Suisse Infos locales Migrations - Frontières Centres fédéraux pour migrant-e-s

Printemps de résistance et d’actions contre les nouveaux camps fédéraux

Nous lançons un appel à l’action pour ce printemps, contre les frontières le régime migratoire suisse et ses nouveaux camps fédéraux !

Le 1er mars 2019, la nouvelle loi sur l’asile entre en vigueur.

Avec la restructuration des procédures d’asile, les personnes concernées seront placées dans des soit-disant « centres fédéraux ». En réalité, ce sont des camps ! Les gens seront isolé-e-xs du reste de la société, sous contrôle constant. L’existence de ces camps renforcera la séparation entre les personnes au statut considéré « légal » et « illégal ».

Nous pouvons lutter contre l’installation de nouveaux camps en suisse et contre le régime migratoire qui les appelle, et nous pouvons construire une solidarité avec les personnes concernées. Ne laissons pas se réaliser cette politique qui enferme, catégorise et expulse.

Nous appelons à faire le plus d’actions possible, contre les frontières, le régime migratoire suisse et ses nouveaux camps fédéraux !

Le Secrétariat d’état aux migrations (SEM) et les autres acteur-e-xs impliqué-e-xs paieront le prix de leur responsabilité. Notre solidarité et notre passion pour la liberté sont plus fortes que leurs camps et leurs prisons d’expulsion !

Les possibilités sont aussi infinies que notre créativité.

Nous avons quelques propositions :

  • Enquêter  : Qu’est-ce qu’il se passe derrière les murs et les clôtures ? Qui collabore ? Collectionner des informations, des témoignages, poser des questions aux personnes qui subissent directement cette violence. Partager et rendre public.
  • Faire circuler les infos à propos des camps : Beaucoup de personnes ne savent pas ce qu’il s’y passe. Parler avec la famille, les ami-e-xs, distribuer des textes, organiser des semaines ou des mois thématiques sur cette question. Utiliser le matériel déjà existant (vidéos et exposition sur les camps fédéraux) ou créer quelque chose soi-même.
  • Contact et soutien avec les personnes concernées : On peut briser l’isolement, en rendant visite aux personnes enfermées et en parlant avec elle. Proposer des trajets en voiture si besoin, transmettre le contact d’avocat-e-xs. Actions publiques, manifestations, etc.at-e-xs solidaires, etc. Rendre possible d’une manière ou d’une autre le contact entre l’intérieur et l’extérieur.
  • Actions publiques, manifestations, etc. : Distribuer des affiches et des tracts, organiser des manifestations, faire du théâtre de rue, occuper des places publiques ou des chantiers, partir en balades vers les camps et vers les prisons, poser des banderoles, des autocollants, bloquer les routes, les accès aux aéroports, etc.
  • Sabotages et actions directes : Mettre des grains de sable dans les rouages, déranger, faire grimper les coûts, bloquer les expulsions ! Chacun-e-x peut trouver le moyen qui lui correspond le mieux pour empêcher concrètement les responsables de faire ce qu’ielles font.
  • Créer des liens : Il est possible de rendre visible les différentes actions, de les mettre en lien et de montrer ce qu’elles ont en commun, montrer la force et la diversité de notre résistance contre l’état et ses frontières. Tout ce qui a lieu contre les camps fédéraux pendant ce printemps peut être publié sur barrikade.info / renverse.co !

Les possibilités d’agir contre les camps fédéraux sont infinies, il y en a pour toutes les envies, toutes les capacités. Toute forme de résistance est importante

Il est temps d’élaborer des plans, bricoler, peindre, imprimer, former des groupes, crier, se promener, manifester, fouiner et s’éclipser, au cours des nuits et des journées de ce printemps ! Et de visibiliser notre colère contre cette attaque à la liberté, en rendant publiques nos propres attaques et nos propres informations (sur www.renverse.co ou par mail [nolager@immerda.ch], sans oublier de crypter le contenu et d’effacer les métadonnées). Pour la liberté ! Contre les camps fédéraux !

C’est quoi, ces camps fédéraux ?

Les camps fédéraux sont le dernier produit de politiques racistes en perpétuel durcissement. Leur mise en service dans toute la Suisse est prévue officiellement pour le 1er mars 2019. Avec la restructuration des procédures d’asile, le secrétariat d’état aux migrations (SEM) veut introduire des procédures dites « accélérées », qui permettront de gérer et d’expulser les gens plus facilement. Avec les camps fédéraux, le SEM centralise non seulement l’hébergement mais aussi l’ensemble de la procédure d’asile sous un même toit. Les personnes concernées sont isolées du reste de la société et leur vie quotidienne est dominée par le contrôle et l’ingérence. Celleux qui n’entrent pas dans la mythique catégorie des « vrai-e-xs réfugié-e-xs » sont déporté-e-xs, ou contraint-e-xs à vivre clandestinement, dans les conditions les plus précaires au coeur de l’un des pays les plus riches au monde.

Pour un aperçu plus détaillé du système de camps en suisse, il existe par exemple une exposition sur les camps fédéraux (en suivant ce lien : https://ausstellung.noblogs.org), ou divers articles (ici :https://barrikade.info/Was-sind-eigentlich-Bundeslager-1675)

Les camps fédéraux sont une attaque de l’état contre la liberté de toustexs !

Articles de la même thématique...

> Tous les articles "Migrations - Frontières"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.