Genève Infos locales Antisexisme - Féminisme Silure

Des féministes défient la ville

Soyez les bienvenu-e-x-s aux incroyables permanences autogérées féministes au Silure !

Un mercredi sur deux, des demi-journées en mixités choisies* sont proposées au Silure. Il y aura au programme des projections, des lectures, des écoutes collectives, des discussions, des ateliers. La prise en charge de ces moments sera ouverte aux groupes ou individu-e-x-s qui le souhaiteront. L’idée est de créer et de mettre à disposition un espace de rencontre pour les féminismes de la région. A Genève, il est nécessaire que la présence féministe s’accroisse et pour cela nous avons besoin de lieux qui permettent de se rencontrer, de partager et de créer, d’imaginer et de s’organiser ! C’est pour cela que nous proposons ces moments dans un espace tel que le Silure.

Réflexions féministes autour de la ville

Dans la ville, tout est organisé autour du banquier blanc cisgenre** hétérosexuel. Les rues qu’il fréquente si peu sont nettoyées de tout ce qui pourrait heurter son regard lorsqu’il passe de son Uber à son bureau : les personnes qui vivent dans la rue sont durement réprimées, les ordures ramassées par des travailleur-euse-x-s sous-payé-e-x-s. Quant aux personnes qui ne lui ressemblent pas, elles sont invisibilisées ou écartées quand il ne leur est pas clairement signifié qu’elles n’y sont pas les bienvenues. Harcèlement, contrôle policier au faciès, insultes, violence physique, matraquage publicitaire hétérocis-sexiste et raciste, déplacement des logements à bas loyer en périphérie… L’environnement urbain est violent, raciste, transphobe, homophobe, sexiste et classiste.

Ce que nous voulons amener pour résister à cet état de fait, c’est une analyse féministe inclusive : qui se sent bien dans l’espace public et qui s’y sent malvenu ? Comment se répartissent les espaces et les activités dans ces espaces ? qui y travaille ? qui y consomme ? qui s’y amuse ? qui contrôle ? Il manque trop souvent une analyse féministe à la compréhension de l’espace public, de la ville et des dynamiques qui l’animent.
De plus, la distinction espace privé / espace public est une construction bourgeoise et masculine patriarcale : elle permet par exemple de faciliter la division du travail, entre travail rémunéré et travail domestique gratuit. Enfin, l’ampleur des violences dans le cadre privé ne devrait-elle pas nous faire réfléchir à qui profite la division public/privé ?

C’est autour de cela que nous avons fait le fil rouge de la première saison des permanences féministes du Silure.

Visibilisons nos luttes et abordons ensemble les questions liées à la ville et à notre quotidien ! Approprions nous ce lieu de lutte et les rues qui l’entourent !

Le programme des premières permanences

Toutes les permanences commencent à 16h et sont accompagnées de tisanes, cafés, thés et gateaux végan.
A découvrir : des brochures, émissions radios !
Pour ces trois permanences, la mixité est sans mecs-cis

11 octobre : 18h, Présentation du lieu et des permanences autogérées féministes

25 octobre : 19h, Projection de Born in Flames. Une science-fiction féministe de 1983, réalisée par Lizzie Borden, VOSTFR

8 novembre : 18h, Ecoute radio collective, discussion autour de la ville et le féminisme.

P.-S.

* Se réunir en mixité choisie signifie se réunir entre personnes qui partagent un ou plusieurs des mêmes vécus d’oppression, et sans la présence des personnes qui représentent ces oppressions. Le terme mixité choisie est toujours suivi du type de mixité souhaitée. Par exemple "mixité choisie trans-pédé-gouine", "mixité choisie personnes racisées", "mixité choisie sans mec cis", etc. La mixité choisie sera différente selon les permanences et les personnes qui les organiseront.

** Une personnes cisgenre est une personne dont le genre actuel correspond a celui qui lui a été assigné à la naissance.

Articles de la même thématique...

Caméra au poing : Carole Roussopoulos

Hommage à Carole Roussopoulos, figure du féminisme et pionnière de la vidéo militante documentaire. Du mardi 14 au jeudi 16 novembre 2017 en collaboration avec Espace Femmes International (EFI) et le...

Instant Pleasure : Un long déplaisir

La sculpture du clitoris de l’artiste Mathias Pfund qui est posée sur un rond-point à Neuchâtel illustre l’opportunisme de certains artistes et la récupération à leur profit des luttes anti-sexistes que...

> Tous les articles "Antisexisme - Féminisme "

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.