Suisse Analyses Antispécisme - Libération animale

Déferlante de sabotages contre l’exploitation animale

C’est chaud, les boucher-ère-s et les éleveur-euse-s font des nuits blanches, les vitrines tombent et l’oppression de l’élevage éclate au grand jour. Rétrospective de la vague d’actions directes antispécistes qui ne cesse de faire parler d’elle dans toute la Suisse depuis plusieurs mois.

Suisse romande

Depuis la fin février c’est une vingtaine de commerces -boucheries, restaurants, fast-foods et magasins de fourrure qui sont la cible d’actions nocturnes à Genève, Carouge et, ces derniers jours encore, à Nyon. Semaine après semaine ces lieux profitant de l’exploitation des animaux non-humains voient leur vitrines systématiquement brisées à coup de pierres [1], repeintes de slogans et parées d’autocollants [2].

C’est parfois jusqu’à six enseignes qui sont attaquées dans la même nuit. Le fonctionnement des commerces est perturbé, les frais engendrés sont lourds, l’image de marque en prend un coup et surtout tout le monde en parle. Les articles relatant ces actions de sabotage font la une des médias locaux. Il devient difficile d’ignorer la critique de l’exploitation animale.

La police est sur les dents, et arrive toujours trop tard. Elle annonce avoir identifié un suspect sur la base d’image de vidéos surveillance qui est interrogé et relâché le 21 mars, sans avoir répondu aux questions des flics [3]. Mais ce début de répression ne semble pas freiner l’entrain des saboteur-euse-s qui vont continuer de plus belle comme ielles l’avaient annoncé [4] : « Ces actions peuvent avoir lieu n’importe où, n’importe quand ». Et c’est ce qui arrive arrive en effet, puisque depuis le 21 mars, quatorze nouvelles attaques ont été répertoriées !

Mais que fait la police ?

La société patronale des bouchers charcutiers de Genève, inquiète, fait parvenir un courrier au conseiller d’État en charge de la sécurité et raciste de renom, Pierre Maudet, pour l’inciter à traiter ce dossier en priorité. Dans la même optique, une autre association patronale, la NODE, qui compte de nombreux membres parmi les petit-e-s commerçant-s, envoie des lettres pour pleurnicher et demander de l’aide auprès de Maudet ainsi que d’ Olivier Jornot, politicien d’extrême droite notoire et actuel procureur général du canton de Genève.
Dans le canton de Vaud, le Grand Conseil vaudois vote en urgence une résolution de lutte face à « l’antispécisme radical ». Cette résolution est proposée par l’UDC qui essaie ainsi de récupérer politiquement le thème en parlant « d’attentats terroristes » et en alimentant la posture de victimisation adoptée par nombre d’éleveur-euses, de boucher-ère-s et par le lobby de la viande.

Un aspect intéressant et plutôt positif de l’écho produit par cette série de sabotages est le fait que les groupes romands actifs sur la questions de l’antispécisme qui ont pris position dans la presse ne se sont pas dissociés. Au contraire ils ont soutenus le concept également mis en avant par des saboteur-euse-s dans l’interview qu’ielles ont donné : Il est problématique que l’on se préoccupe plus de quelques vitrines brisées que de l’asservissement, de l’enfermement et du meurtre infligés à des milliards d’animaux chaque année. La violence se situe en fait derrière les portes des élevages et des abattoirs ! [5] Cette acceptation d’une diversité dans les tactiques de lutte accentue en fin de compte la pertinence et la force du propos commun. L’exploitation des animaux sous toutes ses formes est une réalité intolérable qu’il faut remettre en question de manière profonde.

Voici maintenant un petit survol chronologique de ces diverses action pour avoir une idée plus concrète de ce qui s’est fait :

23 février 2018 Genève
Six commerces sont attaqués dans la même nuit dans le centre ville de Genève :

  • « Sogood SA KFC »
  • « Hall de la gare Cornavin »
  • « Les Trulli »
  • « Le Minotor »
  • « Ates Kebab »
  • « Noël Fourrure »

13 avril 2018 Genève
La vitrine d’un commerce connu du canton – la « Grande Boucherie du Molard »– vole en éclats, ce qui suscite une forte couverture médiatique. Son patron porte plainte contre inconnu.

14 avril 2018 Genève
C’est au tour de la « Boucherie de Champel » d’être caillassée. Deux pierres touchent les présentoirs réfrigérés à l’intérieur et une troisième laisse un impact contre la porte d’un frigidaire.

15 avril 2018 Genève
Nouvelle casse dans le quartier des Grottes. Le boucher visé est Éric Muller, propriétaire de la « Boucherie des Grottes ».

2 mai 2018 Genève
Le 2 mai, la « Boucherie Faure-Malan » aux Eaux-Vives, est attaquée. Des autocollants revendiquent l’acte. Les antispécistes dénoncent la supériorité des humains sur les autres espèces.

