Infos d’ailleurs Écologie - Antiindustriel Vidéo

Un carnaval anticapitaliste, "Murmures à la jeunesse"

Rennes, le 6 février 2016 : Vidéo du carnaval. Contre l’évacuation de la zad de Notre-dame-des-landes et l’état d’urgence, 11mins43.

Qu’est-ce qu’un carnaval anticapitaliste ? Un évènement festif où les amitiés se tissent. On vient d’ailleurs, de villes proches ou lointaines, pour se découvrir, se retrouver et s’amuser. Un évènement qui secoue, qui reste, loin des manifestations vides, sans poids, qui ne changent strictement rien et dont on ne parle pas. De ces sages et muettes démonstrations que l’on peut vivre souvent et/ou quelques fois. Et, parce qu’il est très clair aujourd’hui qu’elles ne servent pas assez : les manifestations sont à réinventer.

Donc un carnaval, joyeux et jusqu’au-boutiste. Historiquement, le carnaval était un temps où l’ordre établi et la distribution des rôles étaient renversés. Ce carnaval politique là, a affiché son soutien définitif à la ZAD de NDDL, son opposition claire à l’état d’urgence liberticide qui formate et autorise toutes les manœuvres. Lors du grand renversement, à Rennes le 6 février : des singes, des pirates insoumis et frénétiques ont tenté de délivrer la ville.

"Les carnavaliers ont montré leur vrai visage, celui de casseurs"
- Patrick Strzoda, préfet de la région de Bretagne -.

LES MASQUES DE LA ZAD

Si certains se déplacent pour baigner dans l’atmosphère des déguisements de Venise ou de Mexico, d’autres se délectent et hallucinent l’effet des masques de la CULTURE ZAD. Des branches, du plâtre, des fils dénudés en guise de cheveux, des maquillages magiques, de la couture sans règle ni loi en ce qui concerne les matières et les agencements. Une poubelle renversée, deux trous percés dans le hideux plastique violet et voilà des yeux. Des flibustiers partout, des cagoules partout, des déesses-guerrières partout-partout. Manuel Valls, l’autoritaire en papier mâché (et invité d’honneur), a tenu à participer au cortège grotesque et solidaire, en compagnie de ses sbires, CRS, BAC, hélicoptère. Équipe bleue disqualifiée du jeu.

MAIS POURQUOI SONT-ILS AUSSI MÉCHANTS ?

Aux apparences marginales précèdent les réputations. Le préfet avait annoncé en grande pompe la supposée dangerosité de l’évènement. Ici la venue des zadistes et là, la présence de manifestants offensifs, indélicats envers la devanture des banques. Surtout prenez garde, les loups sont dans la bergerie, surtout, restez chez vous, ne sortez pas. Avec ou sans masque, avec ou sans carnaval, ils sont les ennemis intérieurs de l’État. Zadistes, appellistes, anticapitalistes, les chapelles et les définitions s’entremêlent. Le hippie se réveille comme Dracula, l’appelliste danse sur de la polka.

Une zadiste : "Nous n’avons rien, nous ne voulons rien, nous avons déjà tout. Nous ne vivons pas comme des geux mais comme des reines et des rois. Parce que nous réinventons le luxe, nous mangeons de vraies tomates, de vrais légumes, pendant que l’on empoisonne et que l’on abreuve la population d’ersatz de tout. Ersatz de nourriture, de sexe, d’ami-e-s. Ne touchez pas à la Zad, c’est un monde réel, vous ne comprendriez pas".

DE LA SACRO SAINTE PROPRETÉ

Ne pourraient-ils pas trouver cela drôle, des tagueurs déchaînés, des couleurs partout ? Sur les banques, les murs, les caméras de surveillance ? Ne pourraient-ils pas trouver cela subversif ou amusant, un tag "FREE MON CUL" sur la free boutique ? Des messages moins tristes, plus politiques : quelle saleté préhistorique.

Expulsées les familles, expulsés ceux qui bloquent la possibilité de faire des profits internationaux. Comme si un deuxième aéroport essentiellement réservé aux gros porteurs (de marchandises) allait changer la vie des gens. Plus de produits chinois, la belle affaire. Et que l’on ne vienne pas nous dire que le chiffre d’affaires des compagnies aériennes repose sur "l’humain". Le touriste est l’arbre qui cache la forêt, les bagages sont calibrés : il faut de la place dans les soutes bondées de marchandise. Pas un seul avion ne se déplace à vide. Les humains ne sont qu’une marge de plus. Obsédés par les hypermarchés pleins et propres, les trafics de vente propres, l’import/export marin, aérien, routier ou ferroviaire, ils se moquent de savoir ce qu’il se passe dans les réserves, ils se moquent de savoir comment, par qui et dans quelles conditions les objets ont été fabriqués. Ce monde qui démembre ne peut plus durer. Mais tant que les esclaves produisent, tant que les ventes augmentent encore et toujours plus...

ESCLAVES

Connaitre ou apprendre de la Zad ? de la décroissance ? Des plantes, des rmistes, apprendre de ceux qui n’ont pas "réussi", écouter ceux qui "ne se bougent pas pour s’en sortir dans la vie" ? Une pression sans nom est exercée sur les utopistes parasites, briseurs de projet d’utilité publique. Certains préfèreraient largement savoir cette population sale et grouillante en prison ou dans des camps de travaux forcés.

De grands médias qui n’ont pas couvert l’événement s’indignent "objectivement". De la casse, de la saleté et des "dégâts causés". L’utilisation du terme "révolutionnaire" par les journalistes de BFMTV est quant à lui, proscrit depuis la création de la chaîne.

Un conflit de normes, de normalisation. Des valeurs si différentes que, du point de vue de son monde, on ne se comprend même plus. Comment répondre au fier argumentaire de PSA Peugeot Citroën ? "L’air qui sort du pot d’échappement est plus propre que l’air qu’il absorbe en ville." Comment répondre à ceux qui ne respirent plus ?

CONTRÔLE ET RÉPRESSION

La prison ferme en guise de vengeance et de recadrement pour tous. Suite au carnaval, trois manifestants ont été condamnés à des peines de prison ferme allant de 2 à 7 mois. Nous ne savons pas si les inculpés faisaient partie des offensifs de la manifestation, ou si les manifestants ont été attrapés au hasard, dans la foule, pour terroriser les solidaires de ce genre d’évènement. Lors de la répression et des sentences punitives, nous pouvons repenser à un nom : Pétof. Eric Pététin, une soixantaine d’années, plus de quarante procès, 36 condamnations, de la prison, deux internements en hôpital psychiatrique forcés, toujours suite à des actes politiques ou de rébellion...

Articles de la même thématique...

Mouvements Ecolos - Pour un changement de stratégie

Le mouvement écologiste poursuit une stratégie de guerre d’usure. Cette stratégie échoue. Nos victoires occasionnelles n’affaiblissent pas réellement les institutions qui développent l’industrialisme ;...

> Tous les articles "Écologie - Antiindustriel"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.