France Infos locales Répression - Enfermement Migration | Frontière

Répression à la frontière franco-italienne : deux genevois en préventive

Deux camarades genevois ont été interpellés et mis en détention préventive à Gap en France et sont accusés d’ « aide à l’entrée d’étrangers en situation irrégulière sur le territoire national et en bande organisée ». Une troisième personne est détenue à Marseille pour le même chef d’accusation.

Les trois personnes ont été arrêtées suite à une manifestation qui a eu lieu entre Montgenèvre et Briançon et qui avait pour but de répondre à l’action des fascistes de Génération Identitaire, qui avaient déjà fait parler d’eux quand ils avaient affrété le bateau C-Star pour empêcher le sauvetage des personnes en exil en Méditerranée. La contre-manifestation a réuni 170 personnes - exilé.e.s et solidaires - afin de passer la frontière pour rejoindre Briançon.

La tentative de s’organiser collectivement contre ce dispositif répressif fait peur à l’Etat, qui voit bien son pouvoir être attaqué de toute part.

Après plus de 24h de garde-à-vue, les deux camarades ont été mis en détention préventive à la maison d’arrêt de Gap en attente de la première audience de leur procès, qui se tiendra le 31 mai au Tribunal de Gap. La situation est semblable pour la personne détenue à Marseille.

La répression qui répond à cette manifestation de solidarité avec les personnes en exil est totalement démesurée et fait froid dans le dos. Le gouvernement français, après avoir réitéré son intention de fermer ses frontières en augmentant son dispositif policier et militaire, tente de montrer l’exemple en sortant son arsenal judiciaire dont personne n’est dupe. La réponse politique qu’apporte le gouvernement Macron aux actes de solidarité révèle très clairement la tournure autoritaire de l’Etat français.

Les personnes qui tentent de franchir la frontière depuis des mois dans les Hautes-Alpes, subissent quotidiennement le contrôle et la répression de la police française. La tentative de s’organiser collectivement contre ce dispositif répressif fait peur à l’Etat, qui voit bien son pouvoir être attaqué de toute part.

Nous sommes conscient.e.s que la peine que nos camarades pourraient encourir n’est pas négligeable, c’est pourquoi nous appelons à la solidarité internationale, pour elleux et toutes celleux qui subissent la répression !

Solidarité avec nos camarades ! Solidarité avec les personnes en exil ! Solidarité avec les prisonnières politiques !

Citation de Vallées en lutte :

La traversée de la frontière était aussi une réponse à la manifestation des néo-fascistes de Génération identitaire au col de l’Échelle. Si les militaires et les fascistes veulent bloquer les frontières, alors nous continuerons à lutter afin que celles-ci soient abattues.

ACAB

P.-S.

Deux rassemblements sont prévus :
Jeudi 26 à midi au parc de la Schappe à Briançon
Vendredi 27 à 18h devant la maison d’arrêt de Gap, place Grenette
Ainsi qu’une nouvelle Marche de solidarité avec les exilé-e-s samedi 28 à 10h30 à Gap

Lire le compte rendu du week-end de mobilisation

Articles de la même thématique...

Violences policières devant la Reitschule

Durant la nuit de samedi 1er septembre à dimanche 2 septembre, la police cantonale bernoise a pris pour cible la Reitschule. Après une arrivée dite "préventive", les forces de l’ordre ont tiré sur la foule avec des flashballs, des balles en caoutchouc...

L’Etat dépose plainte ; on se démonte pas !

Il semblerait en effet que le Conseil d’Etat ait fini par déposer plainte sans nous en informer, alors que nous avions exprimé très clairement notre volonté d’entrer en discussion avec celui-ci. Nous...

> Tous les articles "Répression - Enfermement"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.