3 mai 2018 Genève
Le « McDonald’s de la Servette » est pris pour cible, son patron Xavier Maîtrepierre, déclare « s’être déboîté l’épaule droite en nettoyant l’inscription « antispécisme » taguée sur la façade »[sic].

4 mai 2018 Lancy
À Lancy, la « Boucherie des Palettes » et une charcuterie aux Communes-Réunies se réveillent avec des devantures vitrées caillassées. Avec cinq vitrines brisées, Francis Merle, patron de la Boucherie des Palettes, dépose une plainte et évalue le montant des dégâts à environ 20’000 francs.

25 mai 2018 Carouge
Les militant-e-s antispécistes ciblent deux nouvelles boucheries cette nuit-là au centre ville de Carouge. Il s’agit de la « Boucherie-Charcuterie Boisson », à la place du Marché, et de la « Boucherie chevaline du Vieux-Carouge », à la rue Saint-Victor. Les deux commerces ont été caillassés et leurs vitrines brisées.

11 mai 2018 Genève
La « Boucherie du Molard » est touchée pour la deuxième fois.

11 juin 2018 Nyon
Cette fois-ci les attaques n’ont pas lieu dans le canton de Genève, puisque c’est à Nyon dans le canton de Vaud que quatre enseignes sont visées dans la même nuit :

  • « Boucherie-Charcuterie la Côte »
  • « McDonald’s »
  • « Restaurant le Bosphore »
  • « Boucherie Gilles Pradervand »

Suisse allemande

La Suisse allemande est aussi dernièrement confrontée à une explosion du nombre d’actions directes antispéciste. En effet, depuis la fin de l’automne dernier, de nombreux lieux et acteurs de l’exploitation animale sont touchés. Des expéditions nocturnes sont menées contre des universités, des élevages, des infrastructures de chasse, des publicités, un restaurant et ceci autant à la campagne que dans les rues de différents centres villes.

Les cibles et les méthodes employées, sont diverses et variées. En campagne des animaux sont libérés d’élevages dans lesquels ils ont détenus en attendant leur mise à mort, en ville les actions se font à coup de peinture, de slogans critiques et d’affiches, tandis que dans les forêts ce sont des miradors de chasseur-euse-s qui sont impitoyablement amenés à s’écraser au sol.

Les stratégies développées dans ce contexte donnent une moins grande impression de continuité -tant thématique que géographique- que les actions entreprises en Suisse romande et ont peut-être de ce fait un moins grand échos dans les médias bourgeois. D’un autre côté, ces interventions plus diffuses permettent de toucher à beaucoup plus de facettes de l’exploitation animale et s’ancrent dans un territoire plus vaste. De plus, et c’est un fait intéressant à relever, contrairement à ce qui s’est passé en Romandie les militant-e-s se sont ici emparé-e-s de la production de l’information et de la diffusion de leur discours de manière autonome, sans dépendre uniquement du filtre réactionnaire de la presse et des réseaux sociaux. Concrètement, l’ensemble des actions recensées ici concernant la Suisse allemande ont été au préalable relayées sur la plateforme d’information révolutionnaire et anti-autoritaire locale : barrikade.info [6]. L’utilisation large de cet outil qui permet la publication ouverte d’articles a offert une caisse de résonance sans intermédiaire aux luttes antispécistes dans la région et a, apparemment, permis à une sorte d’émulation collective de se créer ; une action en motivant d’autres [7]

Et maintenant sans plus attendre la chronologie des faits :

24 octobre 2017 Zurich
L’École polytechnique fédérale de Zurich (Eidgenössische Technische Hochschule Zürich, ETHZ) ainsi que le campus de l’université de Zurich ont été repeintes au cours d’une action de l’ALF (Animal Liberation Front) en résistance au nouveau projet d’expérimentation animale sur les singes mené par le Dr Mante et son équipe de recherche.
https://barrikade.info/ETH-und-Campus-Irchel-Verschonert-490?lang=de

5 décembre 2017 Berne
Dans la nuit du 5 décembre un groupe d’ami-e-s s’est baladé dans les rues de Berne et a laissé derrière lui différents pochoirs et graffitis antispécistes et anti-autoritaire. Le thème de l’exploitation animale alternative et bio était particulièrement dans le viseur.
https://barrikade.info/Tierbefreiung-statt-grossere-Kafige-620?lang=de



29 janvier 2018 Zoug
Libération de 14 lapins des cages dans lesquels ils étaient détenus. Le communiqué de l’action se termine par un appel : « Alliez-vous ! Constituez des bandes ! Libérez les animaux ! Pour la libération des animaux et des humains ! »
https://barrikade.info/Tierbefreiung-in-Zug-782?lang=de

