Pendant que Simonetta Sommaruga tente d’enterrer les droits des demandeur.euse.s d’asile, la résistance s’organise. À Genève, le Tournoi Antiraciste a réuni samedi plus de 300 personnes contre les centres fédéraux de renvoi.

Alors qu’on nous parle « d’accélération des procédures » pour parler d’accélération des renvois, de « centres d’accueil » pour parler de quasi-prison, la conseillère fédérale socialiste Simonetta Somaruga se fait photographier, tout sourire, donnant le premier coup de pioche des travaux de construction du nouveau centre fédéral zürichois.

Pendant ce temps à Genève, la résistance s’organise. Alors que le début des travaux s’annonce de plus en plus imminent, le Tournoi Antiraciste réussi un tour de force ce samedi en réunissant plus de 300 personnes contre le projet de centre fédéral de renvoi du Grand-Saconnex. Le complexe prévu par les autorités comprend les nouveaux locaux de la police de l’aéroport, le centre de 250 places de quasi-détention, le tout adossé à une prison de détention administrative* pour migrants de 50 places, avec accès direct au tarmac de l’aéroport pour faciliter les renvois (plus d’information sur le projet ici).

Il semble que les autorités de la commune du Grand-Saconnex, peu fières d’être mises face à leurs responsabilités dans la construction de ce complexe symbole d’une politique raciste d’exclusion, n’aient pas pu tolérer d’être pointées du doigt.

En effet, le Tournoi Antiraciste, qui devait initialement avoir lieu au Grand-Saconnex, a bien failli être annulé suite au refus des organisateur.trice.s de se taire quand à ce centre fédéral de renvoi. Cet épisode aura au moins eu le mérite de rendre limpide la complicité des autorités de la commune, prêtes à user de la censure sans ménagement dans ce dossier (la réaction des organisateur.trice.s ici).

Le Tournoi Antiraciste fut néanmoins un énorme succès. La vingtaine d’équipe inscrites a finalement pu jouer au stade d’Aïre-Le-Lignon qui a accepté l’évènement en dernière minute. Soundsystem, repas, matchs, discours et banderoles « pas de centre fédéral au Grand-Saconnex, ni ailleurs ! ». Le public et l’ambiance étaient au rendez-vous et la lutte contre les centres fédéraux ne fait manifestement que commencer.

Quelques photos :

P.-S.

* La détention administrative est la possibilité pour les autorités d’enfermer "administrativement" quelqu’un.e jusqu’à 18 mois en vue de son renvoi, sans que la personne aie commis le moindre délit, si ce n’est de ne pas avoir les bons papiers.

Articles de la même thématique...

Centre fédéral de Chevrilles : asile et barbelés

Fribourg. "Il n’est pas possible de douter que le centre fédéral d’asile avec fonction de départ est une sorte de pré-détention administrative en vue du renvoi. Le dispositif sécuritaire est certes le même que celui qui régit les autres Centres fédéraux...

Un renvoi de plus par vol spécial

Amanil, âgé de 20 mois et né en Suisse a été renvoyé par vol spécial le matin du 4 septembre à 6h45 vers la Grèce. Un communiqué de Droit de Rester.

Camping de lutte itinérant Passamontagna

Contre les Etats et le systeme economique que les frontières renforcent et maintiennent, nous nous retrouverons au Col de Montgènevre du 19 au 23 septembre, pour cinq jours de lutte, discussions et...

> Tous les articles "Migrations - Frontières"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.