Genève Infos locales Anticapitalisme - Lutte des classes Grève

Invitation au comité de soutien aux travailleuses.rs des EMS

Après deux semaines de débrayage, la grève du personnel hôtelier des EMS Plantamour et Notre-Dame est suspendue depuis lundi 6 novembre, après que la direction des deux établissements a saisi la Chambre des relations collectives de travail (CRCT). Celle-ci doit se prononcer d’ici au 16 décembre. Si son arbitrage ne satisfait pas les parties, les travailleurs.euses des EMS pourront reprendre la grève. Une hypothèse très probable tant le directeur M. Antoine Lauré reste inflexible, et l’association Notre-Dame de Compassion et l’évêque Mgr Charles Morerod, gestionnaire des deux établissements, sourde aux revendications des grévistes.

Ce débrayage courageux vise à s’opposer à un projet d’externalisation de toute l’hôtellerie (travail de chambre, service, nettoyage) dans les deux établissements. Le personnel serait dès lors employé par la société ADALIA, qui a déjà profité de l’externalisation de la cuisine, et soumis à la convention collective de travail de l’hôtellerie-restauration. À terme, c’est les conditions de travail du personnel qui vont être gravement péjorées avec des baisse de salaire jusqu’à 1600 francs par mois et, en conséquence, déprécier la qualité de l’hébergement des résident.e.s.

Jeudi 2 novembre, la majorité du Grand Conseil votait une résolution qui engageait Mauro Poggia, magistrat de tutelle des EMS à Genève, à "s’opposer résolument" à cette externalisation. Dès le lendemain, M. Poggia annonçait son intention de ne pas intervenir, piétinant à la fois la résolution du Parlement, son devoir de membre de l’exécutif, et l’espoir qu’avait placé en lui le personnel en grève.

Jeudi 9 novembre, les EMS des Bruyères, de la Vendée et des Mouilles ont débrayé pour marquer leur solidarité avec le combat de leurs collègues des Pâquis.

Afin de poursuivre la lutte, alors que les grévistes sont tenu.e.s au silence jusqu’au 16 décembre, nous vous invitons à la réunion de fondation d’un Comité de soutien non partisan aux travailleurs.euses en lutte. Pour mettre en place une solidarité concrète en cas de reprise de la grève, et se battre au côté des premier.ères concerné.e.s. Agir et communiquer pour que ce projet d’externalisation et tous ceux qui pourront s’en inspirer ne passe pas !

Cette réunion se tiendra le lundi 20 novembre à 19h au Silure, 3 sentier des Saules (rive gauche du Rhône juste après le pont de Sous-Terre, TPG Jonction)

N’hésitez pas à faire tourner ce message aux personnes qui pourraient être intéressées.

Comité de soutien aux travailleuses des EMS Plantamour et Notre-Dame

contact : soutiengrève@netcourrier.com

Articles de la même thématique...

Grenoble, laboratoire de l’ensauvagement ?

Nous republions ici un texte de nos voisins Grenoblois. Une analyse par des habitants de leur ville atypique, rebelle en certains points où foisonnent des vies et des initiatives qui débordent du cadre métropolitain imposé dans les villes modernes....

Gilets Jaunes : à l’affût des bonnes infos

Nous avons reçu aucun article au sujet du mouvement des Gilets Jaunes. Pour combler cette lacune, Renversé vous propose une sélection d’articles de divers médias. Votre site préféré vous invite à ne pas en rester là. Informez-vous...

L’OMC redécorée !

Cette nuit, 10 du mois, nous nous sommes attaqué·e·s au siège international de l’OMC à Genève, Organisation mondiale criminelle, symbole des accords entre les puissant·e·s, du libre échange frénétique,...

Gilet jaune, avenir radieux

La situation en France est inédite. Depuis bientôt trois semaines un mouvement de contestation générale croît de manière inattendue. Parti du refus de se voir imposer de nouvelles taxes sous couvert de...

> Tous les articles " Anticapitalisme - Lutte des classes "

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.