Première semaine de mars Winterthur
En réponse à l’appel du 29 janvier, cinq miradors (3 en bois 2 en métal) servant de poste de tir aux chasseur-euse-s ont été abattus [8] . Le communiqué de l’action donne quelques trucs et astuces utiles à celles et ceux qui voudraient faire la même chose et se positionne contre les cages et les prisons.
https://barrikade.info/Hochsitze-umgemaht-Animal-liberation-882?lang=de

13 mars 2018 Zürich
Inspirées par les actions précédentes à Zoug et Winterthur des personnes sont allée souiller de peinture le restaurant « Butchers Table ». L’action a lieu peu après l’inauguration de ce restaurant qui a sa propre boucherie intégrée et dont le propriétaire, Gregory Knie, fait la promotion dans une vidéo où il s’amuse avec une tête de cochon décapitée.
https://barrikade.info/Butchers-Table-verschonert-904?lang=de

15 mars 2018 Zollikofen (canton de Berne)
Action graffiti dans un centre de recherche sur l’élevage des poules et des lapins à Zollikofen (Berne). Un des bâtiments a été graffé avec ce message : « plus de 50 millions de poules mises à mort pour le profit. Pas de paix pour les assassins des animaux. ALF ». Le communiqué donne de nombreuses informations sur la réalité de la production d’œufs et de viande de volaille en Suisse et se solidarise avec la lutte au Rojava et à Afrin.
https://barrikade.info/Kein-Frieden-den-Tiermordern-910?lang=de

1er avril 2018 Winterthur
Action graffiti en résistance au cirque Knie faite dans l’enceinte du cirque. Communiqué signé par l’ALF (Animal Liberation Front).
https://barrikade.info/Fre-Us-Free-Us-983?lang=de

1er mai 2018 Roggliswil (canton de Lucerne)
Ouverture d’une brèche dans la clôture de 2 mètres de haut d’un élevage dans lequel étaient enfermés une cinquantaine de cerfs et de biches [9] Action revendiquée par l’ALF.
https://barrikade.info/Ausbrechen-1075?lang=de

13 mai 2018 Lieu inconnu
Sprayage de pochoirs « Human & Animal Liberation » sur des publicités spécistes.
https://barrikade.info/Rage-statt-Massage-1103?lang=de

24 mai 2018 Lieu inconnu
Affichage contre une campagne publicitaire sexiste et spéciste de Migros pour la promotion de la consommation de viande et du barbecue. Les publicités sont recouvertes de manière sauvage par des affiches alternatives qui prennent le contre-pied des affiches d’origines de Migros qui montrent un homme portant un morceau de viande sur un plateau avec le slogan « lorsque les hommes portent du rose ».
https://barrikade.info/Plakatieren-gegen-Grillitarier-mach-mit-1124?lang=de

La publicité sexiste et spéciste de Migros
L'affiche alernative

Annexe

PDF - 34 ko
Interview

Notes

[1Petite réflexion en passant. Il serait peut-être plus prudent d’utiliser des marteaux ou des barres en fer plutôt que des pierres pour casser les vitrines. Il y a ainsi largement moins de risques de laisser traîner de l’ADN derrière sois ! En effet, les flics suisses récoltent presque systématiquement les projectiles abandonnés après ce genre d’actions pour faire des recherches ADN.

[2Même remarque que pour les pierres. Il est quasiment impossible de s’assurer de ne pas laisser de l’ADN sur des stickers.

[4Voir fichier .pdf de l’interview en annexe.

[5Voir fichier .pdf de l’interview en annexe.

[6Automedia local dont l’équivalent romand n’est autre que renverse.co.

[7Voir la destruction des miradors de chasse répondant à l’appel fait à la suite d’une expédition de libération de lapins à Zoug https://barrikade.info/Hochsitze-umgemaht-Animal-liberation-882?lang=de. Deux actions qui ont ensuite inspirées l’attaque à la peinture du restaurant zürichois « Butchers Table » https://barrikade.info/Butchers-Table-verschonert-904?lang=de.

[9Voir aussi l’action qui a eu lieu dans le canton de Fribourg durant laquelle une centaine de cerfs rouges ont été libérés : https://barrikade.info/Hirsch-Befreiungsfront-zum-Angriff-337?lang=de
https://renverse.co/Front-de-liberation-des-Biches-a-l-attaque-1180

Articles de la même thématique...

Stop spécisme mais pas que...

Ceci est le texte qui accompagne l’attaque incendiaire de l’abattoir d’Hotonnes (Ain) dans la nuit du 27 au 28 septembre 2018.

Les chasseurs tombent comme des châtaignes !

Le dimanche 22 avril à l’Espace Autogéré de Lausanne aura comme un air d’automne ; les chasseurs tomberont comme des châtaignes... C’est ce que nous promet la projection du film antispéciste Pokot...

> Tous les articles "Antispécisme - Libération animale"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.