Genève Infos locales Répression - Enfermement Migration

[Genève] Non au renvoi de notre pote et camarade ! Khaled restera !

Màj 4.12 : JEudi matin une quarantaine de personnes étaient présentes pour marquer leur solidarité avec Khaled devant le tribunal admninistratif ou avait lieu l’audience. Leurs cris qui s’entendaient dans la salle n’ont pas convaincu la juge qui l’a condamné à 60 jourd de détention administrative.

Màj 2.12 : Khaled a été transféré de la Favra au poste de police Bvd Carl-Vogt. Il semblerait que que les centres de détention administrative de la Favra et de Frambois soient trop remplis ! Demain aura lieu l’audience de Khaled qui décidera si il reste en détention administrative et son vol de renvoi est prévu pour l’après-midi... Rassemblons-nous jeudi à 10.00h ensemble devant le tribunal, place du Bourg de Four pour soutenir Khaled ! STOP RENVOIS !

Après la manifestation des services publics le 1er décembre, 1000 personnes ont arpenté les rues de plainpalais et de la jonction. Le bloc "la culture lutte" à rejoint le bloc contre le renvoi de Khaled, un compagnon de lutte emprisonné pour séjour illégal et menacé d’expulsion. Voici le texte diffusé à cette occasion :

Ce lundi 28 novembre 2015, Khaled s’est rendu à l’Office Cantonal de la Population (OCP), où il est tenu de se présenter plusieurs fois par mois pour faire tamponner son « papier blanc », maigre feuille de papier qui lui permet de renouveler son droit à l’aide d’urgence, ce qui prend d’ordinaire une dizaine de minutes. Mais cette fois, il a été reçu dans un bureau, la porte s’est refermée derrière lui, puis la Police est arrivée.

Khaled est un débouté de l’Asile, mais aussi et surtout, un ami et un camarade qui a participé à la lutte de No Bunkers cet été, à l’occupation de la Maison des Arts du Grütli, puis à celle du Faubourg. Au fil de cette lutte, Khaled s’est vu transféré dans un nouveau foyer, que deux fenêtres permettent visiblement de distinguer d’un abri souterrain de la protection civile. Malgré cette déception, Khaled, comme beaucoup d’autres, a continué de participer activement aux réunions et rendez-vous du mouvement, malgré la répression dont de nombreux/ses membres ont fait l’objet depuis cet été. Il a en outre été un des intervenants principaux des négociations avec Mauro Poggia concernant sa promesse de fermeture des abris PCi, lesquelles sont par ailleurs toujours en cours.

Khaled a été emmené au poste de Police de Carl-Vogt où il lui a été signifié qu’il allait être renvoyé vers la Tunisie. Il a ensuite été transféré dans une prison administrative, alors qu’il avait auparavant déjà passé 8 mois en détention pénale pour « infraction à la loi sur les étrangers » (LETr), et attend son départ soit par un vol « volontaire » qui lui a été proposé pour jeudi 3 décembre (c’est-à-dire à peine 4 jours après son arrestation) soit par vol spécial. Cependant, les prisons pour étrangers étant pleines en cette fin d’année (il faut bien rentrer dans les chiffres), Khaled doit encore subir plusieurs transferts entre différents lieux de rétention.

Ce qui arrive à Khaled n’est qu’une des lamentables étapes des pocédures d’asile en Suisse, sur laquelle le Secrétariat d’Etat aux Migration (SEM) est heureux de rendre des chiffres attestant de son bon travail. En 2014, 8590 personnes ont été déportées depuis la Suisse vers leur pays prétenduement d’origine. Parmis elles, 6000 ont fait l’objet de renvois forcés et 252 de vols spéciaux. Au seul mois d’octobre de cette année, 726 personnes ont été renvoyées en application de la loi sur les étrangers et 2051 personnes ont été transférées vers un Etat tiers en vertu des accords de Dublin.
Les Accords de Coopération en matière de migration conclus entre la Suisse et la Tunisie entrés en vigueur en 2014 limitent l’immigration tunisienne en Suisse uniquement aux jeunes travailleu.r.se.s hautement qualifié.e.s, et ceci pour une durée maximale de 12 mois. Pour les autres, une procédure simplifiée de renvoi, incluant une indemnisation à la Tunisie pour les « frais engendrés par la réintégration », est mise en place.

Mettre les gens en taule parce qu’ils sont étrangers, leur interdire de travailler, les faire dormir dans des souterrains dégeulasses ou dans des foyers surpeuplés, utiliser l’aide d’urgence comme entrave, scotcher leurs membres pour les charger dans des avions… autant de pratiques immondes dont l’Etat, l’OCPM, l’Hospice Général et leur personnel, les juges, les flics, les maton.n.e.s, les assistant.e.s socia.ux.les, les sécus, les médecins, les compagnies d’aviation, se rendent quotidiennement coupables.

STOP aux renvois (Dublin ou pas) !
STOP au racisme d’Etat !
STOP à la machine à discréditer, invisibiliser, renvoyer mise en place par l’Office fédéral des migrations et ses sbires !!!
Liberté pour Khaled !

Articles de la même thématique...

Incarcération de masse et nouvelle ségrégation raciale

Ce mois Renversé s’intéresse à l’enfermement et relit Michelle Alexander. « Il y a plus d’adultes africains-américains sous main de justice aujourd’hui – en prison, en mise à l’épreuve ou en liberté conditionnelle – qu’il n’y en avait réduits en esclavage en...

Soirée de soutien à la CJS

Le 28 février, la Caisse Juridique de Soutien, fameuse caisse de solidarité genevoise contre la répression, organise une grande fête au Pneu à Genève. Venez !

Notes contre la prison - Antonin Bernanos

Ce mois-ci Renversé s’interesse à l’enfermement et republie une intervention d’Antonin Bernanos au colloque Penser l’émancipation à Paris en 2017. Dans ce texte, il prenait appui sur les 10 mois de...

> Tous les articles "Répression - Enfermement"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.