Genève Infos locales Antifascisme - Antiracisme Violences policières | Racisme

Une simple histoire de profilage racial par la police

Mardi prochain, le 12 février se tiendra au Palais de Justice un procès qui a retenu notre attention. Une femme est accusée par une policière municipale de l’avoir empêchée d’accomplir un acte officiel et de l’avoir injuriée. Elle a fait opposition à son ordonnance pénale, car elle n’était pas présente sur les lieux au moment des faits.

Le récit policier raconte que le 3 septembre 2016 peu après 22 heures, trois agents de la police municipale, dont la plaignante, se rendent à la pointe de la Jonction suite à une plainte du voisinage pour du « bruit excessif de musique ». Sur place ils se dirigent vers la sono afin de demander aux propriétaires de baisser le volume. En dépit de plusieurs sollicitations, toujours selon la police, les personnes refusent de baisser la musique, c’est pourquoi l’un des agents débranche le câble de la sono. Les trois agents auraient ensuite été encerclés et bousculés violemment par une foule d’environ 100 personnes profèrant des insultes à leur encontre. La plaignante prétend avoir été saisie par le cou puis tirée en arrière par un individu non-identifié. Les agents appellent des renforts, alors que le groupe s’en va et se dirige vers la place des Volontaires.

On ne sait pas trop comment ni pourquoi, mais c’est un agent de la BRIC [1] qui rejoint les municipaux et reconnaît, devant l’Usine, la femme désignée par la plaignante comme celle l’ayant insultée. Pourquoi elle, alors qu’iels étaient une centaine à la pointe de la Jonction ? Le récit de la police stipule qu’il l’a reconnue car elle fréquenterait « la mouvance alternative locale ». On notera que pour une histoire de tapage nocturne, c’est assez surprenant qu’un agent de la police politique genevoise intervienne et que par miracle, il s’agisse en plus d’une personne qu’il connaît déjà.

Il semblerait que dans la pratique policière genevoise (et suisse en général), les détails des descriptions de personnes potentiellement condamnées ne sont importants que lorsqu’il s’agit de personnes blanches.

Quoiqu’il en soit, le 6 septembre, la plaignante a déposé plainte contre une personne l’ayant traitée de "conne", et lui ayant dit : "allez vous faire foutre" et "je vous emmerde". Alors qu’on a aucune information concernant une plainte contre la personne qui l’a supposément prise au cou et tirée en arrière, c’est la personne qui l’aurait insultée qu’elle désigne et décrit comme étant "assez fine et de couleur noire" ; une description pour le moins vague et largement insuffisante... Elle aurait finalement reconnu l’accusée sur des planches photo. Cette description reste néanmoins suffisante pour la police pour affirmer qu’il s’agit de la personne reconnue par la BRIC aux abords de l’Usine. Comment cette description permet-elle d’écarter toutes les autres personnes "de couleur noires et fines" de la ville ? C’est ce qu’on appelle du profilage racial [2]. Il semblerait que dans la pratique policière genevoise (et suisse en général), les détails des descriptions de personnes potentiellement condamnées ne sont importants que lorsqu’il s’agit de personnes blanches. En tout cas, il est suprenant de constater que ces pauvres éléments descriptifs suffisent à monter un dossier menant à une condamnation.

C’est ainsi que l’accusée, qui n’a aucun antécédent judiciaire, est reconnue on ne sait trop comment, puis convoquée par la police pour un interrogatoire. Elle s’y rend, maintient ne pas avoir été présente au moment de l’altercation et concède qu’il est possible qu’elle soit passée à l’Usine, comme elle en a certains soirs l’habitude.

Pendant l’interrogatoire, un des policiers présents avoue : « il ne m’est pas évident de reconnaitre une personne noire sur une planche photo, tant les traits des personnes noires sont similaires à mes yeux, tous comme les asiatiques ». Une honnêteté troublante de la part d’un policier qui a le mérite de mettre le doigt sur un aspect central de cette histoire : le racisme de la police et le contrôle au faciès, pratique quotidienne à Genève et ailleurs.

Pendant l’interrogatoire, un des policiers présents avoue : « il ne m’est pas évident de reconnaitre une personne noire sur une planche photo, tant les traits des personnes noires sont similaires à mes yeux, tous comme les asiatiques ».

En fait, pour la police, il est suffisant d’avoir quelques éléments vagues tels que "personne noire", "devant l’Usine" et "insulte une flic" pour désigner une personne présumée coupable. Il est important de noter, que les deux autres agents municipaux présents lors de l’intervention à la pointe de la Jonction, disent ne pas reconnaître particulièrement la personne désignée. C’est donc un dossier constitué par une plaignante et un agent de la BRIC, contre une personne uniquement reconnue par le critère de sa couleur de peau.

Reprenons l’histoire depuis le début, trois agents sont bousculés et insultés par une foule d’une centaine de personnes et le seul signalement qu’ils retiennent est « une femme assez fine et de couleur noire ». La plaignante retrouve un agent de la BRIC devant l’Usine et lui désigne une femme noire, il se trouve (par hasard ?) qu’il la connaît, alors même qu’elle n’a jamais eu d’ennuis avec la police ou la justice. Puis, c’est le même agent qui soumet la planche photo à la plaignante, qui convoque l’accusée et l’interroge.

La BRIC a une existence officielle assez floue, on ne sait pas vraiment sur quelles bases ses agents récoltent des informations. Suffit-il de fréquenter l’Usine pour mériter une fiche de la BRIC ? Comment un agent de la BRIC peut-il être celui qui reconnaît la personne et qui l’interroge ensuite pour une histoire qui ne devrait même pas concerner sa brigade ? Pourquoi lui avoir demandé ses liens avec la mouvance alternative alors que l’affaire concerne une flic municipale insultée lors d’une intervention pour tapage nocturne ? Pourquoi avoir désigné et poursuivi une seule personne, alors qu’il y avait environ cent personnes présentes lors de l’intervention de police ?
Ce que l’on sait par contre c’est que la BRIC a tendance à prendre quelques libertés dans les procédures. Pour rappel, le chef de cette même brigade a été condamné pour faux dans les titres l’année dernière...
La personne inculpée a donc probablement bien fait de faire opposition... !

Affaire à suivre, mardi... On se réjouit de savoir ce qu’en pense la Justice...

Notes

[1La BRIC est la Brigade de Recherche et Ilôtage Communautaire. Dans la continuité de la brigade des squats, cette brigade s’occupe de toutes les affaires politiques, concernant des militant.e.x.s de Genève. Elle est présente à la majorité des manifestations et des événements politiques.

[2description du profilage racial et du délit de faciès : http://www.humanrights.ch/fr/dossie....

Articles de la même thématique...

Tournoi de foot antiraciste - 2ème édition

Le 29 juin 2019, venez tous.te.s au stade d’Aïre le Lignon pour la deuxième édition du Tournoi de foot antiraciste. Cette année la thématique qui s’est imposée est la question des conditions "d’accueil" et de vie des mineur.e.s et des jeunes adultes...

Bâle reste sans nazis !

Ensemble contre le fascisme et la répression Manif le 22 juin 19, 14 heures, parc de Wette, Bâle

Rencontre avec Rouvikonas

Jeudi 6 juin 2019 l’Action Antifasciste Genève accueillera le groupe anarchiste grec Rouvikonas à La Makhno pour un Café Politique.

> Tous les articles "Antifascisme - Antiracisme"

Publiez !

Comment publier sur Renversé?

Renversé est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site ou à travers un formulaire ad-hoc. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder!
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via notre e-mail de contact.