler avec des personnes déterminées à s’investir dans leur propre défense. Pour limiter notre charge de travail et pour leur propre sécurité nous attendons des personnes qui nous contactent un minimum de rigueur dans la façon dont elles communiquent avec nous.

  • Contacte nous par mail le plus vite possible à antirep-ge@riseup.net . En général les mandats de comparution sont envoyés environ une semaine avant la date de la convocation (qui peut, cela dit, être repoussée) et les amendes (ou ordonnances pénales) peuvent être contestées dans un délai de 10 jours. Il est donc impératif que tu sois réactivE si tu veux que l’on puisse te conseiller.
  • Fais attention aux informations que tu divulgues dans les mails que tu nous envoies (par ailleurs fais attention aux informations que tu divulgues en général). Nous n’avons pas besoin de savoir ce que tu as fait pour t’aider et il vaut mieux qu’il n’existe pas de trace écrite de tes actions. Il suffit de nous envoyer les motifs envoyés par la police en prenant la peine de masquer les informations qui permettraient de te retrouver.
  • Tiens nous au courant de toutes les évolutions (nouveau mandat, changement de statut dans une affaire, date d’audience...) par mail. Pour une même affaire, nous recevons des infos de plein de gens différents. La seule manière pour nous d’être efficaces c’est d’avoir tout ça à portée de main.
  • Si, lors d’une comparution devant la police ou un procureur, tu as craqué, fait une erreur et que tu as révélé des informations sur toi même ou sur quelqu’unE d’autre il est CAPITAL que nous soyons misEs au courant. Balancer ça craint. Mais balancer et ne pas donner l’opportunité à la personne de se préparer à s’en défendre c’est 1000 fois pire. Si cela arrive, prend sur toi, assume et dis-le nous ou dis-le à la personne en question et mets-la en contact avec nous.

La meilleure façon de lutter contre la répression, c’est la prévention. Certaine pratique peuvent mettre en échec le travail de la police et donc éviter des suites judiciaires : dissimuler son visage contre le fichage policier, porter des gants pour éviter la prise d’empreintes ou d’ADN et surtout renseigne toi sur tes droits face à la police. Garde en tête que 80% des condamnations se font sur les aveux des prévenuEs, se taire face à la police est un droit.

P.-S.

Nous rappelons par ailleurs qu’il y a toujours des enquêtes en cours sur les évènements du 19 décembre 2015 et du 12 janvier 2017. Si tu reçois un mandat de comparution, une amende, une ordonnance, que tu as été victime d’une perquisition, etc. contacte-nous le plus rapidement possible à l’adresse antirep-ge@riseup.net .

Articles de la même thématique...

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.