[Genève] La Tortue défendra Malagnou

Genève Malagnou

Nous, habitantes de la ‘’Tortue’’ membres de la Ciguë – coopérative de logement pour étudiantes - voisines directes du collectif Xénope, partageons avec ces dernières la parcelle du 154 route de Malagnou depuis les premiers jours. Nous sommes les premiers témoins des manœuvres absurdes et scandaleuses qui visent à les expulser de leur logement. Nous voulons témoigner ici de notre solidarité totale et sans condition avec Xénope dans la lutte qui semble s’engager.

Après la dernière vague d’expulsion des squats genevoise en 2007 qui avait vu la fin notamment d’Artamis, Rhino, et de la Tour, que reste-t-il de Genève ? Le logement est une denrée rare et chère, soumise à la spéculation et aux insupportables lois du marché actuel. Il demeure une crise structurelle dans ce domaine. Le logement est plus individualisé que jamais, standardisé, consommé ; il a comme unique fonction de servir de dortoir où toute vie collective, en dehors de celle du couple et de la famille, est absente. Plusieurs bâtiments à Genève sont vides et pourraient largement être utilisés pour loger personnes étudiantes, migrantes ou précaires, comme démontré récement par les habitantes de Xénope. Malheureusement, la sacro-sainte propriété privée qui a la nécessité de garder tous ces lieux sous l’emprise du marché, protège ces bâtiments. L’Etat, premier garant de ces préceptes nous empêche d’y imaginer d’autres modes de vie, d’autres modes de pensées. Mais la crise du logement, il y a ceux qui en parlent et celles qui tentent de la résoudre. Le collectif Xénope fait partie de ces dernières. Il a été créé pour faire face, collectivement, aux absurdités du marché actuel. Nous revendiquons ce droit, le droit à une société qui fonctionne sur d’autres bases, notamment collectives.

La parcelle de Malagnou, que nous partageons avec Xénope, ce sont des idées ; c’est une société collectivisée loin de la morosité, de la standardisation et de l’indifférence ; c’est de l’effervescence, de l’expérimentation et de la créativité ; c’est la richesse du partage des biens et des idées. Concrètement, cela se traduit par de nombreux espaces communs, participatifs et ouverts sur l’extérieur. C’est un potager collectif où nous cultivons une partie de ce que l’on consomme. C’est aussi un lieu de recherche qui nous permet d’apprendre sur les plantes, sur la nature qui nous entoure, et nous sommes persuadées que la société dans laquelle nous vivons en a le plus grand besoin. Ce sont de nombreux ateliers en commun : réparation et construction de vélos, soudure et travail du métal, menuiserie, couture, free shop, sérigraphie, laboratoire photographique, une salle de sport, une salle de répétition de musique et une bibliothèque incroyablement garnie. Tels sont les espaces qui nous tiennent à cœur et qui nous amènent à vivre notre vie. Ces espaces nous permettent de gagner en autonomie face au monde infiniment trop marchand qui nous entoure. La parcelle de Malagnou est pour nous une plateforme de réflexion, d’expérimentation, de critique et de recherche perpétuelle de solutions concrètes aux problèmes d’aujourd’hui.

C’est en réalité à tout cela que l’Etat s’attaque en voulant expulser les habitantes de Xénope. C’est cette autonomie qui est inacceptable pour un Etat qui souhaiterait pouvoir normaliser et contrôler chaque centimètre de son territoire. L’Etat n’est pas dans la gestion de sa population, mais dans une politique délibérée de mortification des projets alternatifs. Ce ne sont pas 15 personnes que l’on cherche à expulser, c’est un projet qui rassemble plus de 40 personnes quasi quotidiennement.

Par cette missive, nous nous déclarons prêtes à la mobilisation que ce lieu mérite, pour sa survie, pour la beauté de ce monde. L’Etat essaye de nous diviser en renouvelant le bail de la Tortue de 4 ans. Nous ne sommes pas dupes et nous ne nous laisserons pas faire. L’expulsion de Xénope signifierait la mort d’un projet collectif. Nous vivons dans une société de compétition, gouvernée par un Etat qui est incapable de répondre aux défis environnementaux, sociaux et économiques qui se posent. Il est grand temps de prendre le monde au sérieux et de soutenir les alternatives crédibles et collective qui nous permettent d’imaginer un futur meilleur.

Malagnou restera !

Les habitantes de la Tortue

P.-S.

À ce sujet, vous pouvez lire "Malagnou 2017 : L’expulsion, c’est toujours non."


Articles de la même thématique...

> Tous les articles "Logement - Squat"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.