Antifascisme - Antiracisme

Qui était dans la rue le 09.10 à Genève ?

Samedi 9 octobre, une manifestation “pour le retour au bon sens, pour la suppression des mesures sanitaires et contre la loi COVID” a eu lieu à Genève. Nous avions appelé à boycotter cette manifestation, organisée principalement par l’extrême droite. Nous y sommes allé.es pour voir quels groupes y seraient représentés et quels rôles ils y prendraient. Voici donc un petit compte-rendu de ce que nous avons vu et qui développe pourquoi, malgré notre opposition au certificat COVID, nous continuons à maintenir qu’il est essentiel de ne pas se joindre à ce type de mobilisations.

Genève |

Composition de la manif, signataires et orateurs

La manifestation a réuni environ 2’000 personnes selon la presse et la police. Bien évidemment, pas toutes les personnes ayant participé à cette manifestation ne se reconnaissent ou se revendiquent d’idéologies d’extrême droite. Pourtant, en faisant quelques recherches et en se rendant sur place il est apparu de façon extrêmement claire que les organisateurices, les orateurices et les participant.es assumant des rôles logisitques et/ou la tête de la manif étaient des sympathisant.es de l’extrême droite, complotistes et/ou fascistes.

La banderole de tête, qui interpellait déjà par son esthétique digne des pires sites complotistes, était tenue par des militants du groupe fasciste romand “Résistance Helvétique”. Ils étaient talonnés de près par les jeunes UDC et des néonazis venus de la region de Annecy et Chambéry.

Les discours de début étaient assumés en partie par Chloé Frammery, une youtubeuse complotiste, à l’origine des mobilisations contre le masque et du référendum contre l’application de traçage SwissCovid. Chloé Frammery, même si elle tente tant bien que mal de le cacher en supprimant certaines vidéos de ses réseaux sociaux depuis qu’elle gagne en notoriété, est une antisémite convaincue. C’est le cas également de ses camarades Francois de Siebenthal (également orateur pendant la manif) et Gérard Scheller. Frammery s’est illustrée en apparaissant dans diverses vidéos en compagnie d’antisémites bien connus, notamment Dieudonné, Jean-Jacques Crèvecoeur, Christian Tal Schaller et Marie-Lyne Vuattoux. Elle et ses amis soutiennent la thèse délirante d’une élite juive (rarement nommée ainsi mais cela arrive tout de même) qui contrôlerait le monde à coup de conspirations obscures, parmi lesquelles le coronavirus.

Aux côtés de Frammery, différents orateurs et oratrices du même goût malgré une moins grande notoriété. Par exemple Hector Kunzi, membre du "grand éveil genevois", une association conspirationniste. Nous retrouvons sur son compte Facebook des dénonciation de la "dictature sanitaire" et du Nouvel Ordre Mondial, discours complotistes habituels. Son antisémitisme est à peine dissimulé, tout comme celui de l’association dont il est membre. "L’exclusion" des personnes non vaccinées est comparée à l’holocauste et l’on retrouve sur la page d’Hector une comparaison entre "arbeit macht frei" et "le pass rend libre". L’anti-sémitisme semble être une constante parmis les orateurs. C’est le cas également d’Eric Remacle, qui reprend sur son canal Télégram la comparaison entre le vaccin et l’holocaust.

Astrid Stuckelberger, personnalité souvent présentée comme une experte de la santé et connue pour ses liens académiques avec les universités de Genève et de Lausanne ainsi que ses recherches sur la santé, a également pris la parole. Elle est citée plus d’une fois par le site d’Egalité et Réconciliation, comme experte de la gestion de la pandémie. Elle fait partie du « conseil scientifique indépendant » de RéinfoCovid. Elle participe également au documentaire Hold Up, un documentaire dont les liens avec la sphère Qanoniste ont régulièrement été relevés.

Il est intéressant de noter que, comme tous les fascistes à travers l’histoire, les personnes citées plus haut n’ont pas peur de la contradiction. Tantôt le virus a été créé pour contrôler la population et instaurer le nouvel ordre mondial, tantôt il n’existe pas vraiment. Tantôt on admet qu’on a traversé une crise, tantôt on prétend qu’il ne s’est rien passé. De la même manière, certaines de ces personnes comparent parfois les mesures covid aux crimes de guerre du régime nazi et dans la vidéo d’après nient que l’holocauste ait réellement eu lieu. Cette confusion ne relève pas de l’erreur mais bien d’une malhonnêteté incroyable et calculatrice. Ils disent ce qui les arrangent, quand ça les arrangent, pour servir leur agenda politique.

Traitement médiatique à géométrie variable

Un compte rendu du traitement médiatique du 1er octobre a déjà été écrit, nous voulons compléter le tableau avec ce que les médias ont dit du 9 ocobre. Le moins qu’on puisse dire c’est que la différence est frappante.

Alors que la Tribune de Genève cherchait avec ardeur les complotistes présents le 1er octobre, elle ne fait aucune mention de leur présence, pourtant en nombre, le 9. Aucune mention non plus des fachos derrière la banderole de tête, pourtant avec un minimum de recherches il est aisé de trouver le lien avec Résistance Helvetique. Il en va de même pour la RTS qui filme longuement la banderole de tête sans se poser plus de questions et interviewe à plusieurs organisateurices alors que la parole n’avait été donnée qu’à la porte parole de la police genevoise au lendemain 1er octobre.

Le Courrier quant à lui remporte la palme de la malhonnêteté journalistique en se contentant de reprendre la dépêche de l’ATS, qui ne fait aucune mention de la présence de fascistes organisés à la tête de la manif du 9, alors que pour le 1er octobre il avait accordé tout un paragraphe à la présence de trois pauvres antivax (qui n’avait d’ailleurs pas été très bien reçus). Journalistes de gauche inquiet.es du 1er octobre, où étiez-vous samedi dernier ?

Le couverture médiatique du 09.10 nous confirme au moins une chose, la presse ferme volontiers les yeux sur ce qu’elle ne veut pas traiter. Il nous appartient de produire l’information sur ce qui se trame dans ces manifestations prétendument apolitiques et la relayer autour de nous.

Anti-certificat covid aujourd’hui,
Antifascistes toujours !
Nous ne marcherons pas avec les nazis !

Notes

DANS LA MÊME THÉMATIQUE

À L'ACTUALITÉ

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Si vous rencontrez le moindre problème ou que vous avez des questions, n’hésitez pas à nous le faire savoir
par e-mail: contact@renverse